Suisse
La Poste

La Poste va fermer environ 170 succursales en Suisse

La Poste va fermer environ 170 succursales en Suisse
Il ne restera plus à l'avenir que 600 offices de poste en Suisse.Image: KEYSTONE

La Poste va fermer environ 170 filiales en Suisse

La Poste doit faire des économies. Pour ce faire, elle va fermer quelque 170 filiales, a annoncé le géant jaune ce mercredi. Il n'y aura pas de licenciements, mais certains employés devront changer de poste.
29.05.2024, 07:5629.05.2024, 08:58
Plus de «Suisse»

La Poste suisse ferme quelque 170 filiales qu'elle exploite elle-même, a-t-elle annoncé ce mercredi matin. Il ne restera donc plus à l'avenir que 600 offices de poste. A titre de comparaison, on en comptait encore plus de 3000 il y a 20 ans.

«Les opérations traditionnelles au guichet, comme les versements, ont une nouvelle fois enregistré un net recul au cours des quatre dernières années», écrit le géant jaune dans un communiqué.

«Pour faire face à ces évolutions irréversibles, la Poste adapte son réseau de filiales en conséquence»
La Poste

La Poste va «continuer à offrir un réseau moderne constitué de quelque 2000 filiales desservies sur l’ensemble du territoire», poursuit le communiqué. «L’épine dorsale de ce réseau sera composée d’environ 600 filiales en exploitation propre».

Pas de licenciements, mais...

Il n'y aura pas de licenciements, a précisé l'entreprise à l'agence de presse Keystone-ATS. Car, malgré la réduction de postes liée à la fermeture des filiales, la Poste s'attend à court et à moyen terme à une augmentation des besoins en personnel.

Le géant jaune compte aussi sur les fluctuations naturelles et les départs à la retraite. Certains employés devront toutefois changer de poste.

La Poste veut transformer ses 600 filiales restantes en centres de services dans le cadre de partenariats conclus avec différentes banques, caisses-maladie, assurances et autorités. (ats/asi)

L'évolution du logo de la Poste
1 / 10
L'évolution du logo de la Poste
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le chef des Jeunes UDC a parlé au «bras armé médiatique de l'Etat russe»
Le sommet du Bürgenstock a eu lieu en grande pompe ce week-end. Il a rassemblé des dignitaires principalement occidentaux, sans trace de la Russie ou de la Chine. Le coprésident des Jeunes UDC s'en est plaint sur la chaîne pro-russe RT. Et fait réagir en Suisse, jusque dans son propre parti.

Tous les plus grands chefs d'Etats étaient réunis, samedi, au Bürgenstock, dans le canton de Nidwald, pour la Conférence sur la paix en Ukraine. Tous? Non. Un petit groupe d'irréductibles leaders a décidé qu'il ne viendrait pas. Et parmi eux, pas des moindres: Vladimir Poutine, premier concerné dans la guerre, mais aussi la Chine, un des partenaires les plus importants de Moscou. Les autres pays des BRICS comme l'Inde, le Brésil ou l'Afrique du Sud ont fait un discret acte de présence.

L’article