DE | FR
L'internationale du FC Bâle n'a pas eu d'autres choix que d'arrêter le football.
L'internationale du FC Bâle n'a pas eu d'autres choix que d'arrêter le football. image: keystone
Témoignage watson

Un horrible tacle a brisé la carrière de cette Neuchâteloise

Camille Surdez ne s'est jamais remise de sa grave blessure aux ligaments. À 24 ans et après quatre opérations, l'internationale du FC Bâle doit se tenir à une rampe quand elle emprunte les escaliers. Sa carrière est terminée.
20.04.2022, 18:1421.04.2022, 15:21
Suivez-moi

C'était en 2015, dans ce que Camille Surdez (17 ans à l'époque) décrit comme un «match de championnat anodin» entre les moins de 17 ans d'Yverdon-Sport et celles du FC Bâle. On joue la 30e minute, le score est de 0-0 et la partie se déroule dans un très bon état d'esprit. L'attaquante des Vaudoises s'échappe alors vers le but adverse. Camille va vite, elle est habile techniquement. Son adversaire ne sait pas comment l'arrêter autrement qu'en faisant une faute. Une faute terrible. «Brutale», dira pudiquement Camille. Elle veut se relever, mais ses jambes ne la supportent plus. La droite, surtout. «J'ai senti que tout était cassé.» Verdict: déchirure des ligaments du genou.

Sept ans et quatre opérations au genou droit plus tard, Camille Surdez, amère ironie de l'histoire, porte les couleurs du FC Bâle. Mais plus pour longtemps. A 24 ans, son rêve de devenir une grande joueuse de football s'éteint. Son genou, qui n'a jamais totalement guéri, la fait beaucoup trop souffrir.

Son adversaire ne s'est même pas excusée

L'internationale suisse (trois sélections) mettra un terme à sa carrière encore naissante en fin de saison, pour s'orienter vers des études dans le social, ou une formation dans le sport.

Camille avec la Suisse U19
Camille avec la Suisse U19Image: KEYSTONE

En veut-elle à cette joueuse qui ne lui a pas envoyé le moindre mot d'excuse et contre laquelle elle n'a jamais porté plainte? Cette adversaire qui, en quelques secondes, a fait basculer son destin, brisant ses rêves et tous les efforts fournis durant tant d'années, tous ces entraînements à entendre les remarques sexistes de ses coéquipiers quand, à 8 ans, elle était la seule fille de son équipe neuchâteloise?

«On a fait beaucoup de sacrifices, mes parents et moi, pour que je puisse jouer au plus haut niveau. C’est triste de devoir arrêter si tôt parce que le corps lâche. Je ne peux pas vraiment en vouloir à celle qui m'a blessée, car ce n’était pas intentionnel, et les reproches ne changeraient rien. Mais je ne peux m’empêcher de me demander où j’en serais si je n’avais pas eu cette blessure. Elle va me suivre et empirer d’année en année. C’est fou, comme une seule action peut changer ta vie.»

Camille a appris qu'elle ne pourrait plus continuer sa carrière le 15 février dernier, lors d'une visite chez le médecin du club. Une IRM a révélé un cartilage en piteux état. La Neuchâteloise a beaucoup pleuré. Elle s'était réfugiée chez ses parents, pour y trouver du réconfort et un peu de recul. «Des rires se sont mêlés à mes larmes. Je leur ai dit: "C’est terrible, je n’ai pas encore gagné le moindre titre dans ma carrière à part une coupe en juniors D!" J'espère y arriver avec Bâle avant que tout ne s'arrête pour moi.»

Avant de penser à gagner des trophées, Camille espérait jouer sans douleur. Mais, à l'hôpital, après une première intervention réussie par le professeur Roland Biedert (le même qui a opéré Federer et Wawrinka), la douleur était déjà insoutenable. «Des copines à moi s'étaient aussi fait opérer des croisés au même âge. Elles m’avaient prévenue: «Fais attention de ne pas prendre de poids pendant ta convalescence.» Moi, j’avais tellement mal que je ne mangeais plus rien. J’ai complètement séché, c’était presque maladif.»

