DE | FR

Chelsea devra se passer de l'argent d'Abramovich, mais surtout de ses idées

A Chelsea, l'oligarque russe laisse un club parfaitement structuré, dont le modèle économique, largement bénéficiaire, est considéré comme un exemple. Peu de super-riches ont réussi aussi vite dans le football.
04.03.2022, 17:1105.03.2022, 09:52

Roman Abramovich avait promis que le vente n'aurait pas lieu dans la précipitation, mais tout va très vite dans le football dans le conflit russo-ukrainien: Chelsea pourrait changer d'actionnariat «dans les dix prochains de jours, un délai inhabituel pour ce genre de transaction», annonce le directeur général de la Premier League Richard Masters.

Deux acquéreurs semblent se profiler:

  • Hansjörg Wyss, milliardaire suisse établi aux Etats-Unis, mécène généreux du parti démocrate et de la cause écologique. L'ancien patron de Synthes annonce la création d'un consortium avec deux autres milliardaires américains.
  • Jim Ratcliffe, plus grosse fortune d'Angleterre, patron du groupe Ineos et actif dans de nombreux sports, notamment le football où il est déjà propriétaire de deux clubs (OGC Nice et Lausanne-Sport).

Soupçonné d'entretenir des relations privilégiées avec le Kremlin, Roman Abramovich vend Chelsea sous la contrainte, ou presque, avant son éventuel séquestre par les autorités anglaises. Il en aurait fixé le prix à 3,6 milliards d'euros (après l'avoir acheté 190 millions d'euros en 2003) mais selon Bloomberg, les premières offres n'excéderaient pas 2,5 milliards.

Abramovich a promis de renoncer au remboursement des prêts accordés au club (1,8 milliard d'euros) et de «reverser le produit net de la vente à une fondation caritative au profit de toutes les victimes de la guerre en Ukraine».

Un choc en Angleterre

S'il est devenu un paria dans la bonne société anglaise, Roman Abramovich reste une figure culte de la Premier League, où son départ laisse apparaître un trouble, à tout le moins une certaine ambivalence affective. «Son nom est autant cité sur les chaines d'informations que celui de Poutine», témoigne un correspondant de BFMTV.

Le Daily Telegraph rappelle sa plus noble contribution à l'émancipation du football anglais: «Il a délogé le duopole obsolète que Manchester United et Arsenal avaient créé». Au sortir d'un match de Cup (gagné péniblement 3-2) à Luton, l'entraîneur Thomas Tuchel est apparu très affecté. Il n'a pas nié que la perte d'Abramovich ne serait pas qu'une question d'argent:

«Je ne peux penser qu'à Chelsea avec Roman Abramovich. Donc c'est très dur pour moi. C'est dur d'imaginer que cela va s'arrêter. C'est un énorme changement»
Thomas Tuchel

Du pétrole, puis des idées

L'oligarque a bouleversé les normes du football anglais, voire international, par des investissements massifs et rapides. Comme Manchester City ou le PSG, Chelsea a d'abord connu une croissance artificielle, à grandes injections de pétrodollars. Sauf qu'à la différence des super-riches qataris et émiratis, il n'a pas tardé à remporter la Ligue des champions. Il a instauré un nouvel ordre anglais et menacé la suprématie d'une vieille aristocratie européenne (Real, Barcelone, Bayern, Juventus, ManU, etc).

Le palmarès de Chelsea sous l'ère Abramovich:

  • 🇪🇺 2 Ligues des champions
  • 🇪🇺 2 Ligues Europa
  • 🇪🇺 1 Supercoupe d’Europe
  • 🌍 1 Coupe du monde des clubs
  • 🇬🇧 5 Premier League
  • 🇬🇧 5 Coupes d’Angleterre
  • 🇬🇧 3 Coupes de la ligue
  • 🇬🇧 2 Community Shield

Au départ, le fonctionnement était clair: Roman Abramovich couvrait les déficits liés aux transferts, tandis que le club subvenait seul à ses dépenses structurelles, salaires compris.

Un patrimoine de joueurs inestimable

Peu à peu, Chelsea a intégré le commerce de joueurs dans son modèle d'affaires, en valorisant le potentiel autant que la carrière et en créant une cellule de recrutement tentaculaire. Aujourd'hui, le club est capable de dégager des plus-values conséquentes. Il possède plus de 80 joueurs sous contrat, dont une moitié sont «loués».

Conor Gallagher est prêté à Crystal Palace où il réalise une saison brillante.
Conor Gallagher est prêté à Crystal Palace où il réalise une saison brillante.

