DE | FR
La Confédération devrait s'occuper elle-même de la récolte des données, lors d'épidémies.
La Confédération devrait s'occuper elle-même de la récolte des données, lors d'épidémies.Image: Shutterstock

Cantons trop lents: la Confédération doit récolter les données Covid

La récolte des données, lors d'épidémies, doit se faire au niveau national. La motion de Marcel Dobler (PLR/SG) a été acceptée par le National. Explications.
19.03.2021, 10:5519.03.2021, 15:28

Le fédéralisme a montré ses limites dans la gestion de la crise, notamment au niveau de la récolte des données. Celle-ci doit être pilotée par la Confédération, en cas d'épidémie, et non par les cantons. C'est la motion de Marcel Dobler (PLR/SG), adoptée tacitement vendredi par le Conseil national, qui demande de revoir la loi en ce sens. Les milieux économiques devront être associés. Voici les raisons de cette proposition:

  • Pour Marcel Dobler, qui est aussi le fondateur de l'entreprise d'e-commerce Digitec, la Suisse a peiné à affronter la pandémie de Covid-19, en raison de son retard numérique.
  • Les cantons ont commencé beaucoup trop tard à tracer les contacts et n'ont pas suffisamment exploité les possibilités offertes par les applications de traçage.
  • Le développement de solutions pour la collecte et le traitement des données a été disparate: seuls huit cantons sont en mesure de livrer des données à l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Quatre autres le font de temps en temps, et quinze ne le font jamais, selon le Bernois.

Concrètement, le système unique de récolte de données au niveau national doit permettre à la Confédération:

  • D'édicter rapidement des prescriptions valables pour tout le pays.
  • De recourir rapidement et sans formalité à l'aide de l'économie privée.

Le Conseil fédéral s'est montré d'accord avec la proposition. La loi sur les épidémies et le traçage feront l'objet d'une analyse, dans le cadre de l'évaluation de la gestion globale de la crise. Le Conseil des Etats doit se prononcer. (ats)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les réfugiés ukrainiens ne pourront plus voyager gratuitement en Suisse
La mesure entrera en vigueur dès le 1er juin. Une décision qui ne fait pas l'unanimité chez les parlementaires, qui souhaiteraient prolonger l'aide encore un certain temps.

Depuis le 21 mars, les réfugiés en provenance d’Ukraine voyagent gratuitement en 2e classe en Suisse, sur présentation de leur demande de protection provisoire ou du livret qui atteste du statut S. Une mesure qui devait dans un premier temps être valable jusqu’au 31 mai, comme l’avait annoncé la faîtière des transports publics.

L’article