DE | FR
La fermeture des écoles a creusé les écarts entre pays riches et pauvres.
La fermeture des écoles a creusé les écarts entre pays riches et pauvres.Image: sda

Covid-19: à travers le monde un tiers de l'année scolaire perdue

Heures perdues, gamins pas scolarisés, inégalités grandissantes entre pays riches et pauvres: la pandémie a durement frappé la scolarisation.
02.03.2021, 07:5906.03.2021, 09:23

Les enfants ont perdu, en moyenne, dans le monde 74 jours d'éducation chacun, soit près d'un tiers d'une année scolaire, à cause de la pandémie de coronavirus.

«Près d'un an après la déclaration officielle de la pandémie mondiale, des centaines de millions d'enfants ne sont toujours pas scolarisés», s'est alarmé Inger Ashing, PDG de l'ONG Save the Children. Au pic de la pandémie, 91% des élèves du monde n'étaient pas scolarisés.

La fermeture des écoles a creusé les écarts entre pays riches et pauvres, mais aussi au sein des pays, entre familles aisées et précaires, urbaines et rurales, enfants réfugiés ou non, handicapés ou sans handicap.

110 jours sans éducation

Les enfants vivant en Amérique latine, dans les Caraïbes et en Asie du Sud ont manqué presque trois fois plus de jours d'école que les enfants d'Europe occidentale, avec respectivement 110 jours sans éducation contre 38.

Aux Etats-Unis, au début de la pandémie de Covid-19, plus de quinze millions d'élèves de la maternelle au lycée ne disposaient pas d'une connexion internet suffisante pour suivre un enseignement à distance.

En plus d'avoir manqué des journées d'apprentissage, les mineurs non scolarisés sont exposés à un risque plus élevé de travail des enfants, de mariage des enfants et d'autres formes de maltraitance. (ats)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Procès du 13-Novembre: «Les victimes ne voulaient du mal à personne»
Le procès des attentats du 13-Novembre 2015 s'est poursuivi ce lundi, avec la prise de parole des avocats des familles des victimes. Une plaidorie collective qui a pris une forme totalement inédite.

«Nous allons donc vous présenter autre chose, une autre forme de plaidoirie, inédite, à laquelle ont participé une centaine d'avocats»: les mots de maître Frédérique Giffard, avocat indépendant, face à la cour d'assises spéciale de Paris, ce lundi.

L’article