DE | FR
Paolo Tramezzani, ici lors du match contre Servette au Stade de Genève, effectue son troisième passage sur le banc du FC Sion.
Paolo Tramezzani, ici lors du match contre Servette au Stade de Genève, effectue son troisième passage sur le banc du FC Sion. image: keystone

Paolo Tramezzani, ce bourreau de travail qui transforme le FC Sion

Trois points en deux matchs, une grinta retrouvée: l'équipe de Tourbillon va mieux depuis que Paolo Tramezzani est sur le banc. Et ce n'est pas un hasard: le coach italien a un sens du professionnalisme aiguisé et de belles qualités humaines, comme en témoignent ceux qui ont travaillé avec lui.
26.10.2021, 20:2527.10.2021, 15:35
Suivez-moi

Le 12 mars 2017, le FC Lugano est fessé 5-2 à Thoune en Super League. Sur le banc tessinois, Paolo Tramezzani ne goûte pas du tout à la prestation de ses joueurs. A tel point qu'il les obligera le lendemain à aller visiter une entreprise de peinture luganaise à six heures du matin, pour voir les ouvriers travailler et se rendre compte de ce qu'est «la vraie vie». L'Italien n'hésitera pas non plus à mettre son capitaine, fâché après cette initiative, sur le banc lors du match suivant.

L'anecdote en dit beaucoup sur Paolo Tramezzani. L'Italien place le travail sur un piédestal et sait se faire respecter. «Certains entraîneurs ne veulent pas froisser les vedettes d'une équipe, mais avec lui, il n'y a pas de privilèges», applaudit Quentin Maceiras. «S'il le faut, il tape du poing sur la table avec tout le monde.» Le latéral portait le maillot du FC Sion lors des deux premiers passages du technicien transalpin à Tourbillon (en 2017 et 2020). Désormais joueur de Young Boys, c'est donc dans la peau d'un adversaire qu'il assiste au redressement de l'équipe valaisanne depuis deux matchs.

Quentin Maceiras, ancien joueur du FC Sion et formé au club, évolue désormais avec YB.
Quentin Maceiras, ancien joueur du FC Sion et formé au club, évolue désormais avec YB. Image: KEYSTONE

Car oui, elle va bien mieux depuis le retour de Tramezzani. D'abord au niveau comptable: elle est allée battre Servette dimanche (2-1). Mais c'est surtout son changement d'attitude qui frappe. Les Valaisans ont semblé beaucoup plus motivés et rigoureux que lors de leurs dernières sorties avec Marco Walker sur le banc. Pour rappel, le coach soleurois avait fini par être viré après une ultime claque 6-2 à Zurich le 3 octobre.

A coup sûr, Walker ne porte pas à lui tout seul la responsabilité du naufrage sédunois le mois dernier. Mais force est de constater que Tramezzani a su réveiller l'orgueil de ses protégés. D'abord grâce à sa personnalité.

«Il est proche de ses joueurs, sait communiquer et a une autorité naturelle. Son charisme se marque aussi dans sa présence physique: il est costaud et a la classe, à la Unai Emery par exemple»
Quentin Maceiras, défenseur de YB et ancien du FC Sion

Antoine Rey a aussi été marqué par le body language de l'Italien quand il jouait à Lugano. «C'est une bête physiquement, se souvient l'ancien milieu vaudois. Je n'ai jamais connu un entraîneur capable de transmettre de l'énergie aux joueurs pareillement, c'est comme s'il est sur le terrain. Il arrivait à me faire sentir impliqué à 200% même si j'étais remplaçant.»

Paolo Tramezzani félicitant ses joueurs après leur victoire à Genève.
Paolo Tramezzani félicitant ses joueurs après leur victoire à Genève. image: keystone

Même constat chez Christian Constantin, qui apprécie forcément les qualités humaines et les très bonnes aptitudes de communication de son nouvel entraîneur. «Paolo est très vivant derrière sa ligne de touche et arrive à rentrer dans la tête et le coeur des joueurs, image le président. Même si je n'aime pas beaucoup cette expression, il se les met dans la poche.»

Et pour y arriver, rien de tel que des moments de complicité et de rigolade avec eux. Il y en a eu pas mal lors du camp d'entraînement d'hiver du FC Lugano en Espagne, en 2017. «Chaque jour, quand on rentrait de l'entraînement, on se jetait tous les uns les autres dans la piscine remplie d'eau glaciale et ça partait en cacahuète, rigole Antoine Rey. On mouillait tout le hall d'entrée, les employés de l'hôtel devaient nous détester.»

