Suisse
Election au conseil fédéral

L'élection au Conseil fédéral en 13 gifs

Comment devient-on conseiller fédéral? La réponse en 13 gifs

Ce mercredi sera éminemment politique: le Conseil fédéral dans son ensemble doit être réélu, et particulièrement le successeur socialiste d'Alain Berset. Comment ça se passe? Suivez le guide! Et avec des gifs, s'il vous plaît.
13.12.2023, 06:1213.12.2023, 07:08
Petar Marjanović
Petar Marjanović
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

Mercredi, la Suisse verra un de ses citoyens accéder à la marche la plus haute de l'exécutif: le Conseil fédéral. L'élection parmi les Sept sages est un évènement riche en traditions, mais aussi un peu compliqué et très codifié.

Y aura-t-il des candidats surprises? Comment se passent les votes? watson vous explique les différentes étapes du processus.

La veille: «la Nuit des longs couteaux»

L'élection des membres du Conseil fédéral au Parlement est le fruit d'un long processus. Celui-ci commence dès l'annonce de démission du membre en question, se prolonge dans la décision de la formation du ticket par le parti concerné, des hearings auprès des autres partis, puis passe la dernière étape de la «Nuit des longs couteaux».

Cet évènement a lieu la veille de l'élection, dans la soirée. Il prend place dans le hall d'entrée de l'hôtel Bellevue Palace, non loin du Palais fédéral, et dure jusqu'à ce que les derniers conseillers nationaux et aux Etats, ainsi que les journalistes présents, aient quitté le lobby.

Le nom est utilisé depuis 1983. Cette année-là, le Parti socialiste désire faire entrer une femme au Conseil fédéral et décide d'un ticket unique: la Zurichoise Lilian Uchtenhagen. Mais le camp bourgeois, qui la considère trop à gauche et apprécie peu que le PS impose de facto une candidate, manœuvre en coulisses. Le jour J, c'est le Soleurois Otto Stich qui est élu par l'assemblée à sa place, au grand dam de la volonté des socialistes. Un coup qui sera nommé la «Nuit des longs couteaux».

Mais d'où vient ce nom? Sulfureux, il fait référence à une purge de grande envergure commise par les nazis en 1934. (Ambiance.) Si la référence est complètement hors sujet, l'aspect «conspiratoire» du nom rappelle qu'en politique, tous les coups sont permis et que les élus pourront toujours tenter de hisser au Conseil fédéral une personnalité non présente sur un ticket. L'exemple le plus connu a toutefois eu lieu avec Christoph Blocher, en 2007. Le boss de l'UDC avait alors été remplacé de force par Eveline Widmer-Schlumpf. La gauche et le PDC (aujourd'hui le Centre) avaient habilement conspiré contre lui jusqu'à de longues heures, tard dans la nuit, la veille.

GIF animéJouer au GIF
On ne peut qu'imaginer ce que se disent ces parlementaire: «On fait éjecter Blocher? Il m'est passé devant dans la file d'attente du Starbucks, ce matin.»

Mais ces élections tumultueuses sont plutôt l'exception que la règle. Depuis 1848, seuls trois cas d'éviction d'un membre actif du Conseil fédéral ont eu lieu. D'habitude, on connaît le nom des candidats et leurs chances. Parfois, le résultat exact du vote du lendemain est quasiment connu d'avance.

Dès 7h: Arrivée des acteurs au Palais fédéral

Les conseillers nationaux et aux Etats dorment déjà peu pendant les sessions parlementaires. Mais pour certains, la nuit qui précède le vote est particulièrement courte: plusieurs groupes parlementaires convoquent leurs membres au Palais fédéral pour des séances (très) matinales afin de discuter des dernières stratégies.

Certains partis ne communiquent leur consigne de vote à leurs membres qu'à ce moment-là. Ils peuvent aussi les laisser libres. Ces réunions se déroulent à huis clos.

