DE | FR
Il y a très exactement 18 ans que les médecins ont diagnostiqué cette blessure chez Nadal.
Il y a très exactement 18 ans que les médecins ont diagnostiqué cette blessure chez Nadal.

Rafael Nadal souffre d'une maladie rare, d'origine inconnue

L'Espagnol endure de violentes douleurs au pied gauche depuis 18 ans. Après avoir envisagé le surentraînement et l'usure, des experts lui ont trouvé une maladie dégénérative grave.
13.05.2022, 11:3613.05.2022, 14:15

Rafael Nadal n'a pas mis longtemps à comprendre ce qui lui arrivait. Il a d'abord dissimulé son visage derrière une main couverte de sparadraps, en mode survivor, puis la vérité est apparue au grand jour (même si c'était la nuit, certes), dans tout son être: le regard était terriblement las, la démarche lourde, le rictus triste; très triste.

Tout allait bien (6-1) lorsque la douleur est devenue insoutenable, selon ses mots, et l'a conduit à une énième défaite, une nouvelle capitulation inavouable, cette fois à Rome contre Denis Shapovalov (7–5 6–2 dans les deux derniers sets).

«Je ne suis pas blessé. Je vis avec une blessure chronique au pied gauche depuis 15 ans. C’est mon quotidien. J'essaie de faire avec mais parfois, oui, j'ai du mal à l’accepter»
Rafael Nadal après le match

Les origines de la maladie

En réalité, il y a très exactement 18 ans que les médecins ont diagnostiqué cette blessure chez Nadal, une maladie dégénérative grave appelée syndrome de Mueller-Weiss. Cette maladie a la double particularité d'être rare et sans cause connue. Elle affecte davantage les adultes de 40 à 60 ans, et plus généralement les femmes.

La douleur est d'origine mécanique. Elle se manifeste pendant l’appui, augmente avec l’activité, à partir d'une simple palpation douce, puis cède au repos. L'origine est une déformation chronique de l’os naviculaire dans la partie médiane ou sur l'arrière du pied, sans inflammation, selon les revues médicales que nous avons consultées.

Il ne fait plus de jogging depuis très longtemps

Combien de fois dans sa carrière Nadal s'est-il levé du pied gauche en ayant mal, avant de traîner sa mauvaise humeur sur des surfaces trop dures, trop rapides, trop glissantes? En 2006 déjà, son oncle et coach Toni n'excluait pas de mettre un terme prématuré à sa carrière.

Pour éviter les torsions extrêmes et les appuis trop puissants, signes distinctifs de ses ardeurs adolescentes, Nadal a modifié son ancrage au sol et jusqu'à sa philosophie de jeu, tournée vers des techniques plus économes (première balle de service, volée, position avancée en fond de court). Il a également revu son travail d'endurance, où il a remplacé la course à pied par du vélo, de la natation et du rameur.

«Il y a beaucoup de jours où je ne peux pas m'entraîner normalement. ll viendra un moment où ma tête dira stop, parce que la douleur m'enlève tout plaisir. Pas que dans le tennis mais dans la vie»

On a beaucoup spéculé sur son surentraînement, son usure, ses blessures mal ou vite soignées, ses tendinites chroniques aux genoux et quelques inflammations suspectes au niveau du pied gauche qui, si elles étaient avérées, contrediraient le diagnostic du syndrome de Mueller-Weiss.

Mais Nadal lui-même semble voir le mal partout. Il a reconnu en janvier qu'il vivait dans une certaine ignorance, jusqu'à envisager prochainement d'autres diagnostics, d'autres traitements.

«C'est une douleur qui va et vient. Vous ne savez pas si vous devez vous reposer ou au contraire vous entraîner»
Rafael Nadal jeudi soir

Autant que le mal, Nadal a dû apprendre à vivre avec cette fragilité latente, sinon avec le profond sentiment d'injustice qu'elle induit et que son oncle, parfois, présente comme «une motivation supplémentaire». La gestion de cette fragilité est peut-être le plus bel exploit, à tout le moins le plus grand défi de Nadal qui, fondamentalement, manifeste davantage de tolérance à la douleur qu'à l'incertitude.

Le regard captivant d'une experte sur la carrière de Nadal

Toute la question est maintenant de savoir si l'Espagnol pourra disputer Roland-Garros, ou s'y défendre correctement, considérant le retard accumulé dans sa préparation et le mal-être que cette douleur réveille à nouveau, au pire moment, à quelques jours d'un tournoi qu'il a déjà remporté 13 fois. 13, oui... Car il ne faudrait pas oublier non plus que Rafael Nadal est très superstitieux.

«Aujourd'hui, je ne pouvais pas jouer. Mais peut-être que dans deux jours, ça ira mieux. Je ne sais vraiment pas. Je dois accepter la situation et me battre»

Roger Federer l'avoue, il «chante du Britney en voiture»

Plus d'articles sur le sport

On le trouve génial, vrai et bizarre. Les raisons d'une «Lulumania»

Link zum Artikel

Des rapaces travaillent pour le PSG et Wimbledon, et ils cartonnent

Link zum Artikel

Pourquoi des sportives à moitié nues et pas des hommes?

Link zum Artikel

«L'ex-président a pleuré tellement il était ému quand il a vu le car»

Link zum Artikel

«Ça fait bizarre de payer mon coach physique, qui est mon petit ami»

Link zum Artikel

Le président de la Licra suisse: «La Une de ce journal est raciste»

Link zum Artikel

Il était le grand espoir du foot suisse: que devient Davide Chiumiento?

Link zum Artikel

Stan Wawrinka, roi de France et petit sujet en Suisse

Link zum Artikel

La marque On prépare une nouvelle chaussure pour les records sur route

Link zum Artikel

«Xherdan Shaqiri a commis une erreur et aurait dû s'excuser»

Link zum Artikel

Christian Constantin en a-t-il marre du FC Sion?

Link zum Artikel

Lucien Favre accueilli sous les ovations à Nice

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«J'ai le Covid mais Wimbledon préfère garder le silence sur mon infection»
Trois infections au Covid-19 ont déjà marqué le tournoi masculin de tennis. Notre journaliste sur place a lui aussi été contaminé. Mais personne ne semble s'en soucier. Il raconte.

Le Covid-19 m'a eu. Et assez violemment: frissons, douleurs dans les membres et la tête, vertiges, 40 degrés de fièvre. Pendant trois jours, mon corps était en crise. J'ai pourtant 35 ans, je suis sportif, j'ai été vacciné trois fois. Je n'ose pas imaginer les dégâts que le virus aurait pu causer si j'avais eu un système immunitaire moins résistant. Me voici désormais coincé dans une petite chambre à Londres, à espérer que mon état s'améliore.

L’article