DE | FR
Le Parlement et le gouvernement ont rejeté l'initiative «99%».
Le Parlement et le gouvernement ont rejeté l'initiative «99%».Image: KEYSTONE

Les politiciens suisses pas prêts à taxer les riches!

L'initiative «99%» voulait taxer les 1% des Suisses les plus riches et redistribuer cet argent. Pour le parlement, ça va trop loin.
02.03.2021, 11:2006.03.2021, 09:20

Les 1% des Suisses les plus riches peuvent pousser un soupir de soulagement. L'initiative populaire «99%», qui voulait les taxer, n'ira pas plus loin.

Après le National, le Conseil des Etats l'a rejetée mardi par 32 voix contre 13, sans lui opposer de contre-projet. Sans surprise, le Parlement s'aligne sur la position du gouvernement.

Dix milliards de francs

Lancée par les Jeunes socialistes, l'initiative aurait permis de redistribuer cinq à dix milliards de francs, selon ses initiants. Cette somme pourrait servir à réduire l'imposition des personnes disposant de petits ou moyens salaires ou à financer des prestations sociales, comme des crèches, des subsides à l'assurance-maladie ou la formation.

Pour les élus de droite, ce texte dégraderait l'attractivité financière du pays. La gauche estime, au contraire, que l'initiative pose la question fondamentale de la justice fiscale. (ats)

Thèmes
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
A l'Uni de Genève, le syndicat étudiant défie le rectorat
Suite au coup de force d'activistes le 17 mai dernier et à la décision du rectorat d'entamer des poursuites pénales, l'association faîtière des étudiants de l'Université de Genève contre-attaque.

L’épreuve de force est montée d’un cran. Lundi 23 mai, la CUAE, l’association faîtière des étudiants de l’Université de Genève (UNIGE) a déployé une banderole géante dans le hall d’Uni Mail: «ÉTUDIANT-E-X-S RÉPRIMÉ-E-X-S: LE MALAISE», est-il écrit en lettres majuscules. Cette action est une réponse à la décision du rectorat de déposer une plainte pénale contre les personnes qui, le 17 de ce mois, dans les locaux de l’UNIGE, ont interrompu avec violence une conférence du professeur français Eric Marty, auteur du livre «Le sexe des modernes», jugé transphobe par les perturbateurs, des transactivistes.

L’article