International
Neutralité

Peut-on encore être neutre en Europe à l'heure de la guerre en Ukraine?

Poutine ne fera pas changer d'avis la Suisse, l'Irlande et l'Autriche

Depuis le début de l'invasion russe, plusieurs pays européens sont restés neutres, comme la Suisse, l'Irlande ou encore l'Autriche. Quelle est la pertinence d'une telle posture? Et pourrait-elle être remise en question? Eclairage.
24.12.2023, 16:0225.12.2023, 08:20
Sophie Enos-Attali / the conversation
Plus de «International»
Un article de The Conversation
The Conversation

«Une politique de non-alignement militaire parallèlement à un engagement politique actif dans les forums mondiaux continuera à poser des défis aux gouvernements et diplomates irlandais». C'est par ces termes que la professeure de science politique Louise Richardson conclut le rapport qu'elle a remis au premier ministre Leo Varadkar le 10 octobre 2023 à l'issue du Forum consultatif sur la politique de sécurité internationale.

Ses propos résument assez bien le sentiment dominant dans plusieurs pays européens restés neutres depuis le début de la guerre en Ukraine.

La pertinence de la neutralité

Actuellement, six pays du continent européen se présentent encore comme des Etats neutres: l'Autriche, l'Irlande, Malte, la Moldavie, la Serbie et la Suisse. Ce faisant, ils s'engagent à demeurer, en toutes circonstances, militairement à l'écart de toute guerre interétatique et, dans cette perspective, à n'adhérer à aucune alliance militaire et à assurer seuls leur défense.

Toutefois, l'Autriche, l'Irlande et la Suisse s'interrogent sur la pertinence de leur posture de neutralité au regard de la guerre en Ukraine.

D'autant que, moins de trois mois après l'agression russe du 24 février 2022, la Finlande et la Suède, qui inscrivaient leur politique de sécurité dans une tradition de neutralité depuis des décennies, se sont portées candidates à l'adhésion à l'Otan.

Les débats qui ont cours à Vienne, à Dublin et à Berne témoignent d'un attachement profond à la neutralité, dont aucun des trois pays n'envisage pour l'heure de se départir. Dans le même temps, ils mettent en évidence la difficulté de demeurer neutre en période de conflit.

Une neutralité assumée

Devenues neutres à des périodes et dans des circonstances différentes, l'Autriche, l'Irlande et la Suisse ont, dans le passé, chacune fait de leur neutralité un instrument de leur politique étrangère et de sécurité.

Puis, à la fin de la guerre froide, elles ont assoupli leur posture en prenant une part active à la Politique étrangère et de sécurité commune de l'Union européenne, ainsi qu'au Partenariat pour la paix de l'Otan. Pour autant, elles n'ont jamais remis en cause leur neutralité, une position renforcée par la guerre en Ukraine.

Ainsi, après le 24 février 2022, prenant le contre-pied de leurs homologues d'Europe du Nord, les exécutifs autrichien, irlandais et helvétique ont rappelé avec vigueur l'ancrage de la politique de sécurité de leur pays dans la neutralité.

Bien que cette posture fasse l'objet de nombreuses critiques, de la part d'experts en sécurité, d'universitaires, de journalistes, s'exprimant par voie de tribunes dans la presse ou, dans le cas autrichien, à travers deux lettres ouvertes adressées au gouvernement, elle est approuvée par une large majorité de la population, que ce soit en Suisse, en Irlande ou en Autriche.

D'une part, au-delà de l'ancrage de la neutralité dans leur identité nationale, les Autrichiens, les Irlandais et les Suisses ont le sentiment que leur pays, à la différence de la Finlande et de la Suède, est à une distance suffisante de la Russie et de l'épicentre du conflit russo-ukrainien pour ne pas être en danger.

L'Autriche, l'Irlande et la Suisse n'ont d'ailleurs pas fait l'objet de manœuvres d'intimidation comparables à celles qu'ont subies la Finlande et la Suède après l'invasion de la Crimée en 2014, à l'exception de la présence de navires russes dans les eaux irlandaises en avril 2023.

Le risque d'être entraîné dans une guerre

Alors que les Finlandais et les Suédois ont accueilli très favorablement les candidatures à l'Otan déposées par leurs gouvernements respectifs, les opinions publiques autrichienne, irlandaise et suisse voient plutôt dans une éventuelle adhésion à une alliance militaire le risque, pour leur pays, de se trouver entraîné dans une guerre; certains redoutent aussi qu'une fois membre de l'Otan, leur diplomatie ne soit plus en mesure d'agir activement en faveur de la paix.

D'autre part, la référence à la neutralité dans le contexte de la guerre en Ukraine a été d'autant mieux acceptée que les dirigeants autrichiens, irlandais et suisses ont insisté sur le caractère strictement militaire de cette posture, soulignant qu'au regard du droit international, un Etat neutre ne peut pas apporter d'aide militaire à un belligérant – fût-il en situation de légitime défense face à une agression armée –, mais n'est pas pour autant tenu d'être politiquement impartial.

L'Autriche, l'Irlande et la Suisse ont d'ailleurs condamné sans ambiguïté la Russie, à l'encontre de laquelle elles ont toutes trois appliqué les sanctions décidées par l'Union européenne - y compris la Confédération helvétique, qui n'est pourtant pas membre de l'UE.

