DE | FR

La vaccination obligatoire jugée «nécessaire» par la Cour européenne

Image: Shutterstock
Des parents d'enfants ayant été refusés par des écoles maternelles, pour non-vaccination, ont porté plainte auprès de la Cour européenne des droits de l'Homme. Celle-ci a donné raison aux maternelles. On vous explique.
08.04.2021, 15:48

L'affaire a suscité une polémique en République tchèque. Des parents ont porté plainte contre des écoles maternelles ayant refusé l'accès à leurs enfants, pour cause de non-vaccination. La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a estimé, jeudi, que la vaccination obligatoire était «nécessaire dans une société démocratique».

Dans son arrêt, la CEDH estime que la vaccination obligatoire des enfants en République tchèque contre neuf maladies (diphtérie, tétanos, poliomyélite...), ne constitue pas une violation des dispositions de la Convention européenne des droits de l'Homme sur le «droit au respect de la vie privée».

La décision de la CEDH

Et la cour, poursuit-elle, endosse «le principe de solidarité sociale qui peut justifier que l'on impose la vaccination à tous, même ceux qui se sentent moins menacés par la maladie, dès lors qu'il s'agit de protéger les personnes les plus vulnérables».

La République tchèque «bénéficie donc d'une ample marge d'appréciation dans ce contexte», poursuit la CEDH, dont les décisions ne peuvent pas faire l'objet d'un appel, estimant que «l'intérêt supérieur des enfants doit primer dans toutes les décisions qui les concernent».

Ainsi, dans le cas d'espèce, si «la non-admission des enfants requérants à l'école maternelle (a) impliqué pour eux la perte d'une occasion cruciale de développer leur personnalité», il «s'agissait d'une mesure préventive plutôt que punitive dont les effets ont été limités dans le temps», juge la CEDH.

L'avis d'un expert

«Cet arrêt vient conforter la possibilité d'une obligation vaccinale, sous conditions, dans l'actuelle épidémie de Covid-19».
Nicolas Hervieu, juriste spécialiste de la CEDH et enseignant à Sciences-Po Paris.

Le juriste Nicolas Hervieu souligne que la décision de la CEDH fait «le constat d'un consensus général sur les effets bénéfiques de la vaccination qui ne sont pas remis en cause par les effets secondaires inévitables, dès lors qu'il y a un contrôle scientifique strict». (ats/jch)

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le premier criminel de guerre russe n'a rien d'un boucher sanguinaire
Vadim Chichimarine, le sergent russe de 21 ans qui a tué un civil ukrainien d'une balle de kalachnikov en février dernier, a été reconnu coupable de crime de guerre et condamné à la prison à perpétuité. Au beau milieu d'un conflit sanglant où les pires atrocités ont été commises, c'est un criminel aux airs de petit gibier qui fait désormais «office d'exemple». Un paradoxe... pas si étonnant.

Démonstration de gonflette. En déballant ses biscoteaux judiciaires, l'Ukraine a voulu à tout prix prévenir les troupes russes: les crimes sont jugés, les criminels condamnés. L'agression menée par Vladimir Poutine depuis deux mois a désormais un visage juvénile et un regard de chiot abîmé. Lundi, Vadim Chichimarine, 21 ans, a été reconnu coupable de crime de guerre et condamné à la prison à perpétuité. Il a tué, en février dernier, Oleksandre Chelipov, un civil ukrainien de 62 ans. Une balle de kalachnikov en pleine tête, depuis le siège passager d'une voiture volée.

L’article