DE | FR

La conseillère d'Etat Fontanet positive une 2e fois, un fait rare

Les experts ont déjà souligné que des infections multiples sont rares, mais possibles. Ce risque augmente avec l'apparition des nouveaux variants, plus contagieux.
14.03.2021, 14:1514.03.2021, 14:25
Image: sda

La conseillère d'Etat genevoise Nathalie Fontanet a été testée positive au Covid-19 une deuxième fois, un an après la première, a-t-elle annoncé. Fiévreuse et en isolement, la ministre des Finances continuera à assumer son mandat depuis chez elle.

Les experts ont déjà souligné que des infections multiples sont possibles. Ce risque augmente avec l'apparition des nouveaux variants, plus contagieux.

Cas de réinfection rares

Une étude menée au Qatar auprès de 133 266 personnes a montré que seules 54 d'entre elles avaient été testées positives une seconde fois tout en présentant des symptômes. Une étude britannique, basée sur 20 000 employés d'hôpitaux, a révélé qu'une première infection réduit de 95% le risque de contracter à nouveau la maladie avec des symptômes.

Professeur à l'Institut des maladies infectieuses de l'Université de Berne, Ronald Dijkman avait déclaré l'année qu'une nouvelle infection était susceptible d'être moins virulente. (ats)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Suisse estime qu'elle a fait (presque) tout juste avec les réfugiés
L'accueil des réfugiés ukrainiens en Suisse, quoiqu'imparfait, a été efficace. C'est, en substance, ce qu'affirme le Département de justice et police (DFJP) dans un premier bilan de la gestion de cette crise historique.

La guerre en Ukraine a provoqué l'exil de plus de six millions de personnes. C'est le plus grand mouvement de fuite en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale, souligne vendredi le Département de justice et police (DFJP). De plus, il est extrêmement rapide. Près de 50 000 réfugiés sont arrivés en Suisse en moins de trois mois. C'est davantage que durant toute la crise du Kosovo en 1999.

L’article