Suisse
Météo

Février bat des records météo en Suisse: voici les conséquences

Février sans neige
La neige se fait rare en ce mois de février en Suisse.Image: Shutterstock

Février bat des records de chaleur et ça a des conséquences en Suisse

Jamais il n'a fait aussi chaud si tôt dans l'année. Des biologistes, des ornithologues et des arboriculteurs nous expliquent ce que la chaleur record de février fait à l'environnement.
23.02.2024, 06:0223.02.2024, 08:40
Bruno Knellwolf / ch media
Plus de «Suisse»

Vers un record de chaleur

Les papillons volent déjà avec entrain dans les jardins. En effet, nous nous dirigeons vers un record de chaleur en février:

«Depuis 1864, seul février 1990 avait atteint un écart de 4ºC au-dessus de la norme»
Stefan Bader, du service d'information climatique de Météo Suisse

Le mois de février actuel se situe à 4,3ºC au-dessus de la moyenne pluriannuelle. Le troisième rang de ce classement des chaleurs est occupé par février 2020, avec +3,6ºC.

Les noisetiers fleurissent très tôt

Météo Suisse observe 26 espèces végétales différentes dans 160 stations afin de décrire le développement de la végétation. Dès les journées chaudes de début janvier, les premiers noisetiers en fleurs ont été recensés sur quelques sites du réseau d'observation. Si leurs fleurs ont pu se développer si tôt, c'est parce que la température était élevée en décembre. Avec le temps doux qui s'est installé à partir du 24 janvier, les noisetiers ont ensuite fleuri dans de nombreuses stations.

«Les dates de floraison se situent, selon les stations, entre une et six semaines avant la date moyenne de floraison.»

Les arbres fruitiers profitent des nuits froides

«Il ne faut pas forcément s'attendre à un débourrement [réd: développement des bourgeons] prématuré en raison de la chaleur de février – d'autant plus que des températures un peu plus froides sont à nouveau prévues», explique Rea Furrer de Fruit-Union Suisse. Ce sont surtout les nuits qui sont encore froides, ce qui favorise le repos hivernal des cultures fruitières. Dans certains cas, il peut y avoir un débourrement précoce, mais cela n'est pas habituel. En principe, les plantes se protègent en hiver grâce au repos hivernal.

«Pour "réveiller" la plante, il faut différents stimuli. La température joue certes un rôle, mais d'autres facteurs, comme la durée du jour, sont également déterminants.»
Rea Furrer de Fruit-Union Suisse

Les papillons dans le jardin

Les papillons font maintenant ce qu'ils font toujours lorsqu'il fait chaud: ils s'envolent. «Cela n'a donc rien d'extraordinaire en soi», explique Toni Bürgin, président de la Société saint-galloise des sciences naturelles. On peut voir des papillons diurnes qui hibernent dans des abris tels que des buissons d'herbe, des branchages ou les pièces sèches du grenier. C'est ce que font en Suisse les espèces telles que la Petite tortue, le paon du jour et le papillon citron. Toni Bürgin lui-même a déjà observé une première Petite tortue en janvier dans la station de ski de haute altitude de Wildhaus (SG).

la Ville de Lausanne lance un projet de sciences participatives pour recenser la pr�sence en ville de diverses esp�ces, comme le papillon (photo d'illustration).
Les papillons profitent du fait que certaines fleurs soient déjà sorties dès la mi-février.Keystone

«Il y a de nombreuses fleurs précoces comme le perce-neige, la linotte mélodieuse ou l'anémone des bois», explique Toni Bürgin. Fin février, les fleurs de saule viendront s'y ajouter. S'il devait y avoir une nouvelle vague de froid, les papillons se retireraient à nouveau dans des cachettes protégées, où ils attendraient le printemps.

«Certains, comme le papillon citron, peuvent survivre à des températures négatives en étant congelés grâce aux protéines antigel de l'hémolymphe»
Toni Bürgin, président de la Société saint-galloise des sciences naturelles

On peut parfois voir des traces de l'hibernation sur leurs ailes, dont les couleurs sont ternes et les bords parfois un peu effilochés.

Neige dans les montagnes

Dans de nombreuses stations de ski, la couleur est au vert printanier. Depuis Flims, dans les Grisons, il faut regarder très haut pour voir du blanc.

«En montagne, les hauteurs de neige sont encore supérieures à la moyenne»
Stefan Bader, de Météo Suisse

Sur le Weissfluhjoch de Davos (GR) ou sur le Säntis, elles sont même nettement plus élevées que la moyenne. A Arosa (GR), la hauteur de neige se situe dans la moyenne, tandis qu'à Andermatt (UR), elle est nettement inférieure.

En ce qui concerne les précipitations, le Sud des Alpes a reçu en février des quantités supérieures à la moyenne sur une grande partie du territoire. La commune de Stabio, au Tessin, a enregistré jusqu'à présent plus de 160% des quantités de pluie normales. Dans les autres régions de Suisse, les quantités de pluie et de neige étaient généralement inférieures à la moyenne. Par exemple, Sion (VS) n'a signalé jusqu'à présent que 11%, et Zermatt (VS) seulement 10% des précipitations moyennes.

«Toutefois, quelques précipitations sont encore attendues dans les jours à venir au niveau régional, surtout dans le sud. Ces données peuvent donc encore changer, le cas échéant de manière significative.»
Stefan Bader, de Météo Suisse

Les oiseaux changent de comportement migratoire

Les oiseaux aussi réagissent au réchauffement.