Elle espère pouvoir jouer avec ses enfants un jour

Par la suite, elle n'a plus eu le bonheur de vivre une seule saison en pleine possession de ses moyens. «Plus le temps passait et moins je pouvais faire de choses, tant la douleur était vive. Après certains entraînements, je ne pouvais plus marcher. Et lors d'exercices au fitness, la douleur était tellement vive qu’elle me montait au cerveau, manquant de me faire tomber.»

À l'entraînement (au premier plan à droite).
À l'entraînement (au premier plan à droite).

Quand elle se retourne sur sa carrière, Camille se dit qu'elle a tout de même eu de la chance. Elle a beaucoup voyagé, elle a disputé de grands matchs. Elle a même appris l'allemand lors de son passage au centre de formation national à Huttwil.

«Peu de gens de mon âge ont eu la chance de vivre tout ça. Mais bon, on verra ce que je dirai à 60 ans»

Sa crainte, à 60 ans, un peu avant ou un peu après, c'est de subir les séquelles de toutes ses opérations au genou. «Je n’y pensais pas vraiment avant mon passage à Bordeaux. Le médecin français m’avait dit: «Tu dois aussi penser à ton futur». Ça voulait dire: «Ton genou est dans un sale état, il faut réfléchir à la suite.» Ce n’est que l’an dernier, quand j’ai suivi ma rééducation de la dernière chance, que je me suis dit que j’aimerais quand même pouvoir jouer avec mes enfants plus tard dans le jardin, faire des choses bêtes comme aller marcher en montagne.»

Image: Instagram

Elle s'apprête à subir une cinquième opération qui, dit-elle, devrait allonger la durée de vie de son genou. Lui permettre aussi de vivre un peu plus normalement. «Quand je rentre après chaque match (réd: elle joue encore mais moins qu'avant), je me dis souvent: «Ça ne peut pas durer encore longtemps.» Rien que d’inviter du monde chez moi c’est difficile, car je ne peux pas rester debout tout le temps. Je boite, le genou gonfle et me fait mal. Pour monter les escaliers ou les descendre, je dois me tenir à une barre.»

Son top 5

⚽ Son plus beau but: «Les deux plus beaux, émotionnellement, restent ceux marqués contre l’Allemagne à l'Euro M19, juste après mon retour de blessure.»
📅 Son plus beau match: «Face à la Serbie en M17 lors des qualifs pour l’Euro. J’ai inscrit quatre buts et on s’est qualifiées.»
🏟️ Son plus beau stade: «Celui de Nagano lors d’un match avec l’équipe nationale A. Il était beau et bien rempli. Une expérience incroyable.»
🛫 Son plus beau déplacement: «Le Japon, c’est à voir une fois dans sa vie. En plus, je fêtais ma première sélection en A.»
☁️Son plus beau souvenir: «J’en ai plein. Partout où j'ai joué, j'ai vécu de beaux moments. Mon plus beau souvenir, c'est ma carrière en entier.»

Sans ce méchant tacle, elle aurait eu encore dix ans de carrière, peut-être davantage. Si elle avait une baguette magique, là, tout de suite, et qu'elle pouvait réaliser encore une chose en tant que joueuse, la dernière, quel choix ferait-elle? Elle s'amuse de la question. «Je peux dire 2-3 trucs?» On le lui l'accorde. «Jouer une Coupe du monde avec l’équipe A, disputer la Ligue des champions et, bien sûr, gagner un championnat.» Il lui reste six semaines pour réaliser l'un de ses trois rêves. Le championnat de Suisse se termine le 6 juin.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La dernière Coupe de Lugano? Parmelin entrait en politique à Bursins
Le FC Lugano l'a emporté 4-1 contre Saint-Gall en finale de la Coupe de Suisse cette après-midi à Berne et s'adjuge le trophée pour la quatrième fois. La première depuis 1993. Cette année-là, Guy Parmelin faisait ses débuts en politique à Bursins (VD) et le film culte Les Visiteurs sortait. Attention les coups de vieux!

Le FC Lugano tient un nouveau trophée. Un premier depuis 1993, acquis cette après-midi à Berne lors d'un match que les Tessinois ont maîtrisé du début à la fin. Un succès qui porte la marque des valeurs du FC Lugano: son expérience, sa solidité et son efficacité. Et la signature d'un homme, le coach tessinois Mattia Croci-Torti.

L’article