Après un lancement timide, l'académie forme et fournit de nombreux talents: Mason Mount et Reece James à Chelsea, mais aussi Tammy Abraham (vendu à Rome), Tino Livramento (Southampton) ou Tariq Lamptey (Brighton).

Les transferts obéissent à la même logique de rendement: ils privilégient des joueurs confirmés, mais jeunes, (Mendy, Havertz, Pulisic) à des profils de type top gun (Lukaku) et deviennent rarement des échecs (Werner).

Des exercices bénéficiaires

Les excédents réalisés sur la vente de joueurs ont permis à Chelsea de répondre aux exigences du fair-play financier, tout en tissant un vaste réseau d'accointances en Europe. Aujourd'hui, le développement du club est cité en exemple, non pour s'être affranchi des moyens illimités d'Abramovich, mais pour lui avoir préféré les potentialités infinies du football moderne.

Chelsea a revendiqué un bénéfice de 36 millions d'euros pour la saison 2019/20, malgré trois mois d'inactivité dus au Covid. Le chiffre d'affaires, bon an mal an, avoisine le demi-milliard d'euros.

Le récent succès en Ligue des champions a dopé les revenus du club.
Le récent succès en Ligue des champions a dopé les revenus du club.Image: EPA GETTY POOL

A l'exception de 2021, les cinq derniers exercices sont bénéficiaires. Les revenus commerciaux maintiennent une croissance à deux chiffres et les recettes de billetterie sont en constante augmentation, malgré les infrastructures obsolètes de Stamford Bridge.

«Notre marge bénéficiaire n’a cessé de s’améliorer. Cette amélioration des ratios a persisté malgré des succès divers sur la scène européenne et en Premier League. Cela prouve que nous avons bâti un modèle solide, capable de soutenir notre quête de succès sur les terrains»
Steve Bruce, président de Chelsea, lors de la présentation des comptes 2017/18.

Un cerveau et une poigne

Derrière ce succès, il y a une femme, Marina Granovskaïa. Une femme de l'ombre qui fuit les projecteurs, qui ne connaissait rien au football et que les médias anglais présentent comme «la Dame de fer» de Chelsea.

Marina Granovskaïa a intégré le board en 2013, alors qu'elle était l'assistante personnelle d'Abramovich. Elle fut d'abord une employée de Sibneft, le groupe pétrolier vendu à Gazprom pour 13,7 milliards de dollars.

Avec Romelu Lukaku, en juillet 2021.
Avec Romelu Lukaku, en juillet 2021.

Abramovich lui accorderait une confiance totale. Marina Granovskaïa partage sa culture du secret: elle n'a jamais donné la moindre interview «ni accepté la moindre invitation à dîner», rapporte un agent dans FourFourTwo. Elle assiste rarement aux matchs et connaît à peine le chemin du centre d'entraînement.

Dans un portrait fouillé, L'Equipe Magazine raconte une femme «toujours tirée à quatre épingles», «peu soucieuse de son ego», «pas très grande, très sûre d'elle», parfaitement équipée pour marcher sous les radars, un anglais impeccable «sans le moindre accent russe», une femme que les agents ont d'abord «accueillis comme une potiche» avant de la découvrir particulièrement fraîche, «très fraîche en affaires».

«Tu mets un stylo à 10 euros sur la table, elle ne va pas l'acheter 20 euros. Et s'il faut que tu la fermes, elle va te le faire comprendre. Subtilement, mais tu le comprends»
Un témoin dans L'Equipe Magazine

C'est toute l'accumulation de ce savoir, de ce vécu rare, que Chelsea craint de perdre avec Abramovich, arrivé dans le foot en mécène sulfureux et reparti en Russe douteux, après 19 ans de succès au milieu.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Avec Sandro Aeschlimann, la Suisse tient son prochain Martin Gerber
Le gardien a disputé le premier match de sa carrière dans un Mondial, mardi contre le Kazakhstan. La Suisse s'est imposée de justesse (3-2). Tout devrait être plus compliqué ce mercredi contre la Slovaquie (19h20).

La nostalgie à l'état pur. Voilà qu'après la victoire de l'équipe nationale face au Kazakhstan mardi (3-2), un gardien en sueur portant le numéro 26 (comme Martin Gerber autrefois) et parlant l'allemand de l'Emmental (comme Martin Gerber autrefois) vient raconter son aventure. Gerber a disputé 46 matches de Coupe du monde pour la Suisse, y compris la finale de 2013. Il a remporté la Coupe Stanley en NHL et est devenu millionnaire en dollars.

L’article