DE | FR
Le tableau des médailles des Jeux olympiques de Tokyo

Les Américains sont ceux qui ont remporté le plus de médailles d'or (39), ce qui leur permet de finir en tête du tableau des médailles des JO de Tokyo. Image: Shutterstock

Tokyo 2020

Ce que le tableau des médailles olympiques ne dit pas

Le classement par pays tient compte uniquement des breloques et départage les nations au nombre de leurs médailles d'or. Mais ces chiffres ne témoignent que partiellement des forces en présence.

Julien Caloz
Julien Caloz



Avec pas moins de 39 médailles d'or décrochées durant la quinzaine olympique, les Etats-Unis ont remporté le classement général devant la Chine et le Japon. Il y a de quoi être fier, et c'est d'ailleurs un peu à cela que sert le tableau des médailles: flatter la fibre patriotique des participants et de leurs supporters.

Les pays bien classés l'utilisent également comme un baromètre de leur santé sportive, mais cette lecture n'est pas sans risque, car ce tableau de «référence», qui compile toutes les médailles obtenues par les délégations engagées aux JO, ne reflète qu'en partie l'équilibre des forces entre les nations, et ne dit pas tout non plus du vivier des talents. En résumé: il est très réducteur.

Une simple observation du top 5 permet de se rendre compte de la fragilité de la hiérarchisation actuelle. La Grande-Bretagne et le Comité olympique russe (ROC) ont remporté plus de médailles que le Japon, mais ils figurent pourtant derrière l'Archipel.

Bild

Cela s'explique par le fait que les médailles d'or priment sur celles d'argent et de bronze. Or, une telle cotation revient à négliger la force de frappe d'un pays, sa capacité à monopoliser les podiums à grande échelle. En gardant le même esprit, un classement par coefficients (5 points pour l'or, 3 pour l'argent et 1 pour le bronze) ne serait-il pas plus représentatif?

A ce jeu-là, le Comité olympique russe serait 3e (207 points), la Grande-Bretagne 4e (195) et le Japon 5e (194).

On pourrait affiner les calculs en attribuant également des coefficients aux diplômes (prix remis aux athlètes classés parmi les huit premiers). C'est la proposition faite par Grégory Quin, historien du sport à l'Université de Lausanne.

«Le tableau tel qu'il est présenté officiellement n'est pas une base de travail suffisante. J'aurais tendance à défendre une vision globale, en tenant compte des huit premières positions par exemple. On présente souvent les Jeux de 1964 comme un moment douloureux pour la Suisse, qui n'a remporté aucune médaille, mais sa performance d'ensemble est plus aboutie qu'à d'autres moments de son histoire»

Vrai: en 1964 en Autriche, les athlètes suisses s'étaient hissés à sept reprises dans le top 8 de leur discipline, contre six en 1960 à Squaw Valley (USA).

Le chef de la délégation suisse espérait 7 médailles à Tokyo. Les Helvètes en ont récolté 13. «Mais ça n'est pas la norme», a recentré Ralph Stöckli, en référence à la taille du pays (donc de son réservoir). Un élément dont ne tient pas compte le tableau des médailles actuels, sinon les Pays-Bas seraient largement devant les Etats-Unis.

Et la Suisse? 🇨🇭

Avec 1 breloque pour 692 000 habitants, nous serions aussi mieux classés que les Américains. Et même que la France (1 médaille/2 millions d'habitants).

D'autres pistes de lecture pourraient être envisagées, comme le rapport entre les résultats et le montant investi par l'Etat dans le sport, ou la trajectoire des médaillés jusqu'à l'Olympe. Nikita Ducarroz a offert un podium à la Suisse en BMX freestyle, mais son exploit ne vient nullement récompenser la politique de formation nationale: la championne, née en France, a grandi aux Etats-Unis, où elle vit d'ailleurs toujours.

Bronze medal winner Nikita Ducarroz of Switzerland celebrates with her medal during the victory ceremony after the women's BMX Freestyle finals at the 2020 Tokyo Summer Olympics in Tokyo, Japan, on Sunday, August 01, 2021. (KEYSTONE/Laurent Gillieron)

Nikita Ducarroz possède la nationalité suisse par son père. Image: KEYSTONE

Un classement plus complet encore retiendrait la répartition des titres dans les disciplines. S'il s'agit de récompenser la meilleure nation en sport, l'homogénéité ne devrait-elle pas être un facteur-clé?

Avec 13 médailles dans 7 disciplines, la Suisse devancerait la Turquie (qui en a obtenu autant mais dans 6 sports). Elle serait en revanche moins bien classée que le Danemark et ses 12 médailles dans 8 disciplines distinctes.

En conclusion, il semble bien que sous sa forme actuelle, le tableau des médailles soit un peu comme les maillots de bain: il donne des idées, mais il cache l'essentiel.

Plus d'articles sur le sport

Les footballeurs ne supportent plus d'être remplacés

Link zum Artikel

«Roger Federer pourrait revenir dès l'Open d'Australie»

Link zum Artikel

Le jour où Lionel Messi a refusé de laisser sa place

Link zum Artikel

Petkovic: «La méfiance de l'ASF a été difficile à accepter»

Link zum Artikel

Costaud, un peu fou, la Suisse a son nouveau patron de Coupe Davis

Link zum Artikel

Netflix entretient le mystère autour de Michael Schumacher

Link zum Artikel

Pour les sportifs, un petit joint ne fera bientôt plus de mal

Link zum Artikel

Berne était le Bayern du hockey, désormais il ressemble à Ajoie

Link zum Artikel

La Nati est virée du jeu FIFA, mais qui la pleure vraiment?

Link zum Artikel

Roger Federer réussit un coup de maître avec son entrée en bourse

Link zum Artikel

Young Boys a épaté tout le monde, à commencer par lui-même

Link zum Artikel

Novak Djokovic a dû attendre de perdre pour être aimé du public

Link zum Artikel

Née qu'avec 8 doigts, Francesca Jones est une pépite du tennis

Link zum Artikel

Lausanne-Sion? Laissez tomber, voici les cinq vrais derbys romands

Link zum Artikel

Les Suisses cartonnent en contre-la-montre, depuis un sacré temps

Link zum Artikel

Yann Sommer est le chouchou des Suisses et voici pourquoi

Link zum Artikel

Il distribuait des beignes mais au fond, il n'était pas si méchant

Link zum Artikel

Les supporters ont-ils attrapé la grosse tête?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Tokyo 2020

Deux entraîneurs biélorusses doivent quitter le village olympique

Nouveau rebondissement dans l'affaire Krystsina Tsimanouskaya: le Comité international olympique (CIO) a retiré les accréditations de deux entraîneurs de la délégation biélorusse.

A. Shimak et Y. Maisevich ont quitté le village olympique, sous ordre du Comité international olympique (CIO). Les deux entraîneurs biélorusses ont perdu leurs accréditations à cause de leur rôle dans l'affaire Krystsina Tsimanouskaya.

«Dans l'intérêt des sportifs du comité olympique biélorusse qui sont toujours à Tokyo et à titre provisoire, le CIO a annulé et retiré la nuit dernière les accréditations de M. A. Shimak et de Y. Maisevich», a indiqué l'instance olympique sur son compte Twitter.

La …

Lire l’article
Link zum Artikel