averses éparses
DE | FR
International
Analyse

Guerre en Ukraine: Poutine craint la fin

Analyse

Poutine craint la fin

Aucune offre sérieuse de discussion de paix vient de Moscou. Il semble que le chef du Kremlin veuille faire durer la guerre, car Vladimir Poutine maintient ses objectifs de guerre en Ukraine et il a une «bonne» raison.
14.08.2023, 19:08
Plus de «International»
Un article de
t-online

C'est la phrase que l'on a souvent entendue depuis le début de la guerre d'invasion russe en Ukraine: «Vladimir Poutine a déjà perdu», a déclaré Joe Biden pour la dernière fois en juillet. Le président américain ne faisait pas tant référence à la situation militaire, dans laquelle la Russie et l'Ukraine se livrent actuellement une sanglante guerre, mais plutôt Poutine en personne, qui a dû payer un prix si élevé qu'il est d'ores et déjà donné perdant.

👉 Suivez en direct la guerre contre l'Ukraine 👈

Mais Biden a-t-il raison? Poutine a-t-il déjà perdu?

Pour le Kremlin, l'annexion de l'Ukraine devait être une première étape dans la reconstruction d'un empire russe. Poutine voulait démontrer que la Russie était prête, avec la Chine, à jouer un rôle de leader dans un nouvel ordre international multipolaire.

Mais tout ne s'est pas passé comme l'avait souhaité le chef du Kremlin. L'armée ukrainienne et son soutien occidental se sont montrés plus résistants que prévu à Moscou. La Russie, en revanche, est affaiblie et s'accroche de toutes ses forces aux territoires de l'est de l'Ukraine qui ont déjà été conquis.

Poutine a donc commis une erreur de jugement. Le coût pour la Russie et l'élite politique s'avère si élevé qu'il doit redouter les conséquences finales: des pertes humaines considérables, des sanctions occidentales frappant l'économie russe, et l'isolement international de la clique dirigeante du Kremlin.

Pour l'Occident et l'Ukraine, ce ne sont toutefois pas que de bonnes nouvelles, car ces arguments justifient aussi le fait que Poutine fasse durer la guerre.

Aucun accord de paix possible entre l'Ukraine et la Russie

C'est aussi pour cette raison que les experts en sécurité et les diplomates occidentaux s'accordent à dire qu'une négociation de paix en Ukraine n'est pas encore possible. «La paix est un bien grand mot, car il faudrait d'abord que l'Ukraine et la Russie s'entendent sur un cessez-le-feu et que les combats cessent», a déclaré l'expert en sécurité Christian Mölling dans une interview accordée à t-online début août.

«Jouer sur d'éventuelles négociations de paix est plutôt un valium pour le débat public, afin de ne pas se voir reprocher de fermer la porte aux initiatives. Mais ce n'est pas crédible.»
Christian Mölling

On l'a vu récemment lors du sommet de paix en Arabie saoudite, où le plan de paix du président ukrainien Volodymyr Zelensky a été discuté sans la Russie. La rencontre n'a certes pas eu de résultats visibles, mais l'Ukraine a pu approfondir ses discussions avec des pays comme la Chine. La formule de paix ukrainienne repose sur 4 points:

  1. L'intégrité du pays.
  2. Un cessez-le-feu sur tous les fronts.
  3. L'ouverture de pourparlers de paix sous la supervision de l'ONU.
  4. L'échange de prisonniers.

Si les 40 Etats participants s'accordent sur ces arguments, la Russie rejette en revanche la formule. Il n'y a actuellement «aucune base pour un accord», a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, au New York Times dimanche.

«Nous poursuivrons l'opération dans un avenir prévisible»
Dmitri Peskov

La déclaration de Peskov peut néanmoins être interprétée comme un signe que les dirigeants russes sont de plus en plus sous pression. Et Poutine sait que même la Chine s'est prononcée en faveur de l'intégrité du territoire ukrainien. Ce qui devient un problème pour le Kremlin.

Les conséquences sont fatales pour la Russie

Car en Russie aussi, la guerre de Poutine sera naturellement jugée à l'aune de ce qu'elle aura réellement apporté au pays. La Russie semble trop faible sur le plan militaire pour conquérir l'ensemble du pays. Même la séparation de l'Ukraine de la mer Noire est probablement impossible. Au contraire, les soldats russes s'enterrent sur les lignes de front et espèrent que l'armée ukrainienne ne parviendra pas à percer les lignes de défense.

Pour l'instant, la Russie peut tenir la plupart des territoires conquis. Mais en perspective, la situation est fatale à Poutine, qui se trouve face à un constat d'échec. Si un état des lieux de la situation actuelle devait être fait, voici ce qui en ressortirait d'un point de vue russe:

  • La Russie aurait conquis moins de 20% de l'Ukraine. Si ça peut sembler beaucoup, rappelons que la conquête complète des oblasts ukrainiens de Louhansk, Donetsk, Zaporijia et Kherson n'a pas été fructueuse — et c'étaient les derniers objectifs de guerre de Poutine.
  • Moscou voulait «démilitariser» l'Ukraine, ce qui va probablement échouer. Au lieu de ça, le pays s'est suréquipé en matériel militaire venu de l'Occident et se rapproche même de l'Otan. Pour Poutine, c'est une catastrophe.
  • Le despote du Kremlin voulait également «dénazifier» l'Ukraine, ce qui, selon la propagande russe, préparait un changement de régime. Cela a échoué, Zelensky est actuellement plus solide que jamais.
  • Outre les lourdes pertes pour l'économie russe dues aux sanctions occidentales et à la déconnexion de la Russie des marchés internationaux, le Kremlin devrait également reconstruire les territoires occupés. Selon la Banque mondiale, cela nécessiterait des centaines de milliards d'investissements. Une facture salée pour la Russie.
  • En outre, dans les territoires occupés, Poutine serait confronté à une population ukrainienne qui ne souhaite pas vivre sous la domination russe. Il faudrait déployer de gros efforts, probablement des déportations et des déplacements de population, pour réprimer les mouvements partisans. Un cessez-le-feu officiel ne conduirait donc pas automatiquement à la paix.
  • Même les régions russophones du Donbass sont meurtries, désindustrialisées et dépeuplées en raison de cette guerre d’invasion.

