assez clair, brumeux-1°
DE | FR
1
Suisse
Assurance maladie

Primes maladie: 900 000 Suisses pourraient faire des économies

Primes maladie: 900 000 Suisses pourraient faire des économies, selon Comparis

L'augmentation des primes maladie pose un problème, en particulier pour les ménages à bas ou moyens revenus. Des mesures sont nécessaires pour soulager leur budget (archives).
L'augmentation des primes maladie pose un problème, en particulier pour les ménages à bas ou moyens revenus.Image: sda
Les primes vont bondir en 2023 de 6,6% en moyenne, après quatre ans de stabilité, a dévoilé il y a une semaine l'Office fédéral de la santé publique.
04.10.2022, 05:5904.10.2022, 06:08

Près de 900 000 Suisses pourraient économiser jusqu'à 40% de leurs primes d'assurance maladie en 2023, indique mardi le comparateur en ligne Comparis. L'an passé, ils étaient encore 1,1 million.

Des économies sont possibles en passant à l'un des assureurs les moins chers, en augmentant la franchise ou en optant pour un autre modèle d'assurance auprès de leur caisse maladie actuelle, précise Comparis dans un communiqué.

Selon Comparis, qui cite une analyse du Centre de recherches conjoncturelles KOF, cette hausse est nettement plus élevée que celle des coûts des prestations médicales assurées, qui ont crû de 1,3% en 2022 et qui ne devraient augmenter que de 1,2% en 2023.

«La réduction trop forte des réserves imposée aux caisses par les décideurs politiques a eu pour conséquence de forcer même les caisses bon marché à augmenter drastiquement leurs primes», critique dans le communiqué Felix Schneuwly, expert de l'assurance maladie chez Comparis. (ats/jch)

Son rire est si particulier que vous n'allez pas en croire vos oreilles

Video: extern / rest
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Genève impose un quota de 40% de femmes dans des entités étatiques
Selon les autorités genevoises, les femmes sont «très largement sous-représentées» dans les commissions officielles et les conseils d'administration des institutions de droit public.

Genève impose un taux de représentation d'au moins 40% de femmes au sein des 112 commissions officielles et des 23 conseils d'administration des institutions de droit public. L'objectif de cette modification de loi adoptée jeudi par le Grand Conseil est de viser la parité.

L’article