DE | FR

14 activistes d'Extinction Rebellion font recours contre leur condamnation

Bild

keystone (archive)

En juin 2021, la justice avait condamné des activistes du climat à 200 francs d'amende pour avoir bloqué une des artères de la ville de Neuchâtel. Ils ont fait recours.



En mars 2020, 14 activistes d'Extinction Rebellion avaient occupé pendant 75 minutes une des artères de la ville de Neuchâtel. Condamnés en juin dernier, ils vont faire recours à l'instance supérieure. Et pour cause. Ils estiment que leur droit de manifester n'a pas été pris en considération.

Amende de 200 francs

Même si le juge a reconnu l'urgence climatique, «il a refusé d’admettre l’état de nécessité. Il n’avait en outre pas estimé utile de faire témoigner une scientifique de renom qui pouvait expliquer la situation d’urgence et la nécessité de prendre des mesures à l’échelle du désastre», a indiqué vendredi le collectif.

Selon lui, les épisodes météorologiques extrêmes des derniers jours en Suisse et dans la région de Neuchâtel, en particulier, sont préoccupants, sans parler des 49.6 °C, record absolu de chaleur battu au Canada. Face «au désastre climatique», des activistes sont condamnés alors que «leur crime est d'alerter la population», ont-ils ajouté.

Le 11 juin, le juge avait condamné les activistes à une amende de 200 francs chacun et au paiement des frais de la cause. Il avait relevé qu'ils n'avaient pas demandé d'autorisation pour manifester sur le domaine public et qu'ils avaient violé la loi sur la circulation routière.

Infraction nécessaire?

Lors de l'audience, un des deux avocats des prévenus, Michel Bise, avait estimé que la police avait fait une erreur en ne donnant pas de sommation, ni l'ordre de se disperser. Pour le juge, cet argument ne tenait pas, car la police se doit de réagir de manière proportionnée dans le cadre d'une manifestation pacifique.

Par rapport à l'état de nécessité licite lié à l'urgence climatique, le tribunal avait expliqué ne pas discerner en quoi l'infraction - blocage et manifestation sans autorisation - était nécessaire, «c'est-à-dire non seulement de nature à neutraliser le réchauffement climatique, mais encore qu'elle soit le moyen le plus adéquat pour atteindre cet objectif». (sda/ats)

Grève pour le climat à Berne, en images

1 / 11
Grève pour le climat à Berne, en images
source: sda / anthony anex
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur les procès climatiques:

Et boum: le Tribunal fédéral ne reconnaît pas l'état de nécessité climatique

Link zum Artikel

15 militants d'Extinction Rebellion devant les juges à Neuchâtel

Link zum Artikel

Alexandra, militante climatique et condamnée: «On se sent insultés»

Link zum Artikel

Des scientifiques suisses prônent la désobéissance civile

Link zum Artikel

Que se cache-t-il derrière «l'état de nécessité»? 3 points pour comprendre

Link zum Artikel

Les militants pour le climat ont-ils le droit d'enfreindre la loi?

Link zum Artikel

«Il en va de la sauvegarde de l’Etat de droit de ne pas condamner ces jeunes»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

L’ex-président sud-africain Zuma est en prison, l'affaire résumée en 4 points

Condamné depuis une semaine pour une série de scandales de corruption, l’ancien chef du gouvernement sud-africain, Jacob Zuma, vient de passer sa première nuit en prison.

Mercredi, peu avant minuit, heure maximale imposée pour son incarcération, le charismatique et sulfureux Zuma a rendu in extremis les armes. Dans la nuit, un convoi d'une dizaine de voitures a fendu l’obscurité devant sa résidence de Nkandla, en pays zoulou (Est), pour filer vers la prison moderne d'Escourt, à 200 km de là.

Après plusieurs recours en justice ces derniers jours, pour contester sa sentence, Zuma a donc cédé et s'est constitué prisonnier. Ce n'est pas «un aveu de …

Lire l’article
Link zum Artikel