Cependant, dans la pratique, la ligne d'équilibre entre neutralité militaire et soutien politique à l'Ukraine n'est pas aisée à tenir.

Etre neutre, un exercice d'équilibriste

Très régulièrement, les responsables autrichiens, irlandais et suisses doivent arbitrer sur ce qui est autorisé ou pas dans le cadre de la neutralité.

Ainsi, Vienne, qui en avril 2022 a argué de sa neutralité pour refuser que Volodymyr Zelensky s'adresse au Parlement, est finalement revenue sur sa décision un an plus tard. Non sans susciter la colère des députés du parti nationaliste FPÖ et d'une majorité des députés socio-démocrates, qui ont boycotté l'intervention du président ukrainien, notamment au nom de la neutralité.

Si l'envoi à Kiev d'argent, de biens de première nécessité, de carburant et même de casques ne pose pas de problème, d'autres formes d'aide sont plus ou moins controversées selon les pays.

D'un côté, Dublin a décidé d'aider l'Ukraine à déminer son territoire sans que cela ne fasse débat et Berne, après quelques discussions, a fait de même. De l'autre, la volonté du président autrichien Alexander Van der Bellen de contribuer au déminage d'espaces civils ukrainiens s'est heurtée à l'opposition du Parti conservateur ÖVP, principal membre de la coalition au pouvoir, qui y a vu un risque d'atteinte à la neutralité compte tenu de l'impossibilité de «distinguer le déminage civil du militaire».

Par ailleurs, les élus suisses sont divisés au sujet du devenir de leur matériel de guerre: compte tenu de la neutralité, peuvent-ils autoriser un pays tiers à livrer à l'Ukraine en guerre des munitions achetées à la Suisse? Est-il possible, sans mettre à mal la capacité de défense suisse, de céder des chars à des pays tiers pour les aider à remplacer ceux qu'ils ont donnés à l'Ukraine?

Quant à l'Irlande, son gouvernement, après avoir beaucoup communiqué sur le caractère strictement humanitaire de l'aide à l'Ukraine, a discrètement décidé de mandater des soldats pour qu'ils forment les forces ukrainiennes au maniement de certaines armes, ce qui a donné lieu à plusieurs critiques.

Au-delà de ces débats, qui témoignent de la difficulté de fixer les limites d'une politique de neutralité en période de conflit, l'Irlande, l'Autriche et la Suisse doivent composer avec les insuffisances de leur politique de défense: en ne consacrant à leurs dépenses de défense respectivement 232$ (0.2 % du PIB), 400$ (0.8 % du PIB) et 700$ (0.8 %) par habitant, elles ne sont pas réellement en mesure de se défendre seules et ainsi d'assurer le respect, par les États tiers, de leur neutralité.

Vers un abandon de la neutralité?

Si la guerre en Ukraine place les pays neutres d'Europe dans une position inconfortable, ni l'Autriche, ni l'Irlande ni la Suisse ne paraissent prêtes à renoncer à leur statut d'Etat neutre.

En témoignent la communication du ministère suisse des Affaires étrangères, les réactions à la consultation publique organisée par le gouvernement irlandais cet été, le débat ouvert par le FPÖ au Parlement autrichien ou encore l'appel récent de personnalités autrichiennes en faveur d'une «neutralité engagée» et d'une «politique active de paix».

Dans ce contexte, les chantages turc et hongrois pour ratifier l'adhésion de la Suède à l'Otan malgré des avancées sensibles et les dommages inexpliqués survenus sur des installations sous-marines reliant respectivement la Finlande et la Suède à l'Estonie sont peu propices à une évolution des opinions les plus hostiles à l'abandon de la neutralité.

A ce stade, une adaptation du concept de neutralité en Autriche, en Irlande et en Suisse paraît donc plus probable qu'un abandon pur et simple sur le modèle des deux Nordiques.

Cet article a été publié initialement sur The Conversation. Watson a changé le titre et les sous-titres. Cliquez ici pour lire l'article original

La visite d'Emmanuel Macron en Suisse
1 / 23
La visite d'Emmanuel Macron en Suisse
source: sda / anthony anex
partager sur Facebookpartager sur X
Immersion dans le plus grand bunker d'or privé de Suisse
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le vol SQ321 a laissé 22 personnes blessées à la colonne vertébrale
Après le trajet cauchemardesque du vol SQ321 de la Singapore Airlines, dérouté mardi vers la Thaïlande après de graves turbulences, de nouveaux détails ont été communiqués sur l'étendue des blessures et des dommages causés aux passagers. Un Britannique de 73 ans est décédé.

Ce sont pas moins 211 passagers et 18 membres d'équipage qui se trouvaient à bord du vol SQ321 de Singapore Airlines, ce 21 mai, en direction de Singapour, lorsque l'avion effectue une descente brutale de 1800 mètres en quelques minutes. Ceux qui ne portaient pas leur ceinture de sécurité «ont été immédiatement projetés vers le plafond» - dont certains avec une telle violence que leur crâne aurait cabossé le plafond, racontent les témoins.

L’article