Suisse
OFSP

Augmentation des primes maladie 2024: Berne veut éviter le pire

La hausse prévisible des primes suscite un certain malaise à l'Office fédéral de la santé publique.
La hausse prévisible des primes suscite un certain malaise à l'Office fédéral de la santé publique.Image: Shutterstock/watson

Hausse des primes maladie: Berne tente de limiter la casse

Les primes maladie devraient augmenter en 2024. On parle même d'une croissance à deux chiffres. L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) incite désormais les assureurs à calculer les primes au plus juste. En a-t-il le droit?
29.08.2023, 16:5629.08.2023, 17:20
Anna Wanner / ch media
Plus de «Suisse»

Chaque année, un chiffre fait trembler le monde politique, le secteur de la santé et les assurés: la croissance moyenne des primes pour l'année à venir. L'automne dernier, Alain Berset avait annoncé que les primes augmenteraient de 6,6% en 2023. Cela représente une augmentation mensuelle de 24,50 francs par rapport à la prime moyenne de 372,70 francs.

Les perspectives pour 2024 sont au moins aussi pessimistes que l'année dernière. Les coûts de la santé ont augmenté de manière inattendue au premier semestre. La nervosité est devenue si grande que la Fédération romande des consommateurs a demandé un gel des primes.

Le porte-monnaie de nombreuses personnes se vide trop rapidement en raison de l'inflation, de la hausse des prix de l'électricité et de l'essence ainsi que de l'augmentation des loyers. Une hausse élevée des primes ne serait pas supportable.

La hausse prévisible des primes suscite également un certain malaise à l'Office fédéral de la santé publique. Le sous-directeur de l'OFSP, Thomas Christen, est donc intervenu personnellement auprès des assureurs maladie. Fin juillet, le responsable du domaine de l'assurance maladie et accident s'est adressé par e-mail à toutes les entreprises du secteur.

Un calcul trop généreux des caisses-maladie?

Selon les recherches de CH Media, les assureurs-maladie ont sous-estimé la croissance des coûts au cours des deux dernières années. Cette situation pourrait déclencher chez les assureurs le réflexe de surestimer la croissance des primes 2024. Il est question d'un coussin d'un à deux points de pourcentage que les assureurs souhaiteraient ajouter aux primes.

L'OFSP ne veut pas confirmer cette information. Interrogé, il écrit que Thomas Christen a informé les assureurs maladie de «certaines observations en rapport avec la saisie des primes». Il a même contacté certains CEO par téléphone.

Selon l'OFSP, le responsable a rappelé les «directives réglementaires et a par exemple attiré l'attention des assureurs sur le fait qu'il était essentiel, malgré les incertitudes existantes, de faire une estimation des coûts aussi bonne que possible». Concrètement?

«Il faut éviter les estimations de coûts excessives et les augmentations de primes non justifiées qui en découlent»

Les coûts ne sont pas beaux à voir

Dans le secteur, cette intervention n'est pas bien accueillie. Il y a plusieurs raisons à cela. Premièrement, il est incontestable que les coûts ont fortement augmenté au cours des deux premiers trimestres de cette année, de manière inattendue. Comme les primes doivent couvrir les coûts, l'OFSP a lui aussi communiqué depuis longtemps qu'il fallait s'attendre à une hausse des primes à l'automne.

Certains assureurs estiment que le fait de les accuser d'avoir calculé les primes de manière trop généreuse est une «insinuation malveillante». Une personne impliquée dans la discussion du côté des assureurs déclare:

«C'est complètement absurde. Chaque grande caisse poursuit une stratégie de croissance et ne peut croître que si elle propose des primes modérées.»

Deuxièmement, la colère se manifeste également suite à un épisode qui remonte à deux ans: à l'époque, le Conseil fédéral et l'OFSP avaient poussé les caisses maladie à réduire leurs réserves pour faire baisser les primes. Ils y sont parvenus, mais les réserves ont massivement diminué. Les mauvais résultats des placements en ont été la cause. Thomas Christen l'a déjà souligné en mai lors d'une conférence de presse: «Le coussin a disparu». La hausse des coûts se répercutera donc directement sur les primes en 2024.

De plus, le changement de comportement des assurés pèse sur la facture. En 2023, les primes n'ont pas augmenté de 6,6% comme annoncé, mais plutôt de 5%. De nombreux assurés ont opté pour une caisse maladie moins chère, ont augmenté leur franchise ou ont choisi un modèle d'assurance plus avantageux. En conséquence, les caisses maladie se sont parfois retrouvées avec un déficit qu'elles doivent désormais combler. Ce facteur sera également pris en compte dans le calcul des primes.

Une intervention à caractère politique?

En bref, les assureurs-maladie s'irritent de «l'intervention de l'Etat», car il s'agit d'une ingérence à la limite de la légalité. Une chose est sûr: dans la perspective des élections, la question des primes est plus importante que jamais d'un point de vue politique. A cela s'ajoute le retrait imminent de Berset. Comme le disent les mauvaises langues, le Fribourgeois ne voudra pas terminer son mandat par un fiasco concernant les primes maladie.

L'intervention n'est cependant pas interdite. L'OFSP écrit:

«Il n'est pas seulement du devoir, mais aussi de l'obligation de l'OFSP d'examiner de manière critique le travail des assureurs.»

De très nombreux contacts auraient eu lieu entre les assureurs et l'OFSP à différents niveaux entre début août et mi-septembre. Lorenz Hess, conseiller national du Centre et président du conseil d'administration de Visana, trouve même «important» que «l'OFSP observe attentivement un processus aussi délicat que l'adaptation des primes et qu'il signale si les calculs ne sont pas corrects».

Traduit et adapté par Nicolas Varin

On s'ennuie dans les transports publics? Pas toujours:

1 / 31
On s'ennuie dans les transports publics? Pas toujours
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
5 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
5
On a l'image de la voiture juste après
Un véhicule bloqué sur un passage à niveau à La Chaux-de-Fonds a été percuté par un train régional, mais était inoccupé et aucun blessé n'est à déplorer, mais l'état de la voiture montre que le pire a été évité.

Un accident spectaculaire s'est produit, jeudi en fin d'après-midi, à un passage à niveau de La Chaux-de-Fonds. Une voiture a été percutée par un train régional. Fort heureusement, l'incident n'a fait aucun blessé, mais l'image de la destruction du véhicule rappelle à tout le monde l'importance de respecter la signalisation.

L’article