DE | FR
Sécheresse, chaleur plus intense, forte pluie, hiver plus court. Voilà ce qui nous attend.
Sécheresse, chaleur plus intense, forte pluie, hiver plus court. Voilà ce qui nous attend.
Image: watson/keystone

Hausse des températures: Voici les 4 changements majeurs qui nous attendent

La Terre va se réchauffer de 1,5 degré en dix ans. A quoi devons-nous nous attendre? Le rapport du GIEC sur le climat, des climatologues et un glaciologue nous éclairent.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
12.08.2021, 16:4812.08.2021, 17:03
Vanessa Hann
Vanessa Hann
Suivez-moi

Le rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) de l'ONU le montre: Au rythme actuel, la Terre se réchauffera de 1,5 degré vers 2030. C’est plus tôt que ce qui était prévu.

Actuellement, la Terre se réchauffe de 1,1 degré par rapport au niveau préindustriel. Vous imaginez peut-être qu'une augmentation de 0,4 degré, ce n’est pas grand-chose. Pourtant, cela a un impact majeur.

Plus la Terre se réchauffera, plus les phénomènes météorologiques extrêmes deviendront graves et fréquents, affirme Sonia Seneviratne, qui a travaillé sur le rapport du GIEC. «Dans les prochaines années, nous connaîtrons des vagues de chaleur, des sécheresses ou des précipitations comme nous n'en avons jamais vues auparavant», déclare la professeure en climatologie de l’EPFZ.

Le réchauffement de la planète déclenche toute une série d'événements. Un rapport sur le climat a déjà révélé en 2018 ceux qui pourront affecter la Suisse. Voici, en quatre points, ce à quoi nous devons nous préparer.

Les journées chaudes seront plus longues et plus fréquentes

Si la Terre se réchauffe, il y aura de plus en plus de jours de chaleur extrême. La température moyenne augmentera et les jours et les nuits chauds deviendront plus fréquents. Ce n’est pas encore le cas cet été en Suisse, mais cela s'est déjà observé au Canada. Fin juin, on y a mesuré environ 50 degrés: Un nouveau record.

Et si cela n’est pas arrivé chez nous, c’est un hasard. Sonia Seneviratne explique:

«Les vagues de chaleur qui se produisaient tous les 50 ans arriveront tous les dix ans à l'avenir. Quand à l'endroit sur Terre où elles s’abattront, que ce soit au Canada, en Chine ou en Suisse, relève d’un pur hasard»
Sonia Seneviratne, co-autrice du GIEC
Dans la province de Colombie-Britannique au Canada, la température a atteint 49,6 degrés à la fin du mois de juin. Une ambulance de l'Armée du Salut sert de station de refroidissement.
Dans la province de Colombie-Britannique au Canada, la température a atteint 49,6 degrés à la fin du mois de juin. Une ambulance de l'Armée du Salut sert de station de refroidissement.
Image: keystone

Boom des températures extrêmes

Des températures aussi extrêmes ne sont pas mesurées chaque année. Cependant, elles deviennent plus fréquentes avec le réchauffement climatique. Le rapport du GIEC part du principe que ces degrés extrêmes, qui arriveraient tous les dix ans sans influence humaine, se mesureront quatre fois au cours de la même période à l’avenir.

Les températures extrêmes, qui ne se produisaient qu'une fois tous les dix ans, sont plus fréquentes avec le réchauffement climatique.
Les températures extrêmes, qui ne se produisaient qu'une fois tous les dix ans, sont plus fréquentes avec le réchauffement climatique.
Image: capture d'écran GIEC
Cet effet est encore plus marqué pour les températures extrêmes sur 50 ans.
Cet effet est encore plus marqué pour les températures extrêmes sur 50 ans.
Image: capture d'écran résumé GIEC

Outre les températures maximales, la température moyenne est également en hausse. Cela concerne toutes les saisons, mais surtout l'été. Le rapport suisse 2018 sur le climat prévoit que les mois de juillet et d'août seront jusqu'à quatre degrés plus chauds à l'avenir. En outre, on prévoit jusqu'à 17 jours de chaleur supplémentaires, au cours desquels le thermomètre dépassera les 30 degrés.

Que se cache-t-il derrière le rapport suisse sur le climat?
En 2018, le National Centre for Climate Services (NCCS) a élaboré, en collaboration avec la Confédération, Météo Suisse, l'EPFZ et d'autres institutions, des scénarios climatiques pour la Suisse. Ils décrivent notre climat dans 40 ans et supposent un réchauffement global de 2 degrés. Soit 0,5 degré de plus que ce que dit le rapport du GIEC. Selon le professeur Reto Knutti, spécialiste du climat, les conséquences seront moins prononcées, mais qualitativement similaires.

Plus de nuits tropicales

Cela signifie également que les nuits ne peuvent plus se refroidir correctement, explique Reto Knutti, qui a travaillé sur le rapport climatique suisse. «Si la température ne descend pas en dessous de 20 degrés la nuit, le corps a du mal à récupérer», explique le climatologue.

«Il est difficile d'estimer combien de nuits tropicales il y aura par an à l'avenir», a-t-il ajouté. En 2019, il y avait six nuits par an à Bâle qui dépassaient les 20 degrés, au lieu d’une seule. A Saint-Gall, il y en avait cinq et au Tessin 21 au lieu de onze. «Nous pouvons supposer que ces chiffres ne seront plus une exception dans 20 à 40 ans, si l'on suit le rythme actuel», déclare Knutti.

