Suisse
Beat Jans

Asile: Le Conseil fédéral face à un cocktail explosif

Vaud cantonal police officers watch the Travys train where a hostage-taking incident took place at Essert-sous-Champvent station, Switzerland, Thursday, 8, February, 2024. A hostage-taking incident to ...
Le jeudi 8 février, un demandeur d'asile a détenu douze passagers et le conducteur d'un train régional entre Baulmes et Yverdon.Keystone

Le Conseil fédéral fait face au cocktail explosif de l'asile

Un demandeur d'asile iranien a pris 13 personnes en otage dans un train près d'Yverdon, jeudi 8 février. Ce n'est que l'un des problèmes auquel fait face le système d'asile en Suisse. Les regards se tournent désormais vers le conseiller fédéral en charge du dossier, Beat Jans, pour qu'il propose des solutions.
20.02.2024, 16:5620.02.2024, 18:07
Kari Kälin / ch media
Plus de «Suisse»

L'horreur a duré environ quatre heures. Jeudi 8 février, un demandeur d'asile a détenu douze passagers et le conducteur d'un train régional entre Baulmes et Yverdon. L'Iranien de 32 ans était armé d'une hache, d'un marteau et d'un couteau. A 22h15, la police est intervenue, en tuant le ravisseur. Le bureau du procureur enquête sur les circonstances de la fusillade et les motivations de l'homme.

Selon des informations partagées par plusieurs médias, l'homme souffrait de graves problèmes psychologiques. Il a déposé une première demande d'asile en Grèce, a ensuite traversé une demi-douzaine de pays européens et a demandé une protection en Suisse en août 2022. Trois mois plus tard, il est affecté au canton de Genève.

En avril 2023, une audition a eu lieu au Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM). Non seulement l'homme a proféré des menaces de représailles du régime iranien, mais il s'est aussi senti persécuté en Suisse. En juin, il s'est infiltré, probablement au Royaume-Uni, avant de retourner au centre d'asile fédéral de Boudry (NE) en janvier de cette année.

Le drame du train régional n'est que le dernier chapitre d'une liste de faits-divers impliquant des demandeurs d'asile.

  • En décembre dernier, un demandeur d’asile algérien a crié «Allah akbar» sur l’aire de récréation de l’école primaire de Cortaillod (NE). L'alarme anti-amok est déclenchée, plus de 300 enfants et enseignants se mettent à l'abri. La police arrête l'Algérien. Il s'avère qu'il souffre de problèmes mentaux et qu'il a déjà déposé une demande d'asile en Allemagne. Entre-temps, il a été renvoyé en Allemagne dans le cadre de la procédure de Dublin.
  • Lundi dernier, un demandeur d’asile pakistanais de 19 ans a attaqué avec un couteau deux soignantes dans un foyer socio-éducatif du canton de Zurich. Les deux femmes sont transportées à l'hôpital, grièvement blessées. Selon 20 Minutes, la polémique a été déclenchée par une dispute sur la consommation excessive de smartphones par le Pakistan.
  • L'automne dernier, la police cantonale tessinoise a arrêté deux demandeurs d'asile algériens. Ils étaient accusés d'avoir abusé sexuellement d'une mineure dans un train tôt le matin. Les deux sont en détention provisoire, l'enquête est sur le point de se terminer, selon la police.

Un ministre dans le viseur

A cela s'ajoutent les plaintes pour beaucoup de petites infractions dans les centres d'asile fédéraux (CFA). La conseillère fédérale Elisabeth Baume-Schneider s'était rendue l'année dernière à Boudry et Chiasso pour apaiser les tensions.

Switzerland's minister of Justice and Police Federal Councillor Beat Jans waits for Kosovo Prime Minister Albin Kurti, not pictured, prior to a bilateral meeting on the sideline of the 54th annua ...
Beat Jans.Keystone

Après la prise d'otages à Yverdon, l'attention se porte désormais sur Beat Jans, le successeur de Baume-Schneider au département fédéral de justice et police. Le ministre a annoncé sur X que le Secrétariat d'Etat à l'Immigration étudierait avec les cantons concernés les circonstances de l'affaire et les conséquences possibles.

Beat Jans devra s'exprimer publiquement dès l'heure des questions de la session de printemps du Parlement. Le conseiller national vaudois Yvan Pahud (UDC) a annoncé une interpellation au sujet de la prise d'otages. Il demande par exemple quelles mesures le Conseil fédéral entend prendre pour éviter que de tels événements ne se produisent à l'avenir. Le Vaudois exige également une stratégie de tolérance zéro envers les demandeurs d'asile, qui représentent à ses yeux un danger pour la population et les personnes qui s'en occupent.