GIF animéJouer au GIF
Les élections des conseillers fédéraux ont souvent lieu en décembre.gif: srf

Pendant ce temps, les non-politiciens arrivent au Parlement. Les journalistes, mais aussi le public qui s'est inscrit pour avoir la chance d'assister à l'élection. On estime qu'environ 250 journalistes sont présents lors de cet évènement. La «salle des pas perdus», ce large couloir présent tout le long du Conseil national et qui est utilisé par les journalistes pour discuter avec les parlementaires, sera très animée (voire chaotique) ce mercredi. D'innombrables caméras, spots lumineux et autres tables de matériel radio et télévisuel seront disposés un peu partout.

Certains éléments sont strictement réglementés, afin d'éviter tout chaos. Les visiteurs inexpérimentés du Palais fédéral reçoivent même des consignes sur leur habillement. C'est comme dans en boîte: pantalons obligatoires et dress code. La norme, c'est de respecter «la dignité des conseils». On vous rassure, il y a des gens en basket.

A 8h: Début de la séance

La partie officielle commence à 8 heures, avec l'ouverture de la séance de l'Assemblée fédérale. Pour ceux qui ont dormi en cours d'instruction civique, rappelons que le Parlement suisse compte deux chambres, le Conseil national (chambre basse) et le Conseil des Etats (chambre haute).

GIF animéJouer au GIF
Quand la cloche sonne, tout commence.video: Parl

Si les deux salles traitent leurs affaires séparément, l'élection du Conseil fédéral fait l'objet d'une séance commune dans la salle du Conseil national. Les 200 membres du Conseil national sont assis à leurs places habituelles. Les 46 conseillers aux Etats se placent sur des bancs en bordure de la salle.

La séance sera dirigée par le président du Conseil national, cette année, il s'agit du Bâlois Eric Nussbaumer (PS). Il ouvrira la séance à 8 heures en faisant sonner la fameuse cloche du président. Celle-ci débute par quelques paroles très formelles:

  • «Les membres du Conseil ont été dûment convoqués à la réunion d'aujourd'hui»,
  • «Je constate que la majorité absolue du Conseil national et du Conseil des Etats est présente»,
  • «L'Assemblée fédérale peut donc débuter ses délibérations».

Fun fact: les parlementaires qui viennent au Parlement doivent «pointer» sur une liste, ce qui leur permet de toucher des indemnités journalières. Tarif par député: 735 francs!

A 8h05: L'ordre

Ensuite, le président du Conseil national indique l'ordre dans lequel dans les élections doivent avoir lieu. Les Sept sages sont réélus selon l'ordre d'ancienneté, suivis de la place laissée vacante par le conseiller fédéral démissionnaire — Alain Berset. Le voici:

  • Le premier siège UDC: Guy Parmelin (élu en 2015)
  • Le premier siège PLR: Ignazio Cassis (élu en 2017)
  • Le siège centriste: Viola Amherd (élue en 2018)
  • Le deuxième siège PLR: Karin Keller-Sutter (élue en 2018)
  • Le deuxième siège UDC: Albert Rösti (élu en 2022)
  • Le premier siège socialiste: Elisabeth Baume-Schneider (élue en 2022)
  • Le deuxième siège socialiste

Note: tous ces conseillers fédéraux ont été élus au mois de décembre de l'année citée.

Cette année, il y a aussi une particularité. Le chancelier de la Confédération, le centriste Walter Thurnherr, sera remplacé. Le grand patron de la Chancellerie fédérale, parfois surnommé le «huitième conseiller fédéral», est un poste lui aussi important. L'Argovien occupe ce poste depuis 2016.

Portrait of Walter Thurnherr, Federal Chancelor of Switzerland, taken in his office in Berne, Switzerland, on January 14, 2016. (KEYSTONE/Gaetan Bally) 

Bundeskanzler Walter Turnherr portraitiert am  ...
Walter Turnherr.Image: KEYSTONE

A 8h10: Les Adieux

S'ensuit une brève cérémonie d'adieu. Le secrétaire général de l'Assemblée fédérale, Philippe Schwab, lit les lettres officielles de démission, puis Alain Berset et Walter Turnherr prononceront un discours d'adieu.

GIF animéJouer au GIF
Philippe Schwab: le secrétaire général de l'Assemblée fédérale est quadrilingue.

