ciel clair-4°
DE | FR
Suisse
Reportage

Les réfugiés ukrainiens fêtent le Noël orthodoxe à Lausanne

epa10395907 Ukrainians sing Christmas carols as they carry decorated stars of Bethlehem during a parade in downtown Lviv, Western Ukraine, 08 January 2023 as a part of Christmas celebrations amid the  ...
La population ukrainienne célèbre Noël sur fond de guerre. Des enfants reprennent des chants de Noël alors qu'ils portent des étoiles décorées, lors d'un défilé au centre-ville de Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine. Les croyants ukrainiens célèbrent le jour de Noël orthodoxe selon l'ancien calendrier julien, le 07 janvier.Image: EPA
Reportage

«La peur, on s'y habitue»: les Ukrainiens ont fêté leur Noël à Lausanne

Une vingtaine de réfugiés ukrainiens d'un centre de jour à Lausanne se sont retrouvés le soir du 6 janvier pour fêter le Noël orthodoxe. Un moment aussi réconfortant que symbolique pour Natalia, musicienne, qui retrace pour watson son parcours bouleversant l'ayant menée de la ville de Kharkiv (est de l'Ukraine) au centre de requérants de Boudry (NE), en Suisse.
09.01.2023, 18:5110.01.2023, 18:18
Suivez-moi

Sur trois étroites tables poussées au centre de la pièce trônent une dizaine de plats de toutes les couleurs. «On dirait presque un banquet de mariage», s'émerveille une volontaire du centre de jour ukrainien, niché au coeur de Lausanne. En ce soir du 6 janvier, dans la lueur d'un sapin illuminé, une petite quinzaine d'Ukrainiens s'activent, des femmes et des enfants pour la majorité. Chacun est vêtu d'une chemise traditionnelle brodée de fils noirs et rouges, ou parcourus de jolis motifs bleus, la Vyshyvanka. Un jeune garçon a revêtu un pantalon noir et ample, ceint à la taille d'un gracieux cordon rouge.

Malgré le fait que Noël se fête loin de sa maison, chacun tient à célébrer cette nuit spéciale en compagnie des siens - et à fabriquer des souvenirs mémorables pour les plus jeunes. Face à l'enthousiasme de ces derniers, quelques sourires se dessinent timidement, avant de laisser place à l'écho franc de rires complices. En façade, aucune nostalgie ne transparaît, malgré les froides nouvelles du pays qui, chaque jour, pilonnent les informations.

Depuis la veille, trois Ukrainiennes font bourdonner les fourneaux. Le bortsch, soupe à la betterave - un impondérable du menu de Noël ukrainien - distille un fumet prometteur. «Demain, il y aura des enfants», m'avise Ludmilla, une juriste originaire de Kiev. «Ils vont chanter et nous souhaiter de belles choses pour cette année. La tradition veut qu'on leur tende des friandises, ainsi que des petites pièces.»

«Tout est symbole»

Renvoyant aux mois de l'année, ou encore aux apôtres de Jésus, les plats présentés sont au nombre de douze. A la première étoile scintillant dans la nuit, l'on entame un plat doucereux symbolisant la prospérité, composé de bouillie de blé, de graines de pavot, de raisins secs, et de miel. «Riche ou pauvre, chaque famille ukrainienne prépare le Kutia pour le Sviata Vecheria, le saint repas», m'informe un participant.

Au cours de la soirée, récits des temps anciens et traditions chrétiennes s'entremêlent pour célébrer la fertilité de la terre, en promesse d'une bonne récolte.

«Nos plats, nos contes et nos chants sont remplis de symboles»
Une convive ukrainienne
Les raviolis fourrés (vareniki), le Kutia, les blinis de blé et le poisson cuit font partie du repas de Noël,composé de douze plats.
Les raviolis fourrés (vareniki), le Kutia, les blinis de blé et le poisson cuit font partie du repas de Noël,composé de douze plats.watson

Svetlana, 74 ans, virevolte avec vigueur parmi les convives. Elle se dirige vers moi, et me prend les deux mains dans les siennes:

«C'était un beau pays, vous auriez dû voir, un pays riche, avec de la culture. Mais maintenant, je ne comprends rien, plus rien»
Svetlana

Ce repas, me confie-t-elle encore, lui rappelle sa jeunesse. Je lui demande si elle pense retourner en Ukraine à la fin de la guerre. Oui, dégorge-t-elle avec une féroce énergie, ramenant les mains sur son coeur. «Si je pouvais, là, maintenant!»