De fortes pluies

Etant donné que l'air plus chaud peut absorber davantage d'eau, avec un réchauffement de 1,5 degré, il pleuvra davantage lors des événements pluvieux les plus extrêmes. Le rapport suisse sur le climat parle de six à sept pour cent d'eau en plus que l'air absorbe par degré Celsius.

C'est ce qui s'est produit cette année en Suisse et en Allemagne: Les fortes pluies du mois de juillet ont provoqué des crues et ont entraîné des inondations à certains endroits.

Cependant, les fortes pluies ne conduisent pas automatiquement à des inondations. Cette année, la Suisse a pu limiter les dégâts grâce à des systèmes d'alerte et à une protection contre les inondations.

Dans l'agriculture, la situation était différente: Les fortes pluies persistantes et la grêle en juillet ont causé des pertes de récoltes. En l'état actuel des choses, l'année 2021 restera dans les annales comme une mauvaise année agricole, déclare Sandra Helfenstein, porte-parole de l'Union suisse des paysans, à la Luzerner Zeitung.

L'été deviendra plus sec

Il pleuvra davantage à l'avenir, mais la quantité de précipitations dans son ensemble diminuera en été. Il y aura donc plus de jours sans pluie et plus d'eau s'évaporera du sol. Dans le futur, les périodes sèches en été dureront jusqu'à une semaine de plus qu'aujourd'hui.

A la mi-avril, le lac de Sihl, dans le canton de Schwyz, était plus sec qu'il ne l'a rarement été ces dernières années. Trois mois plus tard, plusieurs plans d'eau ont débordé de leur lit en raison de fortes pluies.
A la mi-avril, le lac de Sihl, dans le canton de Schwyz, était plus sec qu'il ne l'a rarement été ces dernières années. Trois mois plus tard, plusieurs plans d'eau ont débordé de leur lit en raison de fortes pluies.
Image: Keystone

D'une part, c'est un problème pour l'agriculture. La Suisse a suffisamment d'eau potable, affirme le climatologue Knutti. «Mais pas assez pour tout irriguer. L'agriculture en souffrira massivement.»

Ensuite, les périodes sèches et chaudes posent un souci pour l'approvisionnement en électricité. Les centrales nucléaires sont normalement refroidies avec de l'eau de rivière. En retournant l'eau, les rivières deviennent plus chaudes.

L'Office fédéral de l'énergie stipule que la production des centrales électriques doit être réduite si la température de la rivière risque de dépasser 25 degrés Celsius après le déversement de l'eau de refroidissement. Lors de l'été caniculaire de 2018, par exemple, la centrale nucléaire AXPO a dû réduire son fonctionnement.

L'hiver sera plus court

Qui dit températures plus élevées, dit montée de la limite des chutes de neige. Il pourra neiger plus tard dans l'année et la neige pourra fondre plus tôt.

Cela signifie d’une part que la plupart des eaux de fonte s'écouleront littéralement dans les égouts au printemps. Par conséquent, il y aura moins d'eau pendant les jours d'été chauds et secs. D'autre part, le permafrost menacera, lui, de dégeler.

Or, lorsqu’un sol qui a toujours été gelé dégèle, il y a un risque de glissement de terrain. En outre, des structures telles que les téléphériques de montagne deviennent soudainement instables. En 2019, le téléphérique Fiescheralp-Eggishorn a par exemple dû cesser de fonctionner.

La liste des glaciers sur la sellette

La chaleur menace également les glaciers. Des centaines d’entre eux ont déjà disparu en Suisse. Cependant, il est difficile de prévoir quels seront les prochains sur la liste, explique Matthias Huss, glaciologue à l'ETH Zurich. «Même dans la recherche, il n'y a pas d'accord sur le moment exact où l'on déclare un glacier "mort"».

Selon l’expert, les candidats qui ne seront bientôt plus de ce monde, et dont les mesures ont en partie déjà été abandonnées, sont les suivants :

  • Vadret dal Corvatsch, Engadine
  • Schwarzbachfirn, Andermatt
  • Saint Annafirn, Andermatt
  • Vadret da Lischana, Engadine
  • Glacier de Bella Tola, Valais
  • Plattalvafirn, Glaris
«RIP», Rest in Peace. En 2019, le glacier du Pizol a été mesuré pour la dernière fois, tant il avait rétréci. Les militants ont organisé une sorte d'enterrement pour marquer l'occasion.
«RIP», Rest in Peace. En 2019, le glacier du Pizol a été mesuré pour la dernière fois, tant il avait rétréci. Les militants ont organisé une sorte d'enterrement pour marquer l'occasion.
Image: AP

Les incendies en Grèce et Turquie

1 / 18
Les incendies en Grèce et Turquie
source: sda / yannis kolesidis
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

La Nasa et l'ESA s'allient pour le climat

Les deux agences spatiales veulent partager leur expertise en matière d'observation de la Terre. Le but? Apporter une réponse globale au changement climatique.

Parce que le changement climatique est un défi global qui n'attend pas, l'agence spatiale américaine (Nasa) et l'agence spatiale européenne (ESA) ont formé mardi un partenariat.

L'objectif de ce dernier est de mettre en commun leur expertise en matière d'observation de la Terre. Ils veulent ainsi mieux comprendre le changement climatique.

Ce partenariat a été formalisé par une déclaration d'intention. Cette dernière a été signée par:

Il vise à «tracer le chemin pour apporter une réponse globale …

Lire l’article
Link zum Artikel