DE | FR

Que fait la Suisse à la COP26?

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga mène d'intenses consultations à Glasgow, à l'occasion de la COP26.
La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga mène d'intenses consultations à Glasgow, à l'occasion de la COP26.Image: sda
Pour son premier jour à Glasgow, la cheffe de la Detec a déjà rencontré plusieurs de ses homologues internationaux, afin de lutter contre le réchauffement climatique.
10.11.2021, 05:0010.11.2021, 07:13

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga mène d'intenses consultations à Glasgow sur les calendriers communs pour les étapes climatiques. «Les positions sont encore différentes», même si une option est davantage soutenue, a-t-elle dit mardi soir.

Un programme chargé

Dès son arrivée à Glasgow en début d'après-midi, la cheffe du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (Detec) a rencontré des homologues. Puis le président de la COP26 Alok Sharma qui lui avait confié ce mandat, avec son homologue rwandaise, d'un calendrier acceptable pour tous afin que les Etats annoncent leurs efforts pour le climat.

Ce choix de la Suisse n'était pas entendu d'avance. De même, il montre que, malgré le rejet de la loi CO₂, la crédibilité du pays est toujours intacte. Deux options sont désormais sur la table. Une est davantage soutenue.
La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga

La conseillère fédérale aura des rencontres «quotidiennes» avec Sharma ces prochains jours et s'occupe de ce dossier depuis des semaines.

«Tout n'est pas sur la table»

Selon un projet mis en ligne par l'ONU, la première option prévoit que les Etats devront annoncer leurs «contributions nationales» en 2025 jusqu'à fin 2035, puis en 2030 jusqu'à fin 2040, puis tous les cinq ans de la même manière:

  • La seconde option apporterait davantage de flexibilité, souhaitée notamment par la Chine;
  • En 2025, les pays pourraient choisir s'ils souhaitent annoncer leurs efforts jusqu'à 2035 ou 2040 et 2030 jusqu'à fin 2040 ou fin 2050.

Plus largement, la conseillère fédérale «espère» un accord positif sur tous les grands chantiers à la COP26. Mais à trois jours de la fin de la réunion, les Etats sont encore dans la phase où ils mettent en avant leurs intérêts plutôt que leurs concessions. «Tout n'est pas sur la table», estime la conseillère fédérale.

«Moins bonne que celle de l'Accord de Paris»

Pour la Suisse, le plus important est de ne pas atteindre une situation, inacceptable pour elle, moins bonne que celle de l'Accord de Paris. Si elle reconnaît l'importance de considérer les besoins des pays en développement, la conseillère fédérale ajoute qu'il faut se demander si l'Arabie saoudite ou Singapour font partie de ces Etats.

Parmi les questions les plus disputées dans les négociations figure notamment celle du mécanisme pour la comptabilisation des compensations d'émissions de gaz à effet de serre. Un accord semble possible, selon la délégation brésilienne. ̈

Jeudi, Simonetta Sommaruga va signer de nouveaux accords bilatéraux considérés comme pionniers sur cette approche. Quatre avaient déjà été conclus par la Suisse. (ats)

D'ailleurs, le ministre de l'île de Tuvalu, Simon Kofe, les pieds dans l'eau à la COP26

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Voici pourquoi notre corps ne résistera pas au réchauffement climatique
Alors que le monde débat du réchauffement climatique à la COP26, l'une de ses conséquences fait froid dans le dos. Au-delà d'une certaine température, l'humain cesse de transpirer. Et ce n'est pas une bonne nouvelle.

Au cours des derniers millénaires, les différentes sociétés humaines ont pu s'appuyer sur une large variété de conditions climatiques pour soutenir leur croissance fulgurante et leurs progrès. Mais aujourd'hui, l'éventail des conditions météorologiques que notre espèce est peu à peu amenée à rencontrer se modifie sous l'effet du changement climatique.

L’article