Société
nourriture

Voici ce que vous allez manger en 2024

Voici les tendances food pour 2024.
Un vrai festin (non je déconne).Image: watson / dr

Voici ce que vous allez manger en 2024

Il y aura quatre grandes tendances food cette année, selon une étude réalisée par The Fork. A en croire la plateforme, il y en aura pour tous les goûts... Même si vous n'allez pas vous rouler par terre. La bonne nouvelle? Vous n'êtes pas obligés de les suivre. Soyez créatif, que diable.
02.01.2024, 15:5602.01.2024, 17:38
Margaux Habert
Suivez-moi
Plus de «Société»

Après l'essoufflement des tendances ultra chiantes comme les poke bowls, vous pensiez que 2024 allait être une année faste et folle du côté des frigos et des restos? Trop chou.

Sorry, non. A en croire les tendances édictées par The Fork (anciennement La Fourchette) sur la base d'une méthodologie qui n'a pas été divulguée par la plateforme, les mois qui viennent ne nous réservent pas de grandes surprises en cuisine.

On peut toutefois distinguer quatre grandes thématiques qui devraient rythmer l'année, pour vous aider à trouver l'inspiration derrière vos fourneaux... ou pas.

Gastronomie dite «authentique»

C’est-à-dire les plats de grand-mère, la cuisine d’auberge, les recettes anciennes, les rôtisseries... On remet le produit au centre du plat, et on mise sur les plats à partager.

The Fork

«C'est la célébration de la cuisine traditionnelle et populaire, mettant en lumière les personnes qui la créent, et mettant en avant les techniques et le savoir-faire culturel»

On notera aussi, selon la plateforme, «le retour du gibier», avec par exemple les viandes de cerf et de sanglier. On en profitera pour mettre au passage une tape sur les doigts des amateurs de chasse qui ne s'étaient jamais arrêtés d'en manger alors que ça n'était manifestement plus à la mode. Bande de sauvages avant-gardistes.

Du côté des ingrédients vedettes?

De la simplicité, avec une touche de complexité. De la simplexité, si vous voulez:

  • Le levain: on va en mettre partout, dans la pâte à pizza, le pain, les muffins anglais…
  • Les beurres aux herbes, aux fleurs ou aux piments.
  • Les poissons en conserve, comme les sardines, le hareng ou le maquereau.
  • Le vinaigre, nous dit-on (comment faisait-on des sauces à salade avant 2024?).

Devinette: qu'est-ce qui ne va pas dans ce plat de gibier?

C'est simple: il faut ARRÊTER de servir de la nourriture sur des ardoises. C'est chiant et ça sert à rien, merci.
C'est simple: il faut ARRÊTER de servir de la nourriture sur des ardoises. C'est chiant et ça sert à rien, merci.Image: Shutterstock

Gastronomie «spontanée et divertissante»

Festive, immersive, où l'expérience dans les restaurants est à 360°, nous annonce la plateforme, qui va plus loin:

The Fork

«Une expérience stimulante où les clients sont plongés dans un monde où ils aiment voir et être vus»
Ne me demandez pas ce que ça signifie.

Dans cette catégorie, on trouve aussi une cuisine qui s’inspire de la pop culture. Des exemples? En 2023, LE couple de stars qui a le plus fait parler, c’est Taylor Swift et le joueur de football américain Travis Kelce. Alors pour surfer sur leur image, Heinz a lancé une sauce censée combiner leurs deux univers.

Dans la même veine, Netflix a ouvert des restaurants où on sert des plats qu’on voit dans ses séries.

C’est pas la tendance la plus folle, je trouve, puisqu’on va manger par exemple du poulet frit, des pizzas, et de la glace, qui fait son grand retour, même si, entre nous, je ne savais pas qu’elle avait disparu!

Et les aliments phares?

Rien de particulièrement audacieux ou original, puisqu'on devrait se ruer sur:

  • Le poulet, et plus particulièrement le poulet frit.
  • La pizza (qui ne cesse d'être sur nos tables depuis le 16e siècle, alors la présenter comme une tendance...).
  • Les gaufres et les beignets (on vous avait prévenu, c'est pas foufou).

2024, année de toutes les folies.

Non je déconne, c'est l'année de la bouffe qu'on se fait livrer plutôt.
Non je déconne, c'est l'année de la bouffe qu'on se fait livrer plutôt.Image: Shutterstock

Gastronomie «vertueuse»

Par «vertueuse», entendez «donner du sens, faire davantage attention à l’impact environnemental». Par exemple, on travaille avec des denrées de seconde main, comme les vieux pains des boulangeries, transformés le lendemain en quelque chose d’autre pour viser le zéro déchet. Idem pour la vaisselle et le mobilier dans les restos: ceux qui vont adopter ce principe vont davantage acheter d’occasion.

