International
Donald Trump

Trump se fait confisquer ses flingues, mais en a-t-il vraiment?

Trump se fait confisquer ses flingues, mais en a-t-il vraiment?
Trump n'est jamais apparu avec une arme chargée à la main.image: twitter, montage: watson

Trump rend les armes

Aux Etats-Unis, trimballer un gun quand on a été condamné au pénal est un crime fédéral. La police new-yorkaise s'apprête donc à révoquer les permis du candidat républicain. Une humiliation? Sans doute. Mais l'homme a beau être un pilier du lobby des armes, on ne l'a jamais vu tirer. Petit zoom sur la relation étrange qu'entretient Trump avec les flingues.
07.06.2024, 18:46
Suivez-moi
Plus de «International»

On a pourtant cherché. Rien. Même ChatGPT a fait chou blanc. Trump n'est jamais apparu avec une arme chargée à la main. Il n'a jamais été filmé en train de dégommer des canettes de bière «woke», des faisans en campagne ou des éléphants en Afrique, comme ses deux fils ou la plupart de ses apôtres. La gouverneure MAGA du Dakota du Sud a flingué son chien à bout portant et s'amuse avec un lance-flammes dans son jardin? Donald Trump se contente de faire mumuse avec les pistolets à son effigie, pour flatter la testostérone de ses électeurs.

Alors quand on apprend que la police new-yorkaise doit confisquer les joujoux personnels du candidat républicain, on pouffe doucement. En a-t-il seulement? C'est compliqué. Les médias américains considèrent qu'il en possédait trois jusqu'à peu. Et notamment...

  • Un Heckler & Koch de calibre 45
  • Un Smith & Wesson de calibre 38

Alors que le département de police de la ville de New York s'apprête à révoquer son permis de port d'armes, «deux des trois pistolets ont déjà été remis au NYPD le 31 mars 2023», selon CNN. Soit quatre jours avant sa première inculpation. La troisième aurait été transférée légalement dans l'Etat de Floride. Mais depuis qu'il a été déclaré coupable au pénal, Donald Trump commettrait un crime fédéral s'il se baladait avec ce gun qui n'a pas encore été identifié.

Trump, en septembre 2023.
Trump, en septembre 2023.image: twitter

Il paraît évident que cette punition est une humiliation pour celui qui a dépensé des litres de sueur en faveur du deuxième amendement de la Constitution. Mais on voit mal comment il se réveillerait frustré de ne plus pouvoir branler la gâchette. Un paradoxe de plus pour ce magnat de l'immobilier dont on ignore souvent les réelles convictions. Entre ce qu'il pense et ce qu'il affirme pour cueillir des bulletins de vote, il y a souvent un monde. Mais pour ses adorateurs, les mots semblent se suffire à eux-mêmes.

«Je porte toujours une arme»
Donald Trump en 2016

Souvenez-vous en septembre 2023, lorsqu'il a été pincé chez un armurier de Caroline du Sud avec un flingue dans son caddie, alors que l'inculpé avait déjà l'interdiction de s'en procurer. Une opération de comm' bien huilée, au service de ses électeurs armés.

Le 9 février dernier, le candidat a promis qu'il jetterait aux ordures toutes les restrictions édictées par le président Joe Biden, devant les membres de la National Rifle Association: «Chaque attaque de Biden contre les propriétaires et les fabricants d'armes prendra fin dès la première semaine de mon retour au pouvoir, peut-être dès le premier jour». Il sait que les proguns restent un vivier capital pour le 5 novembre.

D’autant que la NRA a toujours été un puissant levier politique pour Donald Trump. En 2016, l'association dépensera plus de 30 millions de dollars pour l'aider à s'établir à la Maison-Blanche. Mais le républicain, qui fait partie de ces gens qui rêvent d'armer les enseignants, sait aussi que la plupart de ses partisans ne pourraient pas se passer de leur râtelier personnel.

Durant sa campagne il y a huit ans, il alignera donc les déclarations en l'honneur du pétard si cher aux Américains, jusqu'à évoquer les attentats du 13 novembre 2015:

«Si j'avais été au Bataclan ou dans un de ces bars, j'aurais ouvert le feu. Peut-être que je serais mort, mais au moins j'aurais tiré. Le pire, c'est l'impuissance à répondre à ceux qui veulent vous tuer»
Trump, dans une interview pour le magazine d'extrême droite français Valeurs Actuelles, en 2016.

