DE | FR

La vaccination obligatoire jugée «nécessaire» par la Cour européenne

Vaccin obligatoire enfants République Tchèque Cour européenne

Image: Shutterstock

Des parents d'enfants ayant été refusés par des écoles maternelles, pour non-vaccination, ont porté plainte auprès de la Cour européenne des droits de l'Homme. Celle-ci a donné raison aux maternelles. On vous explique.



L'affaire a suscité une polémique en République tchèque. Des parents ont porté plainte contre des écoles maternelles ayant refusé l'accès à leurs enfants, pour cause de non-vaccination. La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a estimé, jeudi, que la vaccination obligatoire était «nécessaire dans une société démocratique».

Dans son arrêt, la CEDH estime que la vaccination obligatoire des enfants en République tchèque contre neuf maladies (diphtérie, tétanos, poliomyélite...), ne constitue pas une violation des dispositions de la Convention européenne des droits de l'Homme sur le «droit au respect de la vie privée».

La décision de la CEDH

Et la cour, poursuit-elle, endosse «le principe de solidarité sociale qui peut justifier que l'on impose la vaccination à tous, même ceux qui se sentent moins menacés par la maladie, dès lors qu'il s'agit de protéger les personnes les plus vulnérables».

La République tchèque «bénéficie donc d'une ample marge d'appréciation dans ce contexte», poursuit la CEDH, dont les décisions ne peuvent pas faire l'objet d'un appel, estimant que «l'intérêt supérieur des enfants doit primer dans toutes les décisions qui les concernent».

Ainsi, dans le cas d'espèce, si «la non-admission des enfants requérants à l'école maternelle (a) impliqué pour eux la perte d'une occasion cruciale de développer leur personnalité», il «s'agissait d'une mesure préventive plutôt que punitive dont les effets ont été limités dans le temps», juge la CEDH.

L'avis d'un expert

«Cet arrêt vient conforter la possibilité d'une obligation vaccinale, sous conditions, dans l'actuelle épidémie de Covid-19».

Nicolas Hervieu, juriste spécialiste de la CEDH et enseignant à Sciences-Po Paris.

Le juriste Nicolas Hervieu souligne que la décision de la CEDH fait «le constat d'un consensus général sur les effets bénéfiques de la vaccination qui ne sont pas remis en cause par les effets secondaires inévitables, dès lors qu'il y a un contrôle scientifique strict». (ats/jch)

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Plus d'articles «Actu»

Un parc éolien va pouvoir pousser en terres vaudoises, une première

Link zum Artikel

Face au Covid, une Suisse à deux vitesses se profile dès cet été

Link zum Artikel

Sortir de nos canapés a fait du mal à Netflix

Link zum Artikel

Les 6 questions posées par le duel Rochebin/Le Temps

Link zum Artikel

Les «dîners de ministres» étaient légaux, selon l'un des organisateurs

Le chef français Christophe Leroy, soupçonné d'avoir organisé les fastueux repas clandestins dont tout le monde parle, affirme être dans la légalité: ces dîners ont eu lieu dans le cadre privé.

Le reportage de M6 sur des dîners clandestins organisés à Paris a déclenché une vive polémique le week-end dernier. Des journalistes étaient parvenus à pénétrer dans des clubs privés qui organisent des repas fastueux, lors desquels aucune mesure barrière n’est appliquée. L'un des organisateurs avait même déclaré y avoir croisé des ministres.

Face à la controverse qui n'a cessé d'enfler, le ministre de l'Intérieur a décidé de réagir. La préfecture de police de Paris a ouvert une enquête.

Et si tout …

Lire l’article
Link zum Artikel