International
Russie

La Russie se venge de la Finlande grâce à des réfugiés à vélo

Poutine se venge de l'Europe de la Finlande grâce à une tactique sournoise.
Image: keystone / watson

Poutine met l'Europe sous pression grâce à des vélos

Pour montrer son désaccord avec l'adhésion de la Finlande à l'Otan, la Russie déploie une stratégie controversée en envoyant des vagues de réfugiés à vélo vers les frontières de l'Europe du Nord.
22.11.2023, 05:5322.11.2023, 13:15
Niels Anner, Copenhague / ch media
Plus de «International»

Vendredi passé à minuit, la Finlande a imposé un blocus: la moitié de ses frontières vers la Russie sont désormais fermées. La raison? Des centaines de réfugiés en provenance du Moyen-Orient et d'Afrique ont profité de ces passages pour entrer dans le pays depuis la Russie.

Beaucoup arrivaient à vélo à travers le paysage hivernal, tous sans documents. Le gouvernement finlandais est convaincu que les demandeurs d'asile ne peuvent pas atteindre seuls les frontières de l'UE et de Schengen.

Le premier ministre Petteri Orpo pointe les autorités russes comme responsables de cet afflux:

«Ils sont soutenus par la Russie»
Petteri Orpo

Jusqu'à récemment, les autorités russes n'autorisaient pas les personnes sans documents de voyage à franchir la frontière. A présent, c'est le contraire. Les médias finlandais ont interrogé des réfugiés qui affirment avoir été conduits à la frontière par la police russe ou des taxis.

A fence is blocking the road to the closed empty Nuijamaa border station between Russia and Finland in Lappeenranta, Finland, Saturday, Nov. 18, 2023. Finland closed four crossing points on its long b ...
Des barrières placées au poste frontière de Nuijamaa en Finlande.Keystone

D'autres sont venus à vélo - jusqu'à ce que la Finlande interdise le franchissement de la frontière à deux roues. Les réseaux sociaux diffusent des vidéos en arabe affirmant que la frontière occidentale est ouverte. Des passeurs proposent également une «entrée garantie en Finlande» en échange de 2000 dollars.

Il est pour l'heure difficile de déterminer l'impact de la fermeture de la frontière finlandaise. Le pays de l'UE, qui a une frontière de 1 340 kilomètres avec la Russie, ne veut pas et ne peut pas, pour des raisons humanitaires et juridiques, s'isoler complètement de l'Est. Elle doit rester ouverte aux nombreux travailleurs frontaliers en situation régulière qui ont de la famille dans le pays voisin et un visa Schengen.

La Russie sème le trouble

Aujourd'hui, les réfugiés ne peuvent plus demander l'asile qu'à deux points de passage, situés à plusieurs centaines de kilomètres au nord. Mais peu de temps après la décision du gouvernement, quelques demandeurs d'asile sont apparus à l'un des deux postes frontière encore autorisés. Encore une fois à vélo.

Le président Sauli Niinistö assure que la Russie utilise cette stratégie pour créer des tensions dans le pays suite à l'adhésion de la Finlande à l'Otan. Les experts parlent d'une guerre hybride visant à créer de l'insécurité. Le Kremlin a déjà utilisé la même méthode et la trouve apparemment toujours efficace.

Pendant la crise des réfugiés de 2015/16, la Russie a autorisé des milliers de personnes à se rendre à la frontière avec la Norvège et la Finlande. Le passage par cette route, considérée comme plus sûre que la route méditerranéenne, a eu des conséquences chaotiques pour les régions peu peuplées du Nord, en raison de l'absence d'infrastructures d'asile.

De la même manière, depuis 2021, la Biélorussie abuse des réfugiés en envoyant des milliers de personnes à la frontière avec la Pologne et la Lituanie. En Finlande, les ONG mettent en garde contre cette évolution dramatique. Le risque? Que les demandeurs d'asile soient rejetés et se retrouvent sans papiers dans un «no man's land» en plein hiver.

Les critiques accusent le gouvernement d'exagérer: après tout, il n'y a pas d'entrées illégales, les réfugiés arrivent à un poste frontière officiel et demandent simplement l'asile.

Mais le gouvernement de centre droit de Petteri Orpo indique clairement qu’il veut réagir rapidement au «phénomène» afin d’éviter une escalade. Il en va de même pour l'Estonie, où, depuis la semaine passée, une douzaine de Somaliens sans papiers originaires de Russie ont tenté de franchir la frontière. Ils ont été renvoyés et le ministre de l'Intérieur, Lauri Länemets, a déclaré que la fermeture des frontières était envisagée.

La Norvège se prépare également à la possibilité que des groupes de réfugiés atteignent le poste-frontière enneigé de Storskog, dans l'extrême nord du pays, comme en 2015. Un Syrien a raconté aux médias finlandais que les gardes-frontières russes avaient conseillé aux réfugiés de tenter d'entrer en Norvège si cela ne fonctionnait pas en Finlande.

Traduit et adapté de l'allemand par Tim Boekholt

Vladimir Poutine dans tous ses états
1 / 10
Vladimir Poutine dans tous ses états
Poutine en mode chasseur, 2010.
source: ap ria novosti russian governmen / dmitry astakhov
partager sur Facebookpartager sur X
Réfugiés ukrainiens un an après la guerre. «Notre avenir est en Suisse»
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Poutine est pris au piège de la Chine
Depuis le début de la guerre en Ukraine, Poutine a rendu son pays dépendant de la Chine. Un processus qui montre ses premières failles.

La fin de la guerre en Ukraine ne se dessine pas encore, mais la Russie tient à se montrer forte. A en croire le Kremlin, Moscou ne peut pas perdre militairement et les sanctions occidentales, inefficaces, renforcent même l'économie du pays. Ces récits, diffusés par la propagande russe, dépassent largement les frontières du pays et sont également repris par des hommes politiques proches du Kremlin en Europe. Ces représentations n'ont cependant pas grand-chose à voir avec la réalité.

L’article