DE | FR
Bien que le vide médiatique influencé par le départ de Donald Trump soit sans appel, pour plusieurs spécialistes, ce n'est pas la seule explication.
Bien que le vide médiatique influencé par le départ de Donald Trump soit sans appel, pour plusieurs spécialistes, ce n'est pas la seule explication.Image: shutterstock

Trump, ce président «chaotique» qui manque tant aux médias

Depuis la fin du mandat du 45ᵉ Président des Etats-Unis, les Américains ont lâché leurs médias. Inquiétant pour les audiences, mais prometteur pour un autre type de journalisme à offrir.
24.03.2021, 11:5225.03.2021, 15:43
Suivez-moi

L'ancien président Donald Trump avait l'habitude de clamer qu'il était «la meilleure chose qui ne soit jamais arrivée aux médias», rapporte Poynter . Et il n'avait peut-être pas tort. Deux mois à peine après la fin du mandat du 45e Président des Etats-Unis, plusieurs médias s'aperçoivent, chiffres à l’appui, que les principaux sites d'information américains «perdent en effet une grande partie de l’audience et du lectorat gagnés pendant la présence chaotique de Donald Trump».

Pour cause, Comscore, une société de suivi d'audience, a relevé que les médias de la presse écrite les plus populaires des Etats-Unis tels que le Washington Post ou le New York Times ont vu le nombre de visiteurs uniques chuter entre 17% et 26% de janvier à février 2021 par rapport à l'année précédente. Mais le pire se trouve du côté de la télévision.

Sans Trump, la télé n'est rien?

Au cours des cinq dernières semaines, Comscore relève également que CNN, l'une des chaînes américaines les plus suivies du pays a perdu près de la moitié (45%) de ses téléspectateurs aux heures de grande écoute.

Et vous, au fond, Donald, il vous manque?

Bien que le vide médiatique influencé par le départ de Donald Trump soit sans appel, pour plusieurs spécialistes, ce n'est pas la seule explication. Pour Howard Kurtz, journaliste chez Fox News, les clics exorbitants de 2020 et du début de 2021 sont notamment liés à une pandémie mondiale et des verrouillages économiques. Les vagues de protestations raciales plus nombreuses qui se sont parfois transformées en émeutes ont également captivé l'attention des Américains ces derniers mois.

«Les médias ne font pas vraiment faillite, comme Trump aimait prédire que ce serait leur sort une fois parti. Cela ressemble plus à un retour à ce qui était considéré comme normal»
Howard Kurtz, journalistefoxnews

Un retour au journalisme «normal»

Avec Donald Trump, le journalisme a, selon Adam Chiara, professeur de communication à l'Université de Hartford dans le Connecticut, «nourri la bête et attiré les clics». Donnant lieu à un nouveau type de presse basé sur le «Trump Bump» (le coup de pouce Trump) comme le rapporte TV5 Monde.

Avec Joe Biden, président qui a volontairement pris le contre-pied de son prédécesseur dans sa communication, et qui de ce fait, est considéré par l'opinion publique comme «un type ennuyeux», les médias en profitent pour revenir aux fondamentaux.

«Peut-être que cela n'attirera pas le public que nous avons vu dans le passé, mais ça reste important. Les organisations de presse, espérons-le, peuvent se concentrer sur le journalisme et reprendre la confiance d'un public qui reviendra en fin de compte pour consommer ce qui est bon, et pas seulement ce qui est mauvais et laid»
Tom Jones, journalistepoynter

La PDG du Times, Meredith Kopit Levien, reste également confiante face à la situation et explique profiter de cette nouvelle ère de fluctuation pour «mieux se positionner et croître la transition numérique du média».

1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Face à Poutine, l'Ukraine a un nouvel adversaire: l'Allemagne
Berlin freine ses livraisons d'armes lourdes alors que l'Ukraine lutte pour sa survie. Les critiques à l'encontre d'Olaf Scholz, tant en Allemagne qu'à l'étranger, sont accablantes. Lors de son discours au WEF, il a nourri les doutes sur ses intentions.

Trois mois après le début de la guerre en Ukraine, l'Allemagne donne une image que beaucoup qualifient de «honteuse». Le chancelier Olaf Scholz fait face à de nombreuses critiques. Ses hésitations et ses tergiversations sur les livraisons d'armes lui valent de violents reproches au niveau international.

L’article