Société
Séries

The Crown, partie 2: notre avis sur les derniers épisodes

The Crown, partie 2: notre avis sur les derniers épisodes
The Crown a fait ses adieux à sa Reine ce jeudi 14 décembre, en dévoilant sa deuxième partie.watson/netflix

The Crown: Des adieux polis sauvés par un costume nazi

The Crown, longtemps la série la plus irrévérencieuse de mémoire royale, a dit «bye-bye» ce mercredi, au terme d'une sixième saison et d'une ultime volée d'épisodes. Quelques larmes, beaucoup de délicatesse, mais très peu de prises de risques. Notre avis.
14.12.2023, 20:4415.12.2023, 08:32
Suivez-moi
Plus de «Société»

Tout commence avec un bol de muesli. Yaourt nature, une poignée de noix, graines de tournesol, de lin et un peu de granola. Petit-déjeuner austère, ambiance austère. Dehors, il pleut. Tout est gris. Lady Di n'est plus là. Charles et William doivent ravaler peine, griefs et regrets pour affronter l'avenir, avec autant de facilité qu'une bouffée de flocons d'avoine tout secs.

C'est sur ce triste tableau d'un père et d'un fils endeuillés que démarre la deuxième et dernière partie de The Crown. Là où nous l'avions laissée.

Et si vous aviez loupé la première partie...

Au placard, les voitures d'époque, les robes midi et les costumes trois-pièces des années 50. Bonjour le début des années 2000, les Daft Punk, les téléphones portables et les jeans Levi's à la coupe douteuse. Dans cette dernière saison, la série consacrée à la monarchie se frotte à son défi le plus redouté: revenir sur un passé tout proche. Se plonger dans les souvenirs encore vivaces de ses protagonistes. Charles, Kate, William, Harry et toute la jeune génération des royals, encore encore là pour s'offusquer des libertés prises par les scénaristes.

L'impossible récit d'une histoire toute récente

«Sensible». Exactement ce qui nous vient, au long de ces six derniers épisodes, qui couvrent la période de 1997 à 2005. Comme si le créateur Peter Morgan ne voulait vexer personne, lui qui nous avait habitués à jouer avec les réalités historiques, quitte à provoquer les hurlements de quelques experts royaux. Cette fois, il avait juré qu'il prendrait des gants. Promesse respectée. Au point que cette sixième saison s'apparente un peu à la porcelaine de grand-maman. Une vaisselle fragile, délicate, qu'on manie avec précaution par crainte de casser quelque chose.

La bande-annonce de cette deuxième partie, ici.

Vidéo: watson

Pas de vagues, pas de casse. C'est à peine si les scénaristes osent accorder cinq minutes à l'épisode aussi célèbre que médiatico-dramatique du déguisement nazi de Harry. Un prince rebelle interprété avec brio par Luther Ford, 23 ans, plein de chien et de talent. Si bien qu'on regrette que le «numéro 2» porte si bien son nom. Ses apparitions, fugaces et malicieuses, sont trop rares.

Résultat: un final convenu, respectueux, avec ce qu'il faut d'émotion pour nous tirer une larmichette, mais désespérément dépourvu d'audace et de mordant. Une dernière saison qui ne blessera personne. Entre une plongée pudique et lente dans le deuil de William ou les tergiversations pensives d'Elizabeth sur les réformes à apporter à la Firme. L'entrée en scène timide et un brin trop romancée d'une Kate Middleton. L'émouvant déclin de la princesse Margaret. La mort vite brossée de Queen Mum. Pour finir sur le mariage sans âme de Charles et Camilla, en 2005.

Transition entre passé et présent

Si le roi actuel est quasiment inexistant de cette dernière partie, ce sont Elizabeth, au crépuscule de son règne, et William, à l'aube du sien, qui concentrent toute l'attention. Pendant que la Reine enterre sa petite soeur et penche sur les préparatifs de ses propres funérailles, son petit-fils pose les bases de sa future famille et goûte aux plaisirs interdits de la vie étudiante.

L'ancienne génération cède la place à la nouvelle. Un chapitre s'achève, un autre s'ouvre.

Les trois actrices ayant incarné avec immense talent Elizabeth II, réunies pour la scène finale.
Les trois actrices ayant incarné avec immense talent Elizabeth II, réunies pour la scène finale. image: netflix

L'occasion pour la Reine de méditer sur ses années de bons et loyaux services à la Couronne. Un dilemme interne que le réalisateur a choisi de nous illustrer sous forme d'un dialogue entre la reine septuagénaire et son «elle» jeune, incarnée par Claire Foy. «Admets-le, tu penses parfois que tu es différente du reste de cette famille. C’est naturel pour toi. Tous les autres n’arrivent à rien», lâche la jeune Lilibeth avec un flegme froid et très royal à son alter ego.

«Je n’ai jamais dit ça!», objecte la reine âgée.

«Non, mais tu l’as pensé. En privé. Et à raison. C’est terrible d’infliger ce système aux gens. Il n’est pas naturel, ce n’est pas juste, ce n’est pas gentil. Mais toi, tu sembles s’y épanouir»
La jeune Elizabeth à l'ancienne Elizabeth.

Le «système». Ce rôle de monarque où l'individu et le devoir se fondent pour ne faire qu'un. Elizabeth II en était la plus belle démonstration. La série de Peter Morgan l'illustre depuis sept ans. A défaut d'être spectaculaire, son final est un hommage très élégant. Une ultime révérence devant la Reine la plus mystérieuse et la plus investie de tous les temps.

The Crown – Saison 6, deuxième partie, est disponible sur Netflix depuis le 14 décembre.

Elisabeth II, le best-of en vidéo
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
6 faits surprenants sur la bière en Suisse
Quelle est la bière favorite des Suisses? Combien de litres boit-on par année? Nous avons réuni les faits les plus passionnants sur cette boisson afin que vous puissiez briller lors de votre prochain apéro. A la vôtre!

En Suisse, la bière est partout, que ce soit à travers les nombreuses variétés de boissons locales, les nombreuses brasseries ou tout simplement le plaisir de la boire. Pour cette raison, watson a réuni les faits et chiffres les plus importants à son sujet.

L’article