Antoine Rey avec le maillot du FC Lugano.
Antoine Rey avec le maillot du FC Lugano. image: keystone

L'ancien attaquant du FC Sion Marco Schneuwly, désormais retraité, a lui aussi en mémoire des souvenirs marrants avec Tramezzani:

«Avant les entraînements, on faisait un petit jeu auquel il participait. On formait un cercle avec plusieurs joueurs, parfois toute l'équipe, et le but était de se passer le ballon en l'air avec seulement deux touches de balle chacun. Le joueur qui faisait tomber le ballon perdait. Après trois ratés, il était éliminé et toute l'équipe lui mettait une petite claque sur l'oreille. Tramezzani ne perdait jamais, il était très fort.»

L'Italien, formé à l'Inter Milan, a de beaux restes techniques. Tactiquement, il est aussi au point. «Il sait organiser une équipe, sent comment et quand faire des changements», se réjouit Christian Constantin. Le président sédunois ne tarit pas d'éloge sur les compétences et le professionnalisme de son employé, connu pour arriver au bureau à 7h00 et ne pas le quitter avant 20h00. «Un fou de travail, rembobine Antoine Rey. Il filmait tous les entraînements, puis les debriefait collectivement et individuellement». Quentin Maceiras renchérit:

«Tramezzani décortiquait nos données GPS après presque chaque entraînement. Il s'agit de voir le nombre de kilomètres parcourus et l'intensité mise. Les entraîneurs qui font ça systématiquement sont très rares»
Quentin Maceiras

Christian Constantin en est certain, Paolo Tramezzani a toutes les qualités d'un bon entraîneur. Mais il décèle quand même une faille chez le Transalpin. «Paolo est quelqu'un de sensible, qui prend les choses très à cœur, alors il a tendance à trop s'énerver pour des futilités en dehors du terrain, regrette-t-il. C'est ce qui nous avait empêché de trouver un compromis pour prolonger son contrat en été 2020, il ne comprenait pas ma prudence financière pendant la crise du Covid-19

Paolo Tramezzani sur le banc du FC Sion, lors d'un match contre Bâle en août 2017.
Paolo Tramezzani sur le banc du FC Sion, lors d'un match contre Bâle en août 2017. Image: KEYSTONE

L'Italien a admis dans Le Matin Dimanche du 17 octobre dernier qu'il avait commis une erreur à ce moment. D'ailleurs, à en croire le président du FC Sion, son coach fait des progrès dans la gestion de ses émotions. Il en veut pour preuve une scène à la Porte d'Octodure la semaine dernière:

«L’autre jour, je buvais un café avec l'ancien président de Fully et on discutait du match contre Bâle. Il me demandait pourquoi on avait reculé en deuxième mi-temps, une discussion de café du commerce. Au même moment, Paolo est arrivé. Je lui ai dit, pour rire: "Viens écouter l’expert!" Paolo est venu, l'a écouté et lui a même dit: "Sur ça, vous avez absolument raison." Il ne s’est pas lancé dans un débat à la con. Il s'est mis son interlocuteur dans la poche en le faisant se sentir expert du foot. Il a été malin. A l'époque, il se serait énervé qu'on lui donne la leçon comme ça.»
Christian Constantin, président du FC Sion.

Ce fort tempérament, c'est ce qui avait poussé une fois Paolo Tramezzani, lors de son premier passage à Sion, à lancer un ordinateur par terre de rage, en pleine analyse vidéo des erreurs du match de la veille. C'est aussi ce qui explique les courts passages du Mister dans chaque club où il a passé (record personnel: 31 matchs sur le banc de l'Apoel Nicosie). «Il veut mourir avec ses idées, alors dès qu'il n'est pas d'accord, il préfère partir», prévient Quentin Maceiras.

Mais ce fort tempérament, c'est surtout ce dont a justement besoin le FC Sion maintenant.

Les acteurs de nos séries préférées, ils ont changé?

1 / 10
Les acteurs de nos séries préférées, ils ont changé?
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp
Fanny Smith: «La piste des JO est très ennuyeuse, il faut la modifier»
La Vaudoise a débuté sa saison de skicross le week-end passé à Secret Garden. C'est là-bas qu'aura lieu l'épreuve des Jeux olympiques de Pékin. Entre couacs gastronomiques et parcours peu spectaculaire, les organisateurs devront procéder à des améliorations. Interview.

Drôle de photo publiée par Fanny Smith mercredi sur Instagram. On devine le grand sourire de la Vaudoise derrière son masque et sous son bonnet. A côté d'elle, trois personnes habillées de la tête au pied avec une combinaison qui n'a rien à envier à celle des cosmonautes.

L’article