Dans les établissements, la vertu se mange à toutes les sauces, que ce soit en cuisine, en salle, pour le personnel ou les clients:

The Fork

«Faire du restaurant et de la cuisine un lieu d'engagement sincère, parfois radical ou politique, où chaque décision a un impact sur demain»

La vertu dans l'assiette, ça donne...?

Là encore, rien de super folichon, sauf si vous aimez manger plutôt fade. Vous pouvez même manger tiède si ça vous chante.

  • Une montée des vins naturels et biodynamiques.
  • Des haricots, de toutes sortes, qui devraient gagner en popularité.
  • Du sarrasin partout: dans les crêpes, la bière, le whisky, le pain, «et plus encore», nous promet-on.

Ce bol de porridge au sarrasin ne vous fait pas saliver?

Moi non plus.
Moi non plus.Image: Shutterstock

Gastronomie «harmonieuse»

Dans cette catégorie, on mise sur une cuisine «en quête de naturalité», adaptée à nos besoins et nos désirs. Selon l’étude, on va faire plus de pique-niques, par exemple, puisque l’expérience elle-même devient un but gastronomique. On va aussi «fusionner» avec le plat, nous dit-on, voyager dans un moment de découverte (ne me demandez pas ce que ça veut dire).

On devrait aussi partir sur une cuisine qui met en valeur les probiotiques et les champignons, pour une alimentation qui «nous fait du bien», dixit The Fork:

The Fork

«Profiter d'un restaurant sans se soucier des intolérances, un moment singulier conçu précisément pour nous, une cuisine naturelle qui nous fait du bien, qui nous comprend comme une thérapie»

On se tournera vers des expériences plus immersives, «en communion avec la nature», mais aussi la montée de la biodynamie.

Concrètement, on mange quoi?

N'oubliez pas de saler vos plats si vous ne voulez pas mourir d'ennui (ou de faim).

  • Des huiles aromatisées aux herbes.
  • Des super ingrédients tels que les produits fermentés.
  • Des mocktails, ces cocktails sans alcool, avec des recettes de plus en plus créatives.
  • La cuisine crue revient en force: on va se gaver de tartares de viande, de poisson, de légumes.

Un exemple de plat réalisé grâce à la fermentation?

La choucrouuuuute!
La choucrouuuuute!Image: Shutterstock

Alors, on va s'amuser ou pas en 2024?

La montée en puissance du poulet frit, la cuisine de grand-mère, le come-back de la chasse, les probiotiques, les tartares, les huiles aux herbes, les menus sans gluten... A en croire ces grandes tendances selon The Fork, ce n'est pas en 2024 qu'on va réinventer la gastronomie, ni faire preuve d'une créativité phénoménale derrière les fourneaux, ou se rouler par terre de bonheur dans les cuisines des restaurants.

Et si on décrétait que non? Prêt(e) à donner tort à ces tendances aussi appétissantes qu'un poireau vapeur sans sel? On lance une révolution en cuisine?! Allez, en 2024, on veut de l'audace, du panache, de la folie et de la ganache. THE SKY IS THE LIMIT.

Courage, bonne chance (et bon appétit)!

Pour ceux qui aiment vraiiiment manger...

Des milkshakes absurdement lourds made in USA, hell yeah!

1 / 16
Des milkshakes absurdement lourds made in USA, hell yeah!
source: sodajerkco.com / sodajerkco.com
partager sur Facebookpartager sur X
Vidéo: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
On a mangé dans le meilleur resto du monde
Le Central de Lima a été élu meilleur restaurant du monde. On a entrepris le voyage culinaire du Pacifique aux Andes mis en scène par le célèbre chef péruvien Virgilio Martínez.

4200 MASL. C'est ce qui est écrit sur le menu à côté d'un plat de maïs, de kiwicha et de feuilles de patate douce. Est-ce le prix d'un plat au «Central»? Non, car la monnaie péruvienne est le soles, abrégé en SOL; 4200 soles correspondraient à environ 985 francs. Ce serait cher pour l'un des quatorze plats d'un menu de dégustation, même dans le meilleur restaurant du monde – et c'est justement le Central à Lima qui porte ce titre. Cela fait plusieurs années que les critiques gastronomiques le classent en tête des 50 meilleurs restaurants du monde.

L’article