Suisse
Famille

Voici comment vit une mère célibataire et pauvre en Suisse

«C'est à moi de me priver, pas à ma fille»: Nadja vit avec le minimum vital

Nadja vit avec le minimum vital. Elle dépense 250 francs par mois pour l'alimentation et fait le maximum pour sa fille.
24.12.2023, 07:0224.12.2023, 09:15
Juliette Baur
Juliette Baur
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

«Le pain aussi est devenu beaucoup plus cher. Maintenant, il est à 1,20 franc. Il y a quelques mois, il coûtait encore 90 centimes», dit Nadja en attrapant la baguette M-Budget.

Elle a 23 ans, est mère célibataire et vit avec sa fille Elina de trois ans dans un petit village. Pour faire ses courses, elle se rend dans le village voisin avec sa remorque de vélo bricolée. Aujourd'hui, elle a oublié sa liste de courses à la maison. Mais cela ne la perturbe pas.

Sa fille est d'humeur bavarde et commente tout ce qu'elle voit: «J'adore le Père Noël! Qu'est-ce qu'on mange ce soir?» Nadja lui répond patiemment.

Quand Nadja met un gros paquet d'œufs M-Budget dans son caddie, elle ressent le besoin de se justifier:

«Certaines personnes en ligne me critiquent parce que j'achète des œufs d'élevage au sol et non ceux d'élevage en plein air. Bien sûr que ce serait mieux pour les poules. Mais je dois survivre. Je vis avec le minimum vital. Je ne peux pas tenir compte de tout».
Nadja dépense environ 250 francs par mois pour l'alimentation.
Nadja dépense environ 250 francs par mois pour l'alimentation.

Plus d'être, moins de paraître

La veille de ses achats, Nadja a soigneusement préparé sa liste de courses et un plan de menus comprenant quatorze repas. Elle s'est fixé un budget mensuel de 250 francs pour l'alimentation. «Avant, je ne planifiais pas aussi précisément. Cela m'amenait à dépenser beaucoup plus d'argent. De plus, je devais régulièrement jeter de la nourriture parce qu'elle se périmait.»

Elle souligne qu'elle se procure souvent des aliments via Too Good To Go, par exemple lorsqu'elle invite des amies. Plusieurs commerces locaux y proposent des aliments qu'ils vendent à bas prix parce qu'ils atteignent bientôt leur date de péremption. «Sans l'application, il me serait presque impossible de rester dans le budget.»

Nadja diffuse ces préparatifs sur son compte Instagram. Elle donne un aperçu de sa vie et de celle de sa fille.

Pour la période de l'Avent, elle a préparé un calendrier spécial pour sa fille: chaque jour, un petit papier indique une activité qu'elles feront ensemble. Pendant la période de Noël, il ne s'agit pas pour Nadja et Elina de se focaliser sur des choses matérielles, mais sur quelque chose de bien plus important: passer du temps ensemble.

Mais contrairement à d'autres mamans influenceuses, elle ne montre pas le visage de sa fille. Même si elle sait qu'elle pourrait gagner plus d'argent parce que les enfants c'est trop mignon. Nadja poursuit un autre objectif: par sa présence sur les réseaux sociaux, elle veut bousculer le monde virtuel dans lequel tout semble parfait. Et elle y parvient: avec ses publications, Nadja affirme atteindre de nombreuses mères qui se trouvent dans une situation similaire à la sienne.

Les défis hebdomadaires de Nadja lors de ses courses illustrent ce que des dizaines d'études ont déjà démontré: être une mère célibataire est l'un des plus grands risques de pauvreté en Suisse. Une famille monoparentale sur six est touchée par la pauvreté.

«Il y a des gens en Suisse pour qui il ne reste rien à la fin du mois malgré les prestations sociales»

Elle souligne à plusieurs reprises qu'elle s'en sort malgré tout bien et qu'elle veut donner du courage par sa transparence – la dernière chose qu'elle veut, c'est de la pitié.

Imprévus

Elina ne pleurniche pas pendant les courses. Avant de passer à la caisse, elle a en effet le droit de choisir un jouet. C'est ce que lui a promis sa mère aujourd'hui. Et Nadja tient toujours parole.

