DE | FR

Chute de téléphérique à Stresa: de nouveaux suspects identifiés

Image: EPA ANSA
Parmi la liste des suspects liés au drame de Stressa, qui a fait 14 morts en mai dernier, s'ajoute des employés du fabricant de remontées mécaniques «Leitner».
03.07.2021, 10:2604.07.2021, 09:59

Les procureurs italiens ont identifié de nouveaux suspects, portant leur nombre à 14, dans l'enquête sur le tragique accident de téléphérique survenu dans le nord de l'Italie. Trois responsables de la société gérant le téléphérique avaient été arrêtés auparavant.

Parmi les nouveaux suspects figurent des employés du fabricant de remontées mécaniques Leitner. Celui-ci aurait effectué des travaux et inspecté le téléphérique, dont la chute d'une cabine a fait 14 morts le dimanche 23 mai.

Freinage d'urgence désactivé

Le téléphérique de Stresa permet d'atteindre le Mont Mottarone, un lieu touristique culminant à près de 1500 mètres, qui offre une vue spectaculaire sur le lac Majeur et les Alpes. Une cabine s'est écrasée près du sommet en raison d'une rupture de câble, dont la cause n'est pas encore connue.

Le système de freinage d'urgence aurait dû empêcher l'accident. Il avait cependant été délibérément désactivé par les responsables, parce qu'il fonctionnait mal et avait interrompu le service plusieurs fois.

Seul un petit garçon israélien de cinq ans a survécu au drame. La victime a perdu ses parents, son petit frère de deux ans et ses arrière-grands-parents dans l'accident. Après un long séjour à l'hôpital, il a été recueilli par sa tante qui vit en Italie. (ats)

La chute d'une cabine à Stresa

1 / 9
La chute d'une cabine à Stresa
source: sda
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Aung San Suu Kyi restera six ans de plus en prison
La prix Nobel de la paix, âgée de 77 ans, avait déjà été condamnée pour un total de onze ans de prison.

La junte birmane resserre son étau contre Aung San Suu Kyi: l'ex-dirigeante renversée par le coup d'Etat de février 2021 a été condamnée lundi à six ans de prison supplémentaires au cours d'un procès fleuve, dénoncé comme politique par la communauté internationale.

L’article