Société
Commentaire

Kate et Britney ont été dévorées vivantes

Kate Middleton et Britney Spears, deux femmes célèbres qui se sont retrouvées au milieu de théories du complot sauvages alors qu'elles traversaient un moment difficile.
La princesse de Galles et la princesse de la pop, deux femmes puissantes qui, au milieu d'un moment de détresse, se sont retrouvées au milieu de théories du complot et de moqueries tourbillonnantes. watson/getty
Commentaire

Kate et Britney ont été dévorées vivantes

Les deux princesses ont un point commun, et pas seulement d'être passées pour mortes: nous les avons bouffées.
27.03.2024, 16:5827.03.2024, 19:37
Suivez-moi
Plus de «Société»

De prime abord, à l'exception d'être nées à quelques jours d'intervalle, Britney Spears et Kate Middleton n'ont pas grand-chose en commun. L'une est américaine, l'autre anglaise. L'une est blonde, l'autre brune. L'une a fait carrière, l'autre un bon mariage. L'une a appris à chanter, l'autre à se taire. L'une semble fragile, l'autre dure comme un roc.

Le truc en plus

La princesse de la pop et la princesse de Galles partagent pourtant bien plus. Kate et Britney ont ce «truc». Magique. Inexplicable. Ce petit plus qui suscite adoration, joie et fascination. Est-ce une aura, une personnalité, un détail, un don, un sourire, une fossette? Un mix généreux entre beauté, gloire et paillettes? Tout ça à la fois?

Pour Kate comme pour Britney, la célébrité est arrivée très vite, très jeune. Le passage d'un anonymat confortable à la célébrité mondiale, écrasante, a été brutal. Du jour au lendemain, ces créatures ont été scrutées, décryptées, détaillées, analysées, critiquées, adulées. Les détails de leur existence étalés dans les pages de la presse et sur les sites internet. Un paparazzi à chaque coin de rue pour traquer ces semi-divinités à la quête d'une faiblesse. Elles sont devenues source de frénésie, de gros titres, de hurlements, d’effusions et de débordements d'amour. Les propriétés d'une foule accro, demandeuse, affamée.

OBERHAUSEN, GERMANY - SEPTEMBER 25: Britney Spears arrives prior to the presentation of dessous collection 'The Intimate Collection' at CentrO shopping mall on September 25, 2014 in Oberhaus ...
Getty Images Europe
LONDON, UNITED KINGDOM - MAY 04: (EMBARGOED FOR PUBLICATION IN UK NEWSPAPERS UNTIL 24 HOURS AFTER CREATE DATE AND TIME) Catherine, Princess of Wales meets members of the public during a walkabout afte ...
Getty Images Europe

Deux humaines au coeur de la tornade

Et puis, au milieu de cette ferveur populaire, il y a eu un hic. Une faille. Un moment de détresse inattendu. Kate, comme Britney, après des années de don de soi, ont ressenti le besoin momentané, légitime, urgent, de se retirer. Juste le temps de prendre soin d'elles, à l'abri des regards. En privé. C'est oublier que les célébrités, ces privilégiés qui ont «tout», argent, puissance, célébrité et joli manoir de 12 pièces avec piscine, n'ont droit ni à l'intimité ni au secret. Nous autres, public, internautes, médias, sommes exigeants. Nous avons soif.

New York Daily News front page February 23, 2007 BRITNEY'S FURY!
Britney Spears Attacks car with umbrella. (NY Daily News via Getty Images)
Image: New York Daily News

Dans notre esprit, les people ne sont que des entités abstraites. Lointaines et pourtant si familières, parfois même intimes. Des visages photographiés, imprimés, affichés, pixelisés. Tout sauf des êtres humains de chair, de sang et d'émotions, capables de souffrir, tomber malade ou abriter un sursaut de mauvaise humeur. Des êtres qui pensent, mangent, pissent, chient, saignent, prennent du poids, subissent leurs règles ou avalent un cachet d'aspirine pour faire passer leur mal de crâne. Nous préférons oublier, ravis de pouvoir babiller sur ce que nous savons et, surtout, ignorons de leur vie intérieure.

Kate et Britney ont été déshumanisées.

Pour une marée de fans, trolls, journalistes, photographes, adorateurs et haters, leur souffrance est devenue une source de divertissement. Une matière à alimenter le maelström incontrôlable de rumeurs, ragots, moqueries, théories du complot et excès nauséabonds. Sont-elles mortes? Enfermées? Remplacées par un clone? Ont-elles seulement jamais existé? Au centre de ces délires et de ces histoires, rien d'autre qu'un être humain en difficulté.

L'amer rétropédalage

Et puis, un soudain mais tardif accès de conscience. Kate, Britney et les autres sont des gens presque comme nous. La vérité, leur vérité, se révèle nettement plus moche, moins fantaisiste ou salace que ce que nous avons bien voulu imaginer. Aux blagues légères et à la méchanceté succède la mauvaise conscience. Puis un rétropédalage maladroit.

Kate n'est pas en pleine convalescence d'une opération de chirurgie esthétique du cul? «Je suis mortifiée», chouine Blake Lively ce week-end, après un ricanement facile sur les fails Photoshop. Pendant que l'animateur du Late Show, Stephen Colbert présentait, bon gré mal gré, ses excuses pour avoir surfé sur les rumeurs d'un potentiel adultère. «Nous sommes tous à blâmer», écrivait en 2021 le magazine Glamour, en plein mouvement #FreeBritney, dans un post Instagram.

«Nous n'avons peut-être pas causé sa chute, mais nous l'avons financée»

Ne nous méprenons pas. Kate ne sera pas la dernière. Il y aura d'autres êtres humains pour alimenter la tornade. Estimons-nous heureux si la princesse de Galles nous pardonne un jour. Car la princesse de la pop, elle, ne reviendra sans doute jamais.

Kate Middleton est atteinte d'un cancer
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La RTS fait un débat avec de faux politiciens
Lors du lancement de l’émission Infrarouge de la RTS mercredi soir, tout nous paraissait normal. Mais à y regarder de plus près, quelque chose clochait. La RTS aurait-elle osé un débat politique avec un faux Alexis Favre et de faux invités? On vous explique.

Mercredi soir, l'émission Infrarouge de la RTS nous a peut-être donné un petit avant-goût du futur en organisant un débat politique entièrement orchestré par l'intelligence artificielle.

L’article