Suisse
Santé

La coqueluche se répand: tout sur le vaccin et les symptômes

Les cas de coqueluche explosent en Suisse: «C'est très contagieux»

Pour les nourrissons, la coqueluche est mortelle. Cette année, le nombre de cas a nettement augmenté. Une infectiologue explique ce que l'on peut faire contre.
29.05.2024, 11:57
Bruno Knellwolf / ch media
Plus de «Suisse»

La coqueluche est une maladie infectieuse des voies respiratoires très contagieuse, causée par la bactérie Bordetella pertussis et plus rarement Bordetella parapertussis. Au cours des vingt années précédant la pandémie de Covid, l'incidence annuelle oscillait entre 40 et 164 cas pour 100 000 habitants.

«Pendant les trois premières années de la pandémie, l'incidence a chuté à moins de 20 pour 100 000 habitants en raison des restrictions de contact. Depuis 2024, nous observons toutefois une nouvelle augmentation des cas. Depuis le début de cette année, presque deux fois plus de cas ont déjà été déclarés que pour toute l'année 2023.»
Simon Ming de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

En raison de la suppression des mesures sanitaires et de l'augmentation des contacts, différents agents pathogènes, dont la coqueluche, circulent à nouveau plus fréquemment depuis quelque temps, explique Simon Ming. L'infectiologue Anita Niederer-Loher de l'hôpital pédiatrique de Suisse orientale explique tout ce qu'il faut savoir sur la coqueluche.

En Suisse, les cas de coqueluche augmentent fortement, chez l'enfant et chez l'adulte. tout ce vous devez savoir sur le vaccin, les symptômes et le traitement.
Anita Niederer-Loher est infectiologue. Elle a terminé ses études de médecine à Fribourg et à Berne. Elle a ensuite suivi une formation de spécialiste en pédiatrie à Coire et à Saint-Gall.

On compte déjà deux fois plus de cas de coqueluche que pour toute l'année 2023. Quelle en est la raison?
Anita Niederer-Loher: On voit actuellement de nombreux cas de coqueluche en pédiatrie et dans les cabinets médicaux. Comme il n'y a pas de déclaration obligatoire de la coqueluche, il n'est pas facile de tirer des conclusions des chiffres de l'OFSP. Lorsque les cas se multiplient, le corps médical est sensibilisé et fait davantage de diagnostics, ce qui contribue également à une augmentation des chiffres.

«Nous pouvons nous attendre à ce que les chiffres diminuent à nouveau pendant les mois d'été»

Mais il est clair qu'il y a actuellement plus de cas que par le passé. Comme pour d'autres infections respiratoires, il y a toujours de petites vagues de coqueluche. Les épidémies surviennent parce que les gens ne sont plus aussi bien protégés, par exemple parce que la dernière vaccination remonte à trop longtemps.

Y a-t-il une saison de la coqueluche?
Comme il s'agit d'une infection respiratoire, le risque de contagion est plus élevé en hiver et au printemps, lorsque les gens sont proches les uns des autres à l'intérieur.

En quoi la coqueluche se distingue-t-elle d'une toux classique?
On ne peut pas vraiment distinguer une toux de refroidissement d'une coqueluche. Il y a une petite différence: les patients atteints de coqueluche n'ont généralement pas de fièvre et ne présentent que peu de symptômes supplémentaires au rhume au début de l'infection.

«Ce qui est typique de la coqueluche, c'est que la toux dure très longtemps: des semaines, voire des mois»

Et cela peut être très désagréable, car il y a souvent des quintes de toux la nuit, ce qui perturbe le sommeil.

La coqueluche est-elle dangereuse?
La coqueluche est pénible pour tout le monde, mais très dangereuse chez les nourrissons. Un bébé sur cent meurt suite à une infection par la coqueluche. Même avec toutes les possibilités de la médecine moderne, on est à la traîne sur ce plan.