«On ne voit pas leurs larmes»

Alors que tout le monde ou presque a repris le chemin de son foyer, de son appartement ou de sa famille suisse, la salle a regagné son austérité familière. Natalia considère, pensive, la ravissante crèche qu'elle a improvisée pour la soirée, à l'aide de quelques rameaux et d'une poupée. Elle peut enfin souffler. Cette cheffe de choeur et ancienne étudiante au Conservatoire de Kharkiv s'est résignée à quitter l'Ukraine au mois de juillet. Surtout sur exhortation de ses amis, inquiets pour elle. Et la peur? «La peur, on s'y habitue, et c'est bien le problème.»

Natalia est originaire de la ville de Kharkiv. Après le Conservatoire, cette cheffe de choeur s'est lancée dans la restauration de pianos. Elle a fui l'Ukraine au milieu de l'été.
Natalia est originaire de la ville de Kharkiv. Après le Conservatoire, cette cheffe de choeur s'est lancée dans la restauration de pianos. Elle a fui l'Ukraine au milieu de l'été. watson

Quand la guerre a commencé, la population s'est appuyée sur une application avertissant les gens lorsqu'ils doivent se protéger. Ainsi que sur les sirènes. Mais ces dernières retentissent plusieurs fois par heure; impossible de poursuivre quelconque activité. Alors, petit à petit, les familles ne se sont plus précipitées hors des parcs. Les magasins sont restés ouverts. La vie a repris le dessus. «Les alarmes, toute la journée, me glisse-t-elle dans un soupir. Je ne pouvais plus dormir.»

Je souligne la résilience des convives de ce soir.

«Il y a des sourires, mais personne ne voit leurs larmes derrière les portes closes»
Natalia

Je ne veux pas parler pour tout le monde, nuance la musicienne, mais beaucoup d'entre eux ont de bien tristes histoires à raconter.

Kharkiv «comme un feu d'artifice»

Pour Natalia, la guerre avait commencé en 2014 déjà. Mais à la télé, les analystes rejetaient l'idée d'une attaque plus globale, rangée au rang d'idée saugrenue. «Ils disaient: Poutine n'est pas aussi fou.» L'Ukrainienne a de la peine à se remémorer les premiers jours de la guerre, qu'elle observait, incrédule, depuis les fenêtres de son appartement de Kharkiv, ville du nord-est située à une trentaine de kilomètres de la frontière russe.

«Quand j'ouvrais les rideaux, on aurait dit des feux d'artifice assourdissants. Les roquettes rasaient les buildings, ça explosait de partout. On entendait le bruit des chars», articule-t-elle lentement, une larme transperçant furtivement l'armure diaphane de son regard. Ces bruits, elle a bien cru les entendre ici, en Suisse, le 31 décembre. Avant de se rappeler, soulagée, qu'elle était pour l'heure en sécurité dans un cocon familial helvétique.

Mais face à un sentiment diffus de culpabilité, son soulagement ne fait jamais long feu. Les premiers mois du conflit, Natalia refuse de fuir le pays: «je ne voulais pas être lâche». Au fil des semaines, alors qu'elle se retrouve presque en première ligne, elle décide, le coeur lourd, de se réfugier à Vinnytsia, une ville du centre-ouest qu'elle pensait plus à l'abri. Cette fois encore, la rumeur de la guerre ne lui laisse aucun répit. Elle sait qu'elle doit partir. Elle est sans famille. De ses propres mots, une bénédiction en des temps si sombres, mais également un fardeau. Partir pour aller où? Qui sera son foyer, désormais? Elle ne le sait pas encore, mais décide de retourner une dernière fois à Kharkiv. Celle qui est devenue restauratrice de pianos n'a plus rien, mais elle est déterminée à ne pas abandonner ses précieux souvenirs.

«Je sais que c'était très dangereux. Mais j'avais surtout la hantise que mon building ait été rayé de la carte»
Natalia

Elle se rappelle la redoutable efficacité des trains, qui continuent d'évacuer les gens à la pelle sous les missiles, et les stations de métro devenues des foyers de fortune pour de nombreuses familles. A son grand soulagement, son bâtiment tient toujours debout. En son sein, seuls de vieux voisins, qui refusent de partir, viennent l'accueillir. Ils survivent comme ils le peuvent, dépendant des soldats pour l'eau et la nourriture. Natalia leur offrira ce qui lui reste, et repart avec son inestimable butin - une boîte à photos, et quelques livres- sous le bras. L'ancienne cheffe de choeur en profite pour aider à réapprovisionner les militaires. «Au-dehors, je voyais nos hommes, qui se pressent, soignent, alimentent, et meurent pour nous protéger», sourit-elle avec affliction, les yeux enfouis dans les souvenirs.