Après cette partie très officielle, les politiciens sont d'habitude applaudis chaleureusement et on leur distribue de grands bouquets de fleurs. Puis, l'ensemble des personnes devant être réélues quittent la salle.

GIF animéJouer au GIF
Doris Leuthard et Samuel Schmidt, ex-conseillers fédéraux.gif: Parlement.ch

8h30: Les nominations

Viennent ensuite les nominations. Le président du Conseil national se doit de mentionner que plusieurs parlementaires ont déposé leur candidature et que celles-ci peuvent être consultées auprès du secrétaire du Parlement. Cette partie est bien évidemment formelle, les candidats étant connus depuis longtemps. Mais cela fait partie de la procédure et participe au folklore de la journée.

GIF animéJouer au GIF
En 2018, le chef du groupe PDC, Filippo Lombardi, recommande Viola Amherd pour l'élection au Conseil fédéral.

La parole est ensuite donnée aux présidents des groupes parlementaires qui souhaitent s'exprimer. Celui du PS devrait prendre la parole et indiquer formellement les recommandations du parti, soit les deux politiciens présents sur leurs tickets.

Ils peuvent également demander à ce que leurs groupes s'engagent à respecter la «concordance». Car chaque parlementaire est en théorie libre de voter pour qui il désire et un «vote sauvage», qui s'éloigne de la recommandation vers un autre politicien, n'est jamais à écarter. Cette année d'ailleurs, ce scénario n'est pas à exclure dans le cas d'Ignazio Cassis, conseiller fédéral sur un siège éjectable dont la place est ouvertement visée par les Verts — et peut-être même par le Centre? Le Tessinois devant être réélu en deuxième, on le saura bien assez vite.

Vers 9h: Le vote commence

Un premier tour de scrutin a lieu. Chaque membre du Parlement reçoit un bulletin de vote. Tous les parlementaires doivent se trouver à leur place attribuée pour pouvoir proprement voter. Cette règle, qui paraît anodine, permet de maintenir l'ordre dans la salle.

GIF animéJouer au GIF

N'importe quel citoyen suisse peut figurer sur le bulletin. Cela permet notamment d'élire un politicien compétent, mais externe au Parlement. C'est d'ailleurs le cas du favori pour la succession d'Alain Berset, le Bâlois Beat Jans, qui est actif à l'exécutif du canton de Bâle-Ville, mais n'est pas — plus — parlementaire à Berne.

Après le deuxième tour, les personnes ayant obtenu moins de dix voix sont éliminées. Dès ce troisième tour d'ailleurs, celui qui a obtenu le moins de voix est écarté et l'ajout de nouveaux noms est exclu. Le but? Empêcher que les scrutins ne s'éternisent et éliminer assez rapidement les candidats minoritaires qui n'ont que peu de chances d'être élus. Les tours suivants ont lieu sous forme de duel et doivent permettre de décider de l'élection du conseiller fédéral. On note au passage que le tirage au sort pour décider in fine existait par le passé, mais a été aboli .

L'attente: Compter, compter... et maîtriser Excel

GIF animéJouer au GIF
Les huissiers (des collaborateurs parlementaires avec une tenue spécifique collectent les bulletins de vote.gif: SRF

Et ces comptes, ça se passe comment? Les bulletins de vote sont collectés par les huissiers, puis apportés dans la salle du Conseil fédéral, où les scrutateurs vont s'atteler à tout compter. Il s'agit d'ailleurs de membres du Conseil national ou du Conseil des Etats.

Lors du comptage, il faut d'abord faire attention à la couleur: les bulletins de vote ont une couleur différente (inconnue à l'avance) à chaque tour de scrutin. Les députés et les sénateurs écrivent à la main pour qui ils veulent voter. Lors du dépouillement, la concentration est maximale: les scrutateurs du National s'occupent de 25 bulletins de vote, ceux des Etats de 23 d'entre eux. Une écriture lisible est obligatoire: en cas de doute, la majorité du «bureau de vote» du Parlement a le droit de trancher sur le nom écrit sur un bulletin.

