Divertissement
Série

Qui est Olivia Cooke, la star de House of the Dragon?

Olivia Cooke attends the UK Premiere of "House Of The Dragon" Season 2 at the Odeon Luxe Leicester Square on June 10, 2024 in London, England.
Olivia Cooke lors de la première de House of the Dragon à Londres, le 10 juin 2024.WireImage

«J'avais accepté ma propre mort»: qui est la star de House of the Dragon?

La saison 2 de la série HBO vient de sortir, l'occasion parfaite de zoomer sur Olivia Cooke, l'une de ses actrices phares qui incarne le personnage complexe et implacable d'Alicent Hightower. Spoiler: elle n'avait jamais regardé Game of Thrones avant d'obtenir le rôle. Portrait.
24.06.2024, 17:0425.06.2024, 16:04
Suivez-moi
Plus de «Divertissement»

«Je vais me servir un verre de vin, ouvrir Twitter et pleurer. Je vais réserver un voyage quelque part, jeter mon téléphone dans l'océan jusqu'à un petit village de pêcheur, me faire pousser la barbe et démarrer une nouvelle vie.» Un chouïa exagérée, totalement dramatique, mais toujours extrêmement drôle, Olivia Cooke, sur le plateau de Jimmy Kimmel, résumait avec cet humour anglais piquant son état d'esprit après la sortie de la saison 2 de House of the Dragon, dans laquelle elle incarne la complexe et implacable Alicent Hightower.

Un nom de personnage – «haute tour» en français – qui fait sourire lorsqu'on sait que l'actrice britannique de 30 ans a le vertige. Une trouille qu'elle a voulu surmonter le jour de son 21e anniversaire en sautant en parachute. «J'avais décidé d'accepter ma propre mort», se souvient-elle dans une interview accordée à Elle. Un moment qu'elle décrit comme incroyable, mais qu'elle s'est juré de ne plus jamais revivre.

Olivia Cooke, en mars 2024.
Olivia Cooke, en mars 2024.Image: instagram @livkatecooke

Cette expérience personnelle, le magazine la compare avec «la chute libre» de l'actrice dans l'univers de Game of Thrones, terrifiante, mais ô combien excitante: «Il y avait une certaine pression dans le fait de faire une nouvelle version de l'univers de Game of Thrones, et de vouloir désespérément qu'elle soit bien accueillie parce que nous avions travaillé si dur dessus», confie-t-elle.

Pari gagné: House of the Dragon a été, à l'époque de sa sortie en 2022, la plus grande première de HBO, avec 10 millions de téléspectateurs. Nominations aux Emmy Awards, Golden Globes et surtout maintien de ses fans: bref, le reste a suivi.

Pas sûre de vouloir le rôle

Pourtant, ce rôle, Olivia Cooke n'était même pas sûre de le vouloir. Et pour cause: actrice depuis une dizaine d'années déjà – Bates Motel, Ouija, This is not a love story, Ready Player One, Sound of Metal, Slow Horses –, le fait d'être définie par une série télévisée aussi énorme qu'House of the Dragon «n'était pas vraiment ce qu'elle avait en tête pour sa carrière», explique le Los Angeles Times.

«J'y ai réfléchi pendant un long moment. Puis, j'ai parlé à mon manager et à mon agent, et ils m'ont convaincue de passer l'audition»

Nous sommes alors en 2020. L'actrice vient à peine de rentrer en Angleterre, à Londres pour être précis, car elle avait le mal du pays après avoir passé cinq ans à New York. A Greenpoint, «juste à côté du McDonald’s», tient-elle à spécifier dans Elle. Pandémie oblige, les auditions pour House of the Dragon se feront à distance. Un processus qu'Olivia Cooke décrit comme «envoyer des cassettes démo dans le vide».

Cette absence d'échanges réels ne l'empêchera toutefois pas de séduire les patrons de la série. «Elle a apporté une complexité et une humanité au rôle dès la première lecture du scénario», se remémore Ryan Condal, dans le LA Times, qui a immédiatement su qu'elle était faite pour incarner Alicent Hightower.

Elle n'avait jamais regardé Game of Thrones

Et ce n'est qu'au moment où elle a su qu'elle avait le job qu'elle a regardé pour la première fois Game of Thrones!

«J'adore, c'est génial, promis!»
Olivia Cooke qui rassure tout le monde

Un «détail» qu'elle a évidemment omis de mentionner lors des auditions. Au contraire: elle a assuré être une fan de la série. Oups! Autre petit mensonge? Le fait de savoir monter à cheval – enfin, si on ne compte pas les quelques balades à poney lorsqu'elle était petite. «J'ai menti», dit-elle en rigolant sur le plateau de The late show with Stephen Collbert.