S'il s'est toujours considéré comme «le plus grand fan du deuxième amendement», en 2013, il évoquait pourtant le manque de contrôle des antécédents «afin de pouvoir éliminer les malades mentaux». En 2000, dans un bouquin, il s'en était même pris aux «républicains qui suivent aveuglément la ligne de la NRA».

Et, une fois à la Maison-Blanche, le 45ᵉ président des Etats-Unis avait exprimé son vœu de relever la limite d'âge de 18 à 21 ans pour l’achat de fusils d'assaut. Il retournera sa veste un mois plus tard, lançant la patate chaude aux Etats. Un opportunisme qui ne va jamais l’égratigner auprès de sa base.

Donald, le canard boiteux d'une famille de chasseurs

Pour le candidat républicain, «la famille Trump est celle qui a le plus de respect pour le deuxième amendement». Certes, encore une phrase de campagne, mais la réalité est beaucoup plus sale que ça. Alors qu'il est impossible de mettre la main sur une archive de Donald en pleine partie de chasse, ses deux fils ont plusieurs fois défrayé la chronique, une fois leur fusil chargé.

Eric et Don Jr. sont des «passionnés de plein air». Ils auraient passé leur enfance à «chasser et pêcher avec notre grand-père qui nous a appris que rien ne doit jamais être gaspillé.» Si la fratrie est si généreuse en souvenirs familiaux, c'est qu'ils ont dû se justifier, en 2012, d'avoir buté de sang-froid un crocodile, une antilope kobus ellipsiprymnus et un léopard, au Zimbabwe et en Zambie. Des trophées à côté desquels ils posaient tout sourire et fiers comme des coqs.

A cet époque, TMZ s'était également procuré une photo de l'aîné, tenant la queue d'un éléphant fraîchement refroidi. Oui, contrairement à papa, les fistons Trump adorent les flingues. Jusqu'à s'afficher avec des éditions personnalisées, comme ce semi-automatique flanqué de symboles médiévaux associés à des groupes extrémistes et... de la tronche d'Hillary Clinton derrière des barreaux.

Des photos publiées par Don Jr. sur son compte Instagram, le 5 janvier 2020.
Des photos publiées par Don Jr. sur son compte Instagram, le 5 janvier 2020.

Ce n’est pas tout. Parmi les proches du milliardaire ayant la gâchette facile, on trouve aussi sa belle-fille Lara, fraîchement nommée à la tête du parti républicain, ou son avocate préférée Alina Habba. Il n'est d'ailleurs pas rare d'apercevoir les deux femmes, sur Instragram, en train de dégommer des cibles en débardeur.

Et c'est tout bénéf pour Donald Trump. Mettre en scène l'amour (sincère) que son clan porte aux fusils, lui permet de se contenter d'armer sa répartie pour séduire les membres de la NRA. Et s'il ne s'est jamais dévoilé en train de tirer, ça ne l'empêche pas de mimer parfois le geste en meeting. Souvenons-nous de cette séquence aussi ahurissante que prémonitoire, en 2016:

«Je pourrais me tenir au milieu de la 5ᵉ avenue et flinguer quelqu'un sans perdre le moindre électeur»
Donald Trump, le 23 janvier 2016 dans l'Iowa.

La même, en vidéo, avec les gestes:

Vidéo: YouTube/CNN
Donald Trump dédicace la poitrine d'une jeune femme
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'ONU évoque des crimes contre l'humanité commis à Gaza
L'ONU a analysé six bombardements israéliens dans la bande de Gaza, estimant que l'Etat hébreu a pu violer le droit international. Elle dit que, lorsqu'elles sont systématiques et répandues, les attaques contre les civils peuvent impliquer des crimes contre l'humanité, sans l'établir formellement.

Dans un rapport publié mercredi par le Haut-Commissariat aux droits de l'homme, des bombardements sur des habitations, une école, des camps de réfugiés et un marché entre octobre et décembre derniers sont analysés. Le haut-commissaire Volker Türk affirme:

L’article