DE | FR
bébé covid maternité enfants couple

En Suisse en fin 2020, on observait environ 10% de recul des grossesses au CHUV. Image: Shutterstock

On n'a pas envie de faire des bébés pendant la pandémie

Il n'y a jamais eu aussi peu de nouveaux-nés en France depuis 1945, et c'est très certainement de la faute de la pandémie. Des chiffres et des explications.



Non, on ne fait pas davantage de bébés parce qu'on est enfermés chez nous. C'est en tout cas ce que semblent dire les derniers chiffres pour la France, tombés ce jeudi et relayés notamment par le Huffington Post.

Le nombre de naissances enregistrées en janvier 2021 a chuté de 13% par rapport au mois de janvier 2020. Ces bébés tout juste nés, ce sont justement ceux qui ont été conçus durant le premier confinement. La baisse est inédite depuis la fin du baby-boom en 1975.

-7% en décembre

Aussi, les chiffres des naissances de décembre 2020, mis face à ceux de décembre 2019, avaient déjà montré un recul de 7%.

Pour l'Insee, les données laissent «peu de doute sur le rôle important joué par le contexte de la pandémie sur cette évolution».

L'institut estime même que le nombre de bébés nés en France l'an dernier n'a jamais été aussi bas depuis 1945. Depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale, quoi.

Trop d'incertitudes

Mais pourquoi les couples français ont-ils moins procréé? Parce que la crise les plonge dans une immense incertitude, déclare l'Insee. Ils auraient eu tendance à reporter leurs projets de (re)devenir parents. Les centres de procréation médicalement assistés ont aussi été fermés en France au printemps 2020 alors qu'à l'inverse, recourir à l'avortement a pu être plus compliqué.

Et en Suisse?

Un peu de patience. Les chiffres définitifs des naissances ne sont pas encore sortis. On peut toutefois se douter que les Suisses confinés n'auront pas forcément été plus enclins à faire des bébés que les Français.

Au début du mois de novembre, on parlait même d'une diminution d'environ 10% des grossesses au CHUV. David Baud, le médecin-chef du service d'obstétrique de l'hôpital, avait calculé cela à partir du nombre de contrôles en début de grossesses (relisez ça ici). Sur l'arc jurassien, au mois de janvier, on observait par contre un mini-boom de naissances, indiquait Canal Alpha dans un reportage... Restons attentifs à la sortie des statistiques, donc.

Reste que David Baud insiste sur un point: être stressé, ça fait baisser la fertilité. Et du stress, on en a bien assez avec la pandémie... «Mais la nature est bien faite: l'histoire montre que les gens se sont rattrapé un an et demi à deux ans après les précédentes épidémies», a-t-il rassuré. (ATS/AFP/AS)

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Ces pays qui «volent» la pluie

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Les Suisses ont été moins friands de bonbons, en 2020

Sous l'effet de la pandémie, l'industrie de la confiserie helvétique a vu ses volumes et son chiffre d'affaires reculer, l'année dernière.

En Suisse, la consommation de bonbons, caramels et autres dragées a baissé, à cause du coronavirus. Les treize entreprises de la branche ont écoulé plus de 34 900 tonnes de confiserie en 2020, soit 4.9% de moins comparé à l'année précédente.

Par destination, les ventes ont diminué aux Etats-Unis, en Allemagne et en France, les principaux marchés à l'exportation. Les confiseurs suisses ont principalement vendus des bonbons de sucre cuit, des confiseries moulées, des bonbons à la gelée ou en …

Lire l’article
Link zum Artikel