GIF animéJouer au GIF
Les comptes sont effectués dans la salle du Conseil fédéral.gif: parlement.ch

Une fois le résultat établi, les chiffres sont reportés sur un… tableau Excel. Le responsable des scrutateurs note le résultat final sur un petit papier qu'il glisse au président du Conseil national. Et c'est par ce geste banal et très bureaucratique que les plus hauts responsables politiques du pays sont choisis.

GIF animéJouer au GIF
Il faut bien lire le tableau Excel: l'avenir du pays en dépend.gif: parlement.ch

Après l'attente: le résultat

Une fois que ce petit bout de papier passe entre les mains du président du Conseil national, le résultat de l'élection est définitif. Le résultat ne peut plus être modifié et il n'est pas possible de recompter les voix ou de contester une élection. Malheureusement, le président de la Chambre basse n'énonce pas directement et triomphalement le nom du gagnant. Administration et précision toute helvétique obligent, il lit le résultat point par point, en donnant les chiffres dans un ordre précis et en deux langues:

  • Bulletins distribués, bulletins récoltés...
  • Bulletins vides, nuls, valides...
  • La majorité absolue est à...

Ce n'est qu'à ce moment-là que, énonçant le nombre de votes des candidats, on sait si le premier nom a passé ou non la majorité absolue — et est élu conseiller ou conseillère fédérale! Si les candidats n'atteignent pas cette majorité, on commence un autre tour de scrutin, comme décrit ci-dessus. Et on recommence...

Après le vote: Serment, conférence de presse (et apéro)

La personne élue se voit alors tendre le micro pour un bref discours de remerciement. Mais la phrase la plus importante se trouve généralement à la fin: «Je déclare accepter l'élection». Ce n'est qu'à ce moment-là que celle-ci est définitivement scellée.

GIF animéJouer au GIF
Le serment. Chacun se demande qui gardera les doigts en l'air le plus longtemps.

Mais le moment le plus emblématique arrive juste après. Le nouvel élu devra prononcer solennellement un serment de fidélité envers la Constitution et les lois. Celle-ci assure qu'ils rempliront consciencieusement les devoirs de leur charge. Les conseillers fédéraux nouvellement élus jurent en levant trois doigts en l'air. Il s'agit du symbole mythique des Trois-Suisses, mais aussi le même symbole que la Trinité, devant Dieu. Pour les moins religieux ou traditionnels, il est possible de prêter serment en portant la main sur le cœur — Simonetta Sommaruga l'a fait ainsi en 2010. Le secrétaire général de l'Assemblée fédérale lit le texte:

«Je jure de respecter la Constitution et les lois et de remplir consciencieusement les devoirs de ma charge»
Secrétaire général de l'assemblée

Et la réponse:

«Je le jure»
«Ich schwöre es»
«Lo giuro»

Et voilà comment on devient conseiller fédéral.

S'ensuit une sorte de marathon festif: les nouveaux élus sont conduits auprès des autres membres du Conseil fédéral, où a lieu la première séance de photos. Dans le même temps, les apéritifs commencent à être servis dans tous les sens.

Environ 45 minutes plus tard, c'est la première apparition face aux médias, au cours de laquelle les journalistes sélectionnés disposent chacun d'exactement 150 secondes pour poser leurs questions. Top, chrono...

GIF animéJouer au GIF
gif: Parlement.ch

La matinée bien remplie ne s'arrête pas là: après la «tournée des médias», une photo est prise devant les «Trois Confédérés», dans le hall d'entrée du Palais fédéral. Puis les membres du gouvernement fraîchement élus partent tenir une conférence de presse plus longue, d'environ vingt minutes. Et après... c'est l'apéro!

Simonetta Sommaruga est douée en beatbox, la preuve!
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Elle pourrait être la première femme à diriger UBS
L'Espagnole Beatriz Martin, 51 ans, se profile pour succéder à l'actuel patron d'UBS Sergio Ermotti grâce à ses performances exceptionnelles dans le cadre du démantèlement de Credit Suisse. Mais le dirigeant souhaiterait rester jusqu'à fin 2026.

Celles et ceux qui parviennent à la direction du groupe UBS sont financièrement à l'abri du besoin – du moins si l'on prend pour référence le niveau de vie des citoyens ordinaires.

L’article