«Je suis tellement reconnaissante envers nos soldats. Si nos hommes ne nous défendaient pas, qui le ferait?»
Natalia

Peuvent-ils célébrer Noël au front? Pas vraiment - surtout au vu du cessez-le-feu inexistant -, mais Natalia a vu passer quelques clichés de soldats qui se recueillent, ou célèbrent devant de petits sapins artificiels offerts par des volontaires.

De Kharkiv à Noël en Suisse

Abritée sous une immense tente à la frontière slovaque, Natalia apprend qu'une partie de son quartier de Vinnytsia, dont le marché qu'elle avait pris l'habitude de fréquenter, a été détruite par des missiles. C'est le choc. La musicienne décide de mettre le cap sur la Suisse. Un espoir de paix et de sécurité en bandouillère, elle se décide pour la Romandie. Par amour pour la langue de Francis Cabrel, Charles Aznavour et de nombreux chanteurs francophones qu'elle aime tant. Au centre de requérants d'asile de Boudry, dans le canton de Neuchâtel, elle «prend conscience du nombre de personnes déracinées en raison d'une guerre».

Le statut de réfugiée? Très difficile à accepter pour l'entrepreneuse, qui a toujours été très indépendante.«Ma gratitude pour la Suisse est énorme. Nous sommes tellement d'Ukrainiens à être venus en même temps. C'est incroyable de nous montrer tant de bienveillance», chuchote-t-elle. Désormais, la pianiste de Kharkiv suit deux cours de français différents. «Je suis certes adulte, j'ai fait de longues études, mais je me sens désormais comme un nouveau-né. Je dois tout apprendre, tout comprendre. Comme si j'avais perdu un bout de moi-même.»

Des émotions quand les mots manquent

Et ce Noël, après ce périple, que signifie-t-il pour elle et les siens? Etrangement, la réponse n'est pas simple. Quand la musicienne a posé le pied en Suisse, il lui était très difficile de parler.

«Je ne pouvais pas échanger avec les autres Ukrainiens non plus, c'était trop douloureux. Je me suis ouverte petit à petit»
Natalia

Ceux qui sont partis plus tôt d'Ukraine ont pu épargner un peu plus leur coeur et leur cerveau, songe-t-elle, se rappelant d'une jeune fille arrivée voici deux semaines de Kherson. «J'ai ressenti son incapacité à parler, malgré un grand besoin de communiquer. Je me suis vue en elle.»

Bonne récolte et prospérité sont au coeur des traditions du Noël ukrainien.
Bonne récolte et prospérité sont au coeur des traditions du Noël ukrainien.watson

Rencontrer les siens au centre de jour est une tristesse autant qu'une joie, et devient bientôt une nécessité. Pour se reconstruire, pour échanger sur l'actualité, et trouver des moyens d'aider le pays.

Passer Noël ensemble, à cet égard, permet de «se sentir en famille», connectée avec d'autres «qui vivent la même situation».

Nous n'échangeons pas beaucoup sur nos expériences de la guerre entre Ukrainiens, mais fêter Noël ensemble, et partager des moments dans notre propre langue, c'est comme être à la maison. Comme si la distance entre notre foyer, nos proches et nous, se rétrécissait.»
Natalia, cheffe de choeur

Une façon de transmettre ses valeurs et réaffirmer l'existence de sa société, malgré une guerre qui ne semble pas près de s'achever.

Le costume de Miss Ukraine rend hommage à son pays

1 / 11
Le costume de Miss Ukraine rend hommage à son pays
source: instagram @missukraine_universe
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

«On a eu très peur»: Un missile explose à quelques mètres d'un journaliste français

Video: twitter
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Comment un double meurtre atroce a eu lieu à Fribourg pour deux tracteurs
Le procès d'un agriculteur fribourgeois, accusé d'avoir abattu froidement un père et son fils un soir de mars 2020 à Sorens (FR), s'est ouvert lundi. Une escroquerie autour de la vente de deux tracteurs est à l’origine du drame, dont les détails sont particulièrement atroces.

C'est un procès sous haute tension qui s'est ouvert à Granges-Paccot (FR), où le Tribunal pénal de la Gruyère s'est «expatrié» pour l'occasion dans une salle pouvant accueillir la quinzaine de journalistes présents, dont trois dessinateurs de presse et une quinzaine de spectateurs.

L’article