Elle explique: «Ce n'est pas la faute d'Elina si nous sommes pauvres. Je ne veux pas qu'elle se sente inférieure aux autres. Alors oui, je me permets de lui acheter un jouet de temps en temps».

«Si quelqu'un doit se priver, c'est moi. Pas ma fille»

Quand la vie se déroule-t-elle exactement comme on l'avait prévu? Rarement, voire jamais. Cela n'a pas non plus été le cas pour Nadja. Son chemin vers la précarité a été rapide.

Nadja a elle-même grandi dans des conditions défavorisées. Elle avait certes prévu de tomber enceinte tôt, à l'âge de 19 ans; elle voulait être une mère jeune et pleine d'énergie. Mais elle ne s'attendait pas à ce qu'elle se sépare du père lorsque sa fille avait cinq mois. Peu après, un autre contretemps s'est produit: Nadja a dû interrompre son apprentissage. La double charge de l'apprentissage et de la maternité l'a poussée à ses limites.

Une décision difficile à prendre: quel jouet Elina va-t-elle choisir?
Une décision difficile à prendre: quel jouet Elina va-t-elle choisir?Image: watson

Moins de 3000 francs par mois

Bien que Nadja n'ait pas pu terminer son apprentissage, elle travaille aujourd'hui à 60% comme assistante-puéricultrice. Elle gagne 2000 francs par mois et paie 1450 francs par mois pour le loyer de son appartement. En tant que mère célibataire, elle tombe ainsi sous le minimum vital.

L'aide sociale la soutient et lui verse autant d'argent qu'il faut pour qu'elle atteigne le minimum vital pour couvrir ses besoins de base. Elle reçoit jusqu'à 700 francs par mois; mais quand Nadja gagne un peu d'argent grâce à des partenariats sur les réseaux sociaux, elle reçoit moins d'argent de l'aide sociale, voire pas du tout. C'était par exemple le cas en novembre.

De même, son canton la soutient pour les primes d'assurance maladie et les factures de la crèche, en fonction du montant que Nadja peut payer elle-même chaque mois. Les 1577 francs de besoins de base doivent suffire pour la nourriture, les loisirs, les vêtements, les factures de téléphone portable et tout ce qui est nécessaire.

Objectif: sortir de l'aide sociale

Nadja conteste avec véhémence le préjugé selon lequel les personnes qui touchent l'aide sociale sont paresseuses.

«Je travaille à 60%. J'ai besoin des autres 40% pour le ménage et pour passer du temps avec ma fille»

Nadja souhaite gagner suffisamment d'argent dans un avenir proche pour ne plus dépendre de l'Etat. Elle veut aussi terminer son apprentissage. Le fait qu'elle doive ensuite rembourser l'aide sociale qu'elle perçoit aujourd'hui ne la dérange pas. «Je suis reconnaissante de vivre dans un pays où l'on aide les personnes pauvres et je sais que cet argent ira ensuite à d'autres personnes qui en ont besoin.»

Elle ajoute:

«Il y a une chose dont je suis sûre: je sais vivre avec peu d'argent. J'y arriverai même quand je devrai rembourser les prestations sociales»

Retour aux courses: bien que Nadja ait oublié sa liste, elle parvient à tout acheter (sauf les feuilles de lasagne). Elle paie 79 francs. «Cela devrait suffire pour les deux prochaines semaines», dit Nadja, satisfaite. Elina est également contente: elle est impatiente de déballer sa nouvelle Barbie.

Traduit et adapté de l'allemand par Tanja Maeder

Des papas tristes qui emmènent leur fille en concert
1 / 21
Des papas tristes qui emmènent leur fille en concert
source: sadanduseless
partager sur Facebookpartager sur X
Les films les plus attendus pour début 2024
Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Le Valais accueillera le plus grand événement LGBTIQ+ de Romandie
La Pride 2024 se déroulera à Martigny se déroulera les 19 et 20 juillet, avec le slogan «Soi-même, partout!» Les organisateurs cherchent encore à réunir 40 000 francs.

La Pride 2024 se tiendra à Martigny du 19 au 20 juillet prochain. Avec son slogan «Soi-même, partout!», elle se veut un événement pour tous, personnes LGBTIQ+ ou non. Côté finances, les organisateurs doivent encore rassembler 40 000 francs pour boucler le budget.

L’article