International
Russie

Ukraine: Voici les cruelles tactiques de guerre russes

Marioupol, la ville martyre.
Image: sda

D'Alep à Marioupol, voici les cruelles tactiques de guerre russes

Grozny, Alep, Marioupol: trois villes prises par les Russes et témoins de leurs atrocités. Les crimes commis semblent faire partie de la stratégie du Kremlin. Décryptage avec Marcel Berni, expert militaire de l'EPFZ.
15.10.2022, 08:0015.10.2022, 11:52
Hans-Caspar Kellenberger / ch media
Plus de «International»

Lorsque la Russie entre en guerre, la mort et la destruction sont au programme de ses offensives. Une telle pratique ne date pas de l'invasion de l'Ukraine, où des centres urbains comme Kharkiv ou Zaporijia croulent sous des tirs arbitraires et où le quotidien de la population civile est souffrance.

En 1996, à Grozny, en Tchétchénie, l'état-major russe a prouvé qu'il pouvait assiéger des villes entières et les réduire en cendres. Ces sièges, contraires au droit international, sont considérés comme des crimes de guerre.

Une ville en lambeaux. Marioupol après l'assaut des troupes russes.
Une ville en lambeaux. Marioupol après l'assaut des troupes russes.STRINGER/EPA

Des tactiques et un schéma récurent

Les Russes sont capables du pire: assassinat ciblé de civils, destruction des installations d'eau et d'électricité, famine, entrave à l'aide humanitaire, bombardements de surface, bombardement de villes non défendues ou assassinat de prisonniers.

Les forces armées russes ont laissé derrière elles des traces de sang pendant plus de deux décennies. Leur tactique de guerre suit un schéma récurrent, que ce soit en Tchétchénie, en Syrie ou en Ukraine. Décryptage.

Grozny en Tchétchénie (Russie)

Jusqu'à l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février, les deux guerres de Tchétchénie, entre 1994 et 2009, étaient considérées par les experts du Caucase comme «les pires événements violents dans l'espace post-soviétique». Grozny, la capitale tchétchène, est l'épicentre des deux conflits entre la Fédération de Russie et la république autonome du Caucase du Nord. Grozny a été désignée «la ville la plus détruite au monde» en 2002 par les Nations unies (ONU).

Après que la Tchétchénie se soit proclamée Etat indépendant avant la dissolution officielle de l'Union soviétique en 1991, la Russie est intervenue militairement. A partir de 1994, les Russes ont été mobilisés pour maintenir la république partielle dans la fédération. Environ 40 000 soldats russes ont envahi la Tchétchénie et ont pris la capitale Grozny après d'intenses combats.

Lors du siège de la ville en janvier 1995, environ 25 000 personnes sont mortes, selon des estimations d'observateurs internationaux. Grozny a été victime de plusieurs jours de tirs d'artillerie et de bombardements aériens arbitraires.

Lors de la deuxième guerre de Tchétchénie, en 1999, la ville a de nouveau été attaquée, puis occupée par les troupes russes début 2000. Le nombre de morts est estimé entre 100 000 et 200 000 personnes pour les deux guerres.

Alep en Syrie

Dans le cadre de la guerre civile syrienne, Alep, la deuxième ville du pays, a été le théâtre de nombreux affrontements entre 2012 à 2016. En juillet 2016, un siège a été imposé à la partie orientale de la ville. Environ 300 000 personnes ont été prises au piège.

In this photo released by the Syrian official news agency SANA, shows Syrian Civil Defense workers and security forces search for victims under the rubble of a destroyed building, in Aleppo, Syria, We ...
Alep, en Syrie, mercredi 7 septembre 2022Image: Keystone

A partir d'août 2015, la Russie a commencé à intervenir activement dans le conflit aux côtés du dictateur syrien Bachar el-Assad. L'armée russe a été actrice lors du siège d'Alep, où son armée de l'air a bombardé pendant des mois la partie est de la ville en collaboration avec les forces syriennes fidèles au gouvernement.

Des rapports accablants sur le bombardement d'hôpitaux, d'infrastructures critiques et le bombardement de zones résidentielles ont été publiés. L'armée de l'air syrienne, soutenue par la Russie, a également utilisé des bombes barils larguées au hasard sur les quartiers encerclés. Une pratique fermement condamnée au niveau international.

Selon un rapport de l'ONU datant de 2021, plus de 51 000 civils ont trouvé la mort à Alep pendant l'assaut, faisait la deuxième attaque la plus meurtrière après Damas. Pendant les combats, la population n'avait pas d'électricité, pas d'eau et pratiquement plus accès à l'aide médicale. Au total, plus de 306 000 civils sont morts dans la guerre civile syrienne. Un conflit qui dure toujours à l'heure actuelle.

Marioupol en Ukraine

Le dernier siège mené par la Russie a touché Marioupol, une ville portuaire autrefois florissante dans le sud-est de l'Ukraine. Le 1er mars, Marioupol a été complètement encerclée. Un siège d'environ trois mois s'en est suivi. Aujourd'hui, la ville est détruite à près de 90%.