S'en suit la diffusion d'une vidéo dans laquelle on la voit s'essayer à l'équitation pour les besoins du tournage. Le bémol? Ce jour-là, elle portait des jeans trop serrés et n'arrivait donc pas à grimper sur son destrier. La solution? Un escabeau.

La vidéo en question:

Vidéo: instagram

Des anecdotes de ce genre, l'actrice en raconte volontiers lors de ses apparitions médiatiques, sans prise de tête et avec cette touche d'humour qui la caractérise. Elle se souvient par exemple de sa rencontre pour le moins originale avec Tom Cruise sur le tournage de Ready Player One de Steven Spielberg:

«Il faut que vous ayez en tête ce que je portais: un survêt en velours super moulant, tout en Velcro, des points sur le visage et une caméra sur la tête avec deux lumières et quatre caméras. Steven Spielberg m'a dit: "Olivia, viens rencontrer mon ami Tom Cruise." Et j'ai eu un trou de mémoire. Apparemment, j'ai fait la révérence comme une servante. Ensuite, je lui ai serré la main.»

«Matriarchie, s'il vous plaît!»

Née le 27 décembre 1993 à Oldham, dans le Grand Manchester, en Angleterre, Olivia Cooke a toujours aimé la comédie, car cela lui permettait justement «de déconner et de faire l'imbécile». Elle avoue n'avoir jamais pensé poursuivre cette voie sérieusement. Et pourtant! A 14 ans, elle décroche sa première audition et obtient un petit rôle dans Blackout, une mini série de la BBC. Neuf mois plus tard, elle est castée pour incarner Emma Decody dans Bates Motel.

«Tout s'est enchaîné avant que je puisse me dire: "Oui, c'est ce que je veux faire." Je pense que ces douze dernières années ont été mon école de cinéma.»
Olivia Cookeelle
Olivia Cooke, en février 2024.
Le post d'anniversaire, un incontournable sur son compte Instagram à chaque début d'année.Image: instagram @livkatecooke

D'ailleurs, peu de temps avant la sortie de la saison 1 de House of the Dragon, l'actrice britannique admet avoir eu peur de perdre cette vie privée qui lui était si chère, comme ce fût le cas pour les acteurs de Game of Thrones. Environ deux ans plus tard, même si elle est désormais reconnue, elle assure que sa notoriété n'affecte généralement pas son quotidien.

Au milieu de ces souvenirs, la comédienne se rappelle surtout à quel point elle s'est réjouie au fur et à mesure des discussions autour de son personnage avec les directeurs de House of the Dragon, notamment parce qu'Alicent et Rhaenyra Targaryen ne sont pas aussi présentes dans le livre, à l'inverse de la série. Et d'ajouter, au sujet de son personnage:

«Elle est plus intelligente que tous les hommes, elle pourrait gouverner et elle serait vraiment douée. C'est frustrant qu'elle n'arrive pas à croire qu'elle pourrait être une souveraine extraordinaire parce qu'elle est tellement endoctrinée par le patriarcat et par son père. Elle a été façonnée pour parler gentiment à l'oreille de ces hommes puissants, et cela ne rend pas justice à ce qu'elle est et à ce dont elle est capable.»
la times
Les coulisses de «House of the Dragon».
Prendre le pouvoir, ça donne faim.Image: instagram @livkatecooke

Une infériorité numérique qu'Olivia Cooke a elle aussi expérimentée dans la vraie vie, sur les tournages, dans «une industrie dominée majoritairement par les hommes», explique-t-elle.

«Vous ne pouvez qu'essayer de vous défendre et de défendre les autres autour de vous. Et lorsque vous en avez le pouvoir, il faut créer plus d'opportunités pour les gens»

D'ailleurs, lorsqu'on lui demande si Alicent et Rhaenyra ne devraient pas simplement faire la paix et gouverner ensemble, elle répond: «Absolument. Je veux une matriarchie immédiatement, s'il vous plaît!»

La suite au prochain épisode, ce lundi 24 juin.

Le tapis rouge du Festival de Cannes 2024
1 / 28
Le tapis rouge du Festival de Cannes 2024
Le Festival de Cannes 2024 a commencé mardi 14 mai.
partager sur Facebookpartager sur X
Mais pourquoi il y a un dragon sur l'Empire State Building?
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«J'ai envie de l'épouser!» Lenny Kravitz a distribué de l'amour au Jazz
Le Montreux Jazz a vibré mardi 16 juillet sous les riffs sensuels et puissants de Lenny Kravitz. L'artiste de 60 ans, mieux foutu qu'une statue grecque et jouant de son sex-appeal, nous a offert un nombre incalculable de tubes. Récit d'une soirée folle qui nous a à tous donné quelques palpitations.

«Tu penses qu'il va être en forme? Ça avait pas été terrible à Paléo... Tu te rappelles quand c'était?»

L’article