En somme, c'est un grand dilemme pour Poutine, qui n'a pas de bonnes options. Son armée a subi de grandes pertes dans cette guerre, de nombreux soldats russes sont tombés, beaucoup de matériel de guerre a été détruit et doit maintenant être renouvelé. Ce qui augmente la pression – déjà forte – sur les dirigeants russes pour qu'ils réussissent.

Mais les investissements dans cette guerre d'agression ont été si importants du côté russe qu'à Moscou, ce n'est pas seulement un calcul coût/bénéfice qui détermine si elle doit être poursuivie. Après les nombreux échecs russes, il en va désormais aussi du pouvoir de Poutine.

Poutine doit espérer retrouver Trump en 2024

Les dynamiques de guerre sont devenues une menace sérieuse pour le régime russe. Les défaites font naître des doutes sur la sagesse et la compétence des dirigeants et un échec peut entraîner la chute d'un gouvernement. C'est d'ailleurs souvent la raison pour laquelle les gouvernements continuent à faire la guerre: l'aveu d'une défaite pourrait rendre plus difficile le maintien au pouvoir.

Et cela semble également s'appliquer à Poutine. «Il a exigé beaucoup de sacrifices de la part de la population russe, mais aussi des élites russes. Non seulement de nombreux soldats russes sont morts, mais la guerre d'invasion a également coûté beaucoup d'argent et de ressources aux élites», estime Mölling.

«Maintenant que le jeu est terminé, les points sont comptés, on en arrive au décompte final. Et cela va coûter cher à Poutine»
Mölling

Pour échapper au règlement de compte final, Poutine doit donc continuer à se battre. Le président russe espère probablement que le soutien militaire de l'Occident à l'Ukraine finira par s'estomper. Mais ce n'est pas la seule chose qu'il espère. Les élections américaines de 2024 auront certainement un impact plus ou moins direct sur la guerre, si cette dernière n'est pas terminée. Si le prochain président des Etats-Unis ne s'intéresse pas à l'Ukraine, la Russie pourrait alors faire valoir sa supériorité industrielle en matière d'armement par rapport à l'Ukraine et peut-être gagner cette guerre.

Une alternative à Poutine?

Ce qui n'est pas chose possible pour le président russe actuellement. Si Poutine acceptait un cessez-le-feu sur la base du déroulement actuel du front, cela réduirait la menace pour la Crimée et permettrait à la Russie d'occuper une partie encore considérable du territoire ukrainien. Ce qui confirmerait toutefois qu'aucun des objectifs de Poutine n'a été atteint. Certes, les médias d'Etat russes pourraient malgré tout promouvoir cela comme une victoire, mais cela pourrait aggraver la frustration parmi les élites russes.

«Poutine le fait avec de la propagande et avec violence», explique Mölling à t-online. Le chef du Kremlin doit craindre que le règlement de sa guerre en Russie intervienne avant la fin du conflit proprement dit. Il prépare déjà le terrain pour se décharger de toute responsabilité. Ainsi, des généraux russes sont régulièrement limogés et la propagande russe dresse un tableau idéologique d'une lutte contre l'Otan. Mais ces tentatives d'expliquer l'échec semblent plutôt impuissantes.

«Mais son entourage n'acceptera ses lourdes pertes que tant qu'il n'y aura pas de meilleure alternative à Poutine»

Une conclusion qui donne de l'espoir à l'Ukraine. Toutes les tendances — militaires, économiques, diplomatiques — pointent dans la mauvaise direction pour Poutine, et le Kremlin ne semble pas avoir de plan convaincant pour sauver la situation. La facture pour Poutine arrivera, la seule question est de savoir à quel moment.

Traduit et adapté par Noëline Flippe

L'effondrement du barrage de Kakhovka, en Ukraine
1 / 14
L'effondrement du barrage de Kakhovka, en Ukraine
L'eau coule à travers ce qui reste du barrage.
source: sda / stringer
partager sur Facebookpartager sur X
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
La «fille à papa» qui défie Poutine
Elle n'a que 23 ans, mais la jeune Russe aux yeux de glace et à la volonté de fer n'hésite pas à traiter son président de «lâche». La fougue, la fille d'Alexeï Navalny a ça dans le sang. Désormais, elle est prête à reprendre le combat. Portrait.

Elle a beau se décrire comme une «fille à papa», Dasha - Daria, pour les intimes - en a dans le ventre et les reins solides. Il en faut, pour défier le tout-puissant président de Russie. Un autocrate qui jette ses opposants en prison pour avoir éternué trop fort et qui a persécuté son père pendant plus de 10 ans. Le 16 février, Vladmir Poutine a fini par avoir la peau de son ennemi n°1. Alexeï Navalny. Depuis, c'est sur sa fille, verve et blondeur insolente, que sont concentrés tous les regards.

L’article