Yvan Pahud - conseiller national VD, participe au debat "Quel priorite pour le nouveau parlement", lors de la 19eme edition du "Forum des 100" sur la thematique "La Suisse de  ...
Yvan Pahud.Keystone

Plus de ressources

Pendant ce temps, Alain Ribaux (PLR), conseiller d'Etat neuchâtelois et vice-président de la Conférence des directrices et directeurs des départements cantonaux de justice et police (CCDJP), a présenté à la RTS un catalogue complet de revendications: plus d'argent pour la sécurité, plus d'occupation dans les centres fédéraux d'asile, plus de moyens pour la détection des problèmes psychologiques chez les demandeurs d'asile.

On sait que de nombreux demandeurs ont vécu des expériences traumatisantes dans leur pays d'origine et/ou au cours de leur voyage vers l'Europe. Beaucoup ont des pensées suicidaires.

Le Secrétariat d'Etat à la Migration (SEM) a déclaré qu'il inclura dans ses analyses tous les incidents en matière d'asile. La manière dont il réagira concrètement à la prise d'otages reste à déterminer. Le porte-parole Reto Kormann mentionne plusieurs mesures de prévention existantes. Ainsi, dans les centres d'asile fédéraux, 130 personnes chargées de la prévention des conflits et 15 aumôniers travaillent. Les communautés locales soutiennent le SEM par des patrouilles extérieures. Les demandeurs d'asile retraités sont transférés au centre spécial des Verrières (NE).

Quelle est l'importance des soins psychiatriques?

Le SEM accorde la priorité à la santé mentale, affirme Reto Kormann. Si le personnel – il est formé pour cela – dans les centres d'asile fédéraux détecte des anomalies psychologiques, des investigations seront rapidement engagées.

«Le SEM veille à ce que les demandeurs d'asile aient accès à l'assistance médicale nécessaire»
Reto Kormann, porte-parole du SEM

Les délais d'attente pour les soins psychiatriques constituent un problème fondamental pour l'ensemble de la population - la pénurie de personnel qualifié ne s'arrête pas non plus dans le domaine de l'immigration. Dans ce contexte, le SEM est en train de créer une offre d'interventions à bas seuil pour les problèmes de santé mentale.

Régler le problème des centres trop-plein

Le SEM n'est pas favorable à l'idée de réduire le taux d'occupation dans les centres d'asile. Selon lui, non seulement cela nécessiterait davantage de personnel et augmenterait la charge logistique, mais cela allongerait également les procédures d'asile, car les demandeurs d'asile doivent être transférés dans des CFA ayant une fonction procédurale pour les étapes de la procédure.

Le SEM souligne que la grande majorité des demandeurs d'asile se sont comportés correctement. Il n'est pas surprenant qu'il y ait toujours des affrontements dans les centres d'asile fédéraux. La liberté de mouvement et l'intimité sont restreintes, on est condamné à attendre et à ne rien faire, le droit de séjour est en suspens, la toxicomanie s'y ajoute parfois. L'année dernière, un millier de plaintes ont été déposées pour un incident de sécurité, dont environ un tiers était lié à une agression. Pour 10 000 nuitées, ça fait 8 opérations de police. Ce chiffre est supérieur à celui de l'année précédente (5,2), mais inférieur à celui de 2021 (10,3) et de 2020 (9,8).

(Traduit de l'allemand par Tim Boekholt)

Les agriculteurs allemands manifestent à Berlin
1 / 7
Les agriculteurs allemands manifestent à Berlin
Des milliers de tracteurs devant la Porte de Brandenbourg.
source: sda / clemens bilan
partager sur Facebookpartager sur X
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
Elle prépare la sécurité du sommet sur l'Ukraine dans le plus grand secret
Les autorités la préparent depuis des mois. Comme pour le WEF, la Conférence sur la paix en Ukraine mobilisera des policiers de toute la Suisse.

C'est dans le canton de Nidwald, 44 000 habitants et des poussières, que se tiendra la Conférence sur la paix en Ukraine. Un événement international pour lequel les autorités se préparent depuis des mois. Comme pour le WEF, la Conférence sur la paix en Ukraine mobilisera des policiers de toute la Suisse. Le point avec la cheffe de la sécurité du canton de Nidwald, Karin Kayser-Frutschi.

L’article