Suisse
Assurance maladie

Primes 2024: le PS s'attaque aux courtiers de l'assurance maladie

Le PS s'attaque aux courtiers de l'assurance maladie

Le conseiller national UDC Benjamin Giezendanner souhaite interdire les courtiers en assurance maladie. Le PS s'empare lui aussi du dossier et veut davantage de réglementation.
03.10.2023, 11:5403.10.2023, 14:55
Othmar von Matt / ch media
Plus de «Suisse»

Les choses se corsent politiquement pour les intermédiaires de l'assurance maladie. Le conseiller national UDC Benjamin Giezendanner a été le premier à les prendre pour cible en dénonçant les «rémunérations abusives» de ces derniers dans une motion visant à interdire leurs pratiques. Une activité qui rapporte, en effet, près d'un demi-milliard de francs.

Le PS s'empare désormais aussi du sujet. Les conseillères nationales Nadine Masshardt et Barbara Gysi ont déposé deux motions visant à interdire les commissions excessives des intermédiaires. Elles demandent en outre que les assureurs mettent en place un bureau d'information indépendant, financé par les caisses.

Barbara Gysi, Nationalraetin SP-SG, Vizepraesidentin der SP Schweiz, rechts, spricht neben Nadine Masshardt, Nationalraetin SP-BE, Wahlkampfleiterin der SP Schweiz, waehrend einer Medienkonferenz uebe ...
Nadine Masshardt et Barbara Gysi.Image: KEYSTONE

Ce service sera chargé d'enquêter sur des cas signalés par les clients. En cas de soupçon de violation des règles, il doit les transmettre à l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) et à l'Autorité de surveillance des marchés financiers (Finma).

50 francs de commission au lieu de 70 dans l'assurance de base

Nadine Masshardt veut limiter les commissions versées aux courtiers à 50 francs, au lieu de 70 actuellement, pour l'assurance de base. La politicienne souhaite également limiter les commissions versées pour les assurances complémentaires à six primes mensuelles. Aujourd'hui, elles sont au moins deux fois plus élevées, soit douze primes mensuelles ou plus.

Toutes deux s'opposent, tout comme Benjamin Giezendanner, au nouvel accord de branche que les associations de caisses maladie Curafutura et Santésuisse ont mis en vigueur le 1er septembre 2023.

La nouvelle convention est «considérablement plus faible» dans deux domaines essentiels, comme l'écrivent Nadine Masshardt et Barbara Gysi dans leurs motions. Premièrement, la commission de surveillance externe est remplacée par un bureau d'annonce interne qui ne peut ni prononcer de sanctions ni informer les autorités des infractions.

Deuxièmement, la limite maximale définie pour les indemnités des intermédiaires est supprimée dans le domaine complémentaire. Dans l'ancienne convention, il s'agissait de douze primes mensuelles.

Pour les deux politiciennes du PS, il est clair que la suppression du plafond d'indemnisation pour les assurances complémentaires pourrait entraîner des paiements de commissions excessifs pour les assurances complémentaires.

«L'assouplissement précipité de l'accord interprofessionnel n'est pas un hasard, car on pouvait s'attendre cet automne à d'importantes augmentations des primes d'assurance maladie – et c'est ce qui s'est effectivement produit.»
Nadine Masshardt

Les associations professionnelles Curafutura et Santésuisse ne sont pas d'accord. «Nous avons adapté l'accord de branche à la nouvelle situation légale, qui prévoit des sanctions sévères contre les intermédiaires peu sérieux», écrivent-elles.

«Pour que la loi puisse entrer en vigueur, il faut que deux tiers des assurés représentés par les assureurs soient d'accord. Une mise en oeuvre rapide était donc importante»
Nadine Masshardt et Barbara Gysi dans leurs motions.

Selon les associations, les assurés pourront à l'avenir s'adresser très facilement aux autorités. «Il est donc judicieux de mettre d'abord en œuvre la nouvelle loi, avant de créer de nouvelles lois ayant le même objectif.»

Traduit et adapté de l'allemand par Tanja Maeder

Voici comment les voleurs des bornes CFF opèrent
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Moins de pesticides dans l'agriculture suisse? Ça a un prix
Grâce aux incitations financières de la Confédération, les agriculteurs pulvérisent de moins en moins de produits phytosanitaires dans leurs champs. Ce qui est bon pour l'environnement pose certains problèmes à l'agriculture.

En Suisse, plus de 300 pesticides protègent les légumes, les fruits et les céréales contre les mauvaises herbes, les insectes et les champignons. Leur utilisation permet d'éviter les pertes de récolte, les fruits véreux et les légumes pourris. Le revers de la médaille: la pluie emporte une partie de ces produits chimiques dans la nappe phréatique, ainsi que leurs produits de dégradation, appelés métabolites. Dans le sous-sol, la dégradation est lente et les produits chimiques s'accumulent.

L’article