DE | FR
Image: Keystone
Commentaire

L'OFSP s'excuse enfin pour quelque chose. Il était temps!

Ça a fini par arriver, mais un peu tard: de (petites) excuses de l'OFSP. Ce n'était pas tant un mea culpa pour un motif en particulier qui se faisait attendre, mais le geste lui-même. Récit d'un regret citoyen.
04.01.2022, 20:0105.01.2022, 06:30
Suivez-moi

Dans Harry Potter comme dans la vie, il est bon de se rappeler que les mots ont du pouvoir. Certaines phrases créent directement du réel: «Je vous déclare mari et femme», «Je déclare cette séance ouverte». Mais il y a aussi les annonces qui ont potentiellement des effets marquants sur leurs destinataires: ce sont des promesses, des aveux... ou des mea culpa.

Du Covid et des mots

Regardons la situation actuelle de la Suisse telle qu'elle est. Sur une échelle de plusieurs décennies, jamais le pays n'aura été autant divisé sur des questions de principes fondamentaux (libertés individuelles) ou institutionnels (puissance de l'Etat central) qu'avec le Covid. La crise sanitaire, on l'a souvent rappelé, s'est accompagnée d'une crise économique, puis politique, et enfin sociale de manière générale.

Or, au-delà des querelles entre les pro-gouvernement et les anti-système, se traitant respectivement de «moutons» et de «complotistes», et outre les cinquante nuances de positionnements des citoyens qui ne se reconnaissent ni dans un camp ni dans l'autre, il y a un plan sur lequel la Confédération n'a pas brillé dans sa gestion de la crise, de l'avis de la plupart des observateurs: la communication. Que l'OFSP daigne enfin s'exprimer sur les maladresses de sa communication, justement, est une bonne nouvelle.

Trop tard?

Mais celle-ci, en quelque sorte, arrive un peu tard. Et elle concerne une futile erreur de mathématiques, dans le calcul du nombre de contaminations au Covid. Il y en aurait eu, des occasions plus importantes de reconnaître publiquement des manquements: l'affaire des masques, bien sûr, présentés dans un premier temps comme étant inutiles, puis érigés en mesure phare de la protection contre le virus. Puis, d'autres incohérences ou confusions.

Les enfants, par exemple. Longtemps, les autorités ont dit et répété que les bambins n'étaient pas concernés par le virus, qu'ils ne risquaient rien et qu'ils ne le transmettaient pas à leur entourage. Aujourd'hui, nos chères têtes blondes se retrouvent brutalement propulsées au cœur de la pandémie. Et personne à l'OFSP n'est venu reconnaître ouvertement que, peut-être, ils avaient pu mal évaluer la situation.

Car les explications sont nombreuses. Autant que les griefs à l'encontre des principaux concernés: manque d'anticipation, peur de la réaction des cantons ou de la population, amateurisme... Sans doute la vérité tient-elle en un peu de tout cela. Mais peu importe, au fond. Cette crise, on le sait, est un long fleuve incertain. Cela ne devrait pas empêcher nos experts et autorités de soigner leur discours. Et de nous parler comme à des adultes. S'excuser, reconnaître des ratés fait partie de ce travail. Au moins une fois, une bonne fois.

Retrouver la confiance

Une allocution officielle de la Confédération, engageant à la fois le Conseil fédéral et ses services et experts au front contre le Covid, qui permette de reconnaître en une fois toute une série d'erreurs ou de maladresses: «Sur ces éléments, nous n'avons pas été très bons et nous nous en excusons.» Voilà ce qu'il aurait fallu – et donc qu'il faudra – mettre en place en laissant tomber cette fausse modestie «On fait du mieux qu'on peut» si propre à la Suisse que nous n'aimons pas.

Que le pragmatisme soit écarté juste un jour pour lui préférer un peu de spectacle et d'humanité, que diable! C'est à ce prix que les citoyens les plus sceptiques retrouveront, peut-être, confiance dans leurs autorités. En tapant «excuses gestion Covid» dans Google Actualités, en Suisse, on ne tombe que sur Boris Johnson ou Emmanuel Macron. Rien sur Alain Berset. Eclairant, non?

L'ekranoplan Lun est très populaire sur Instagram

1 / 10
L'ekranoplan Lun est très populaire sur Instagram
source: instagram
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Caddie, le fabriquant de chariots est en faillite

Et si l'affaire Epstein vous fascine, voici de quoi vous satisfaire.

A New York, un jury déclare Ghislaine Maxwell coupable de crimes sexuels

Link zum Artikel

Le suicide de Jeffrey Epstein restera une énigme

Link zum Artikel

Le prince Andrew peut souffler: 5 points sur le procès Epstein

Link zum Artikel

Affaire Epstein: le prince Andrew tente de ralentir la procédure

Link zum Artikel

Procès contre Ghislaine Maxwell: le prince Andrew doit-il trembler?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi nous devons à nouveau nous inquiéter du fascisme
Vladimir Poutine a transformé la Russie en un Etat fasciste. Les Etats-Unis pourraient prendre le même chemin.

Dans son ouvrage monumental sur l'histoire du 20e siècle, l'historien britannique Ian Kershaw constate qu'il est impossible de définir le fascisme. C'est comme si on essayait de remplir une passoire d'eau.

L’article