Une image prise � Marioupol le vendredi 1er juillet.
Image: sda

Dès le 2 mars, l'approvisionnement en eau et en électricité de Marioupol s'est stoppé. Les infrastructures ne pouvaient plus être réparées en raison des tirs d'artillerie incessants. Selon les autorités locales, des milliers de personnes ont été tuées rien qu'au début du mois d'avril. Elles sont mortes sous les bombes et les obus et, selon le Programme alimentaire mondial de l'ONU, de malnutrition.

L'organisation Médecins sans frontières a aussi constaté que les habitants de la ville sont morts en raison du manque de soins médicaux. Un théâtre, où près d'un millier de civils s'étaient réfugiés, ainsi qu'une maternité et une clinique pédiatrique ont été bombardés.

Le bombardement de l'hôpital a été l'une des premières atrocités de l'invasion de l'Ukraine. L'Organisation mondiale de la santé a recensé plus de 60 attaques contre des établissements de santé en Ukraine au cours premier mois de guerre. Parmi elles, des attentats contre des cliniques, des cabinets médicaux ainsi que des transports de médicaments et de matériel.

A Marioupol, l'évacuation des civils et l'aide humanitaire d'urgence par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ont été empêchées à plusieurs reprises. Près de 120 000 civils sont restés sous les bombes. Le nombre exact de victimes n'est pas connu à ce jour. Selon les observateurs internationaux, il devrait être similaire à celui de 2016 à Alep en Syrie. Un charnier contenant jusqu'à 20 000 corps a été découvert en juin dernier aux abords de la ville.

La doctrine militaire russe a fait ses preuves

Le schéma d'action russe lors du siège de Marioupol est similaire à celui de Grozny et d'Alep. L'organisation non gouvernementale Amnesty International a accusé à l'époque les troupes russes et syriennes à Alep de «cibler délibérément les hôpitaux», comme l'indique un rapport sur les attaques contre les écoles et les hôpitaux.

Peut-on parler d'une tactique de guerre? Marcel Berni, expert en stratégie de l'Académie militaire de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), estime:

«La doctrine militaire russe fait peu cas des victimes civiles. Cette approche repose sur l'utilisation inconsidérée d'armes lourdes, précisément de tirs d'artillerie indiscriminés, qui entraînent des destructions, des dommages collatéraux et d'énormes souffrances civiles.»

La procédure est toujours la même.

«Ce n'est qu'après un bombardement d'artillerie dévastateur que les troupes terrestres sont envoyées dans la ville pour la prendre. En détruisant et en effrayant la partie adverse, on espère que l'assaut d'infanterie contre les villes sera moins difficile, et donc que les pertes propres seront moindres.»
Marcel Berni

Cela peut également être interprété comme un moyen de communication non verbal vis-à-vis de l'ennemi et de la population civile.

«Dans ce contexte, je parlerais de violence excessive et stratégique»
Marcel Berni

Cette doctrine militaire, qui a été appliquée aussi bien lors des sièges de Grozny et d'Alep que de Marioupol, mise sur «la puissance plutôt que la classe». Elle ne serait donc applicable que pour des armées disposant de grandes réserves de munitions et faisant fi du droit de la guerre.

Les avantages d'une ville détruite

Les trois villes précitées ont toutes été complètement détruites après leur prise. Une reconstruction nécessite de gros moyens financiers et prend des années. En quoi ces destructions servent-elles l'intérêt de Poutine? Selon Marcel Berni:

«A court terme, l'état des régions conquises n'intéresse guère Poutine. Tout ce qui compte, c'est de briser la résistance de l'adversaire»

Selon l'expert en stratégie de l'EPFZ, la conquête à tout prix semble être «l'objectif phare» de l'approche russe. La reconstruction et la russification, comme à Marioupol, ne sont envisagées qu'après. La reconstruction offre une chance à Poutine dans un deuxième temps.

«Poutine peut apporter des modifications au paysage urbain et se mettre en scène en tant que libérateur»
Marcel Berni

Sur le plan militaire, cette doctrine a fait ses preuves pour les généraux de Poutine.

«Ils ont eu du succès en Tchétchénie et, dans une moindre mesure, en Syrie. Selon ma lecture, il s'agit de démoraliser, de chasser ou même d'anéantir la population civile»

Au vu de la volonté de résistance de l'Ukraine jusqu'à présent, la tactique des envahisseurs pourrait, pour une fois, ne pas fonctionner. (aargauerzeitung.ch)

La précision des nouvelles armes livrées à l'Ukraine est redoutable
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ciao Biden! Pour la peine, voici 81 anecdotes qu'on retiendra de toi
Le dimanche 21 juillet 2024 restera gravé dans l'Histoire de la politique mondiale. A 19h46 ce soir-là, Joe Biden a annoncé son retrait de la course à la Maison-Blanche. Alors qu'il tient à terminer dignement son mandat de président, c'est une retraite bien méritée qui attend le papy de 81 ans. Bégaiement, crème glacée, footing ou Rolex Datejust 41 au poignet, voici l'homme qu'il a été avant le chef d'Etat.
L’article