«Il est donc recommandé à toutes les futures mamans de se faire vacciner pendant la grossesse»

Les nouveau-nés sont ainsi protégés pendant les premiers mois de leur vie, lorsque le risque est le plus élevé et que la protection n'est pas encore établie par la vaccination du nourrisson lui-même. On est contagieux pendant les trois premières semaines après le début des symptômes, mais plus après, malgré la toux. La durée de contagion peut être raccourcie si le diagnostic est posé tôt et si des antibiotiques sont administrés.

«Après un traitement antibiotique de cinq à sept jours, il n'y a plus de risque de contagion»

La coqueluche se transmet-elle facilement?
Prévenir la coqueluche est extrêmement difficile, car la maladie est très contagieuse. Comme on ne reconnaît souvent pas qu'il s'agit d'une coqueluche, l'agent pathogène se répand facilement après l'infection. Certes, les personnes vaccinées sont bien protégées contre les bactéries hautement infectieuses de la coqueluche, mais pas à 100%.

Comment peut-on prévenir l'infection?
La vaccination est le seul moyen de prévention. Pour les nourrissons et les jeunes enfants, la coqueluche est incluse dans le vaccin combiné à six doses recommandé, avec le tétanos, la diphtérie, la poliomyélite, l'haemophilus de type b et l'hépatite B. Une vaccination de rappel est recommandée à l'âge de la maternelle ainsi que chez les adolescents et une fois à 25 ans. En outre, toutes les personnes en contact avec des nourrissons dans le cadre de leur vie privée ou professionnelle et qui n'ont pas été vaccinées ou n'ont pas eu d'infection confirmée au cours des dix dernières années devraient se faire vacciner.

Quelle est l'étendue de la protection vaccinale?
La vaccination a une efficacité de 80 à 90%. L'efficacité est excellente pour les nourrissons après la vaccination de la mère pendant la grossesse, avec 95%. La bactérie elle-même ne rend pas malade, mais elle produit des toxines qui paralysent par exemple les cils vibratiles dans les poumons. Cela entraîne notamment une forte production de mucus et les symptômes de la toux.

«Les toxines peuvent aussi s'attaquer au cerveau et à la commande respiratoire, surtout chez les nourrissons»

C'est pourquoi ces derniers ont souvent des pauses respiratoires. La vaccination rend les toxines inoffensives, mais on sait qu'il n'est pas possible de vacciner directement contre les bactéries elles-mêmes.

Le vaccin contre la coqueluche a-t-il des effets secondaires?
Il est possible qu'une combinaison avec le vaccin contre le tétanos provoque des douleurs, un gonflement ou des rougeurs à l'endroit de la vaccination. Le vaccin contre la coqueluche est très bien toléré, mais comme toute vaccination, il peut parfois provoquer de la fièvre. Mais le vaccin est sûr et administré depuis des décennies.

La coqueluche touche-t-elle aussi les adultes?
Pour la bactérie de la coqueluche, l'âge n'a pas d'importance. Avant qu'on ait un vaccin, c'était surtout les enfants qui tombaient malades, car ils se transmettaient rapidement la bactérie entre eux. Grâce à la vaccination, ils sont désormais bien protégés et le nombre de cas a nettement diminué.

«Les jeunes adultes sont aujourd'hui ceux qui sont le plus souvent contaminés»

Pourquoi?
La vaccination protège pendant cinq à dix ans; une infection procure la même durée de protection. Sans rappel, le risque de contamination est très élevé en cas de contact avec une personne infectée. Cela concerne souvent les jeunes adultes. Il est donc recommandé de se faire vacciner si l'on évolue dans l'environnement de nourrissons, et ce à tout âge.

Traduit et adapté par Tanja Maeder

Les enfants sont formidables
1 / 14
Les enfants sont formidables
source: imgur
partager sur Facebookpartager sur X
La greffe de tête bientôt possible?
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Un distributeur à billets explosé à Sainte-Croix
Des inconnus ont fait exploser un bancomat à Sainte-Croix (VD) dans la nuit de dimanche à lundi. La déflagration a provoqué de gros dommages au bâtiment. Les auteurs ont pris la fuite.

Vers 4h du matin, lundi 22 juillet une explosion a endommagé le bancomat situé à la rue Centrale à Sainte-Croix, explique la police vaudoise par le biais d'un communiqué.

L’article