Suisse
Terrorisme

La Stratégie antiterrorisme ne visera pas que le djihadisme

La menace terroriste en Suisse reste élevée

Le Conseil fédéral a actualisé sa stratégie antiterroriste, élargissant la définition de terrorisme au-delà du djihadisme. Et la menace existe.
31.05.2024, 15:46
Plus de «Suisse»

La menace terroriste en Suisse reste élevée. Le Conseil fédéral a mis à jour vendredi sa stratégie pour la lutte antiterroriste. Celle-ci reformule la notion de terrorisme de manière plus large, sans viser exclusivement le djihadisme.Le mouvement djihadiste reste la

Le mouvement djihadiste reste la principale menace, rappelle le Conseil fédéral. Et de mentionner les attentats de Morges et de Lugano en 2020.

Mais le terrorisme est motivé par des idéologies diverses, comme le montrent les attaques de Halle (2019), de Hanau (2020), de Bratislava (2022) ou encore l'attaque au couteau d'un juif à Zurich cette année. La nouvelle stratégie formule la notion de terrorisme sans en viser une exclusivement. Cela permet d'inclure d'autres idéologies extrémistes et s'applique indépendamment des motifs et de l'idéologie des auteurs.

Davantage d'outils

Depuis 2015, la Suisse a renforcé les possibilités légales de lutte contre le terrorisme. La police a plus de moyens de gérer les menaces, l'accès aux substances chimiques pouvant être utilisées pour fabriquer des explosifs est plus difficile. Celles-ci sont désormais intégrées dans la nouvelle stratégie.

De manière générale, le Conseil fédéral note que la stratégie n'a pas besoin d'adaptations majeures. Des précisions ont été effectuées de manière ponctuelle.

Prévention

Dans un rapport en réponse à un postulat du Conseil national, le gouvernement rappelle l'importance de la prévention des actes de violence. La détection précoce des tendances à la radicalisation est décisive. Elle permet aux autorités de prendre rapidement des mesures préventives.

La société civile joue un rôle majeur si elle est sensibilisée à la question et sait à qui s'adresser. Ces derniers mois, sept personnes présumées radicalisées ont été identifiées dans notre pays, dont six mineures et une majeure. Elles étaient toutes actives sur des chats ayant pour but de les radicaliser, et seule une d'entre elles était connue des services de police.

Pour le Conseil fédéral, la formation et l'intégration sont la clé de la prévention. Il rappelle également que les tâches des différents acteurs sont clairement définies et coordonnées. Il n'y a pas de doublons. (sda/ats)

Des photos vintage de passages piétons en Suisse:

1 / 10
Des photos vintage de passages piétons en Suisse:
«Oups, c'était limite!» - Photo prise en mai 1957 à Zurich, où un homme est presque renversé par une voiture.
source: photopress-archiv / bischof
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La bourde des sirènes renforce nos mauvais réflexes
On pourrait croire que moins les risques sont réels, plus l'erreur est humaine. Or, dans un pays qui va bien, déclencher une alarme pour de faux, comme lundi matin dans les cantons de Vaud et du Valais, renforce un réflexe dévastateur chez les citoyens suisses.

Déjà que les lundis matins n'ont jamais été des sinécures, Vaudois et Valaisans ont été tiré du lit par la peau des fesses, ce 15 juillet. Toutes sirènes dehors, nos autorités ont propagé une panique générale et inédite, pendant une bonne quinzaine de minutes.

L’article