DE | FR

Les aveux discutables du reporter arrêté par le pouvoir Biélorusse

dr
Selon une ONG de défense des droits humains, les aveux du journaliste et militant de l'opposition, Roman Protassevitch, ont été obtenus «sous la menace».
04.06.2021, 10:5004.06.2021, 16:26

La télévision publique biélorusse a diffusé, jeudi, des déclarations filmées dans lesquelles le journaliste d'opposition, arrêté récemment après le déroutement de son avion, reconnaît sa culpabilité.

Journaliste «mal à l'aise»

Ancien rédacteur en chef du média d'opposition Nexta, Roman Protassevitch, visiblement mal à l'aise, affirme avoir appelé à des protestations contre le régime et assure respecter le président Alexandre Loukachenko.

Une vidéo avait déjà été diffusée faisant réagir son père 👇

Le journaliste de 26 ans affirme également vouloir corriger ses erreurs et mener une vie tranquille, loin de la politique.

A lire aussi: 5 points pour comprendre à quoi joue la Biélorussie en détournant un avion

«Pure propagande»

Quelques heures avant la diffusion de l'entretien, l'ONG de défense des droits humains Viasna a dénoncé des propos obtenus «sous la menace».

«Tout ce que dira Roman Protassevitch aura été obtenu après des menaces, psychologiques au minimum, et sous la menace d'accusations injustes, mais très graves dont il est l'objet»
Ales Beliatski, directeur de Viasna

«Quoi qu'il dise maintenant, c'est de la pure propagande qui n'a aucune part de vérité», a-t-il poursuivi.

Sanctions contre les Etats-Unis
La Biélorussie a annoncé, jeudi, des mesures de riposte contre Washington, après l'entrée en vigueur de nouvelles sanctions américaines visant Minsk, la capitale. Parmi elles figurent notamment la réduction du personnel diplomatique américain sur le sol biélorusse, la réduction du personnel administratif de l'ambassade des Etats-Unis et «le durcissement de la procédure de délivrance des visas» bélarusses. Le pays a également retiré l'autorisation de travailler sur son territoire à l'agence américaine pour le développement international (Usaid). Ces décisions devraient prendre effet le 13 juin».

«Alerte à la bombe»

Roman Protassevitch a été arrêté, le 23 mai, avec sa compagne russe de 23 ans, Sofia Sapega, après l'atterrissage non prévu de leur avion de ligne de la compagnie Ryanair, à Minsk. Les autorités bélarusses ont justifié le déroutage de l'avion, qui survolait leur territoire, par une alerte à la bombe.

Cette affaire a suscité un tollé international et l'annonce de nouvelles sanctions contre le Bélarus, l'opposition et les capitales occidentales dénonçant un subterfuge du régime d'Alexandre Loukachenko, pour arrêter l'opposant.

En Biélorussie, Roman Protassevitch est poursuivi pour «organisation» d'émeutes, un crime passible de 15 ans de prison. (ats/hkr)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Poutine a une immense soif de pouvoir et ses guerres passées le prouvent
Agressions militaires et opérations de déstabilisation font partie de l'arsenal de moyens utilisés par Vladimir Poutine pour recréer l'hyperpuissance russe sur les ruines de l'ex-URSS. Autopsie d'une ambition démesurée.

Refaisons les présentations. Vladimir Poutine dirige la Russie depuis 2000 (avec une interruption entre 2008 et 2012). Auparavant, c'était un agent du KGB, les services secrets soviétiques. Il a même été basé quatre ans et demi en ex-Allemagne de l'Est, à Dresde. Il a vécu la chute du mur de Berlin, en 1989, et de l'URSS deux ans plus tard, comme une humiliation. Poutine est une boule de ressentiments.

L’article