«Il y a quelques espèces d'oiseaux qui sont observées plus souvent en ce moment que ces dernières années. Citons par exemple le vanneau huppé, le pigeon ramier, le bruant zizi et la fauvette à tête noire.»
Livio Rey de la Station ornithologique suisse de Sempach

Cela ne vaut toutefois pas pour toutes les espèces. Mais à long terme, cela pourrait avoir pour conséquence que des espèces qui migrent normalement en hiver vers la Méditerranée (migrateurs à courte distance) ne volent plus du tout vers le sud. Livio Rey cite comme exemple le milan royal, la cigogne blanche ou le pigeon ramier. Les températures chaudes de février n'ont pour l'instant aucune influence sur les migrateurs dits de longue distance, qui se dirigent toujours vers l'Afrique. Ces oiseaux ne reviennent qu'en avril ou en mai.

Effets à long terme du réchauffement

Mais à long terme, le réchauffement a déjà une influence: les migrateurs à courte distance et les oiseaux sédentaires profitent des hivers doux, car ils peuvent mieux survivre lorsqu'il y a moins de neige et de froid. Ces oiseaux peuvent, selon les cas, se reproduire plus tôt ou élever une couvée de plus par an. A l'inverse, ceux qui voyagent loin ont des problèmes: ils sont génétiquement conçus pour revenir au moment où la nourriture est la plus disponible, afin de pouvoir nourrir leurs petits de manière optimale.

«Si les hivers sont de plus en plus chauds et que le printemps commence de plus en plus tôt, mais que les oiseaux ne reviennent pas plus tôt, ils ratent le moment optimal pour se reproduire. Cela entraîne à long terme un recul des effectifs.»
Livio Rey de la Station ornithologique suisse de Sempach

En outre, ils souffrent des sécheresses, des conditions météorologiques extrêmes et de la destruction de leur habitat sur le trajet migratoire entre leur zone de reproduction et leurs quartiers d'hiver.

Impact sur les oiseaux de montagne et les rapaces

Certains oiseaux de montagne ont également des problèmes lorsqu'il y a de moins en moins de neige. Le percnoptère des neiges, par exemple, cherche de la nourriture pour ses petits de préférence sur les bords de la neige fraîchement fondue. S'il y a de moins en moins de neige, voire plus du tout, il trouve moins de nourriture pour ses petits. Le succès de la reproduction diminue donc et la population recule.

«C'est particulièrement dramatique, car la Suisse a une grande responsabilité internationale dans la conservation des espèces de montagne comme le percnoptère des neiges»
Livio Rey de la Station ornithologique suisse de Sempach

Les rapaces, en revanche, ont plus de chances d'accéder à la nourriture lorsqu'il n'y a pas de couche de neige continue. «Mais le nombre de souris ne dépend pas uniquement de la température. L'équation "plus de température = plus de souris" est donc un peu trop simpliste», continue l'ornithologue.

Une soudaine vague de froid serait supportable

Les oiseaux qui passent l'hiver en Europe doivent toujours s'attendre à des vagues de froid et s'y adaptent donc bien. Les oiseaux qui supportent mal les vagues de froid passent l'hiver en Afrique subsaharienne et ne reviennent que lorsqu'il n'y a plus ou presque plus de vagues de froid.

Le pollen est déjà là

Actuellement, l'aulne et le noisetier sont en fleurs dans toutes les régions de Suisse.

«Avec les températures douces, leur pollen atteint souvent des niveaux élevés»
Roxane Guillod, experte au Centre d'Allergie Suisse

Ces concentrations devraient toutefois diminuer en raison des pluies à venir et des températures plus basses attendues. La saison pollinique a débuté dans la deuxième moitié de janvier. Les dates de début du pollen ont différé ces dernières années, selon Roxane Guillod. «L'année dernière, nous avons battu un record de précocité avec des pollens déjà présents au début de l'année. Le début et le déroulement de la saison pollinique dépendent toujours des conditions météorologiques et des températures.»

Le nombre de personnes allergiques augmente

D'une manière générale, on peut dire qu'en raison des changements climatiques, la saison du noisetier, du bouleau et du frêne commence environ deux à trois semaines plus tôt qu'il y a trente ans, d'après l'experte du Centre d'Allergie Suisse.

«Les graminées sont en fleurs une dizaine de jours plus tôt en mai et certaines plantes fleurissent plus longtemps en automne. Les personnes souffrant du rhume des foins peuvent donc – selon le pollen auquel elles sont allergiques – souffrir plus tôt dans l'année, et peut-être aussi plus longtemps.»
Roxane Guillod, experte au Centre d'Allergie Suisse

Et les allergies au pollen sont en augmentation: il y a une centaine d'années, moins d'1% de la population suisse était concerné, alors qu'aujourd'hui, ce nombre se situe aux alentours de 20%. «Les raisons de cette augmentation sont multiples, les relations exactes encore un peu floues», explique Roxane Guillod.

Conseils du centre d'allergie

Les personnes qui réagissent au pollen doivent éviter autant que possible le contact avec le pollen et avoir à portée de main les médicaments prescrits par leur médecin, généralement des antihistaminiques et une préparation à base de cortisone. Le rhume des foins doit toujours faire l'objet d'un examen médical et d'un traitement médicamenteux. Sinon, un asthme allergique peut se développer. Au quotidien, il est en outre bon de porter des lunettes de soleil à l'extérieur, de ne pas enlever ses vêtements dans la chambre à coucher, de se laver les cheveux le soir et de n'aérer que brièvement par intermittence.

Les personnes qui éternuent, mais qui ne savent pas s'il s'agit d'un refroidissement ou d'un rhume allergique, peuvent le savoir en effectuant un test auprès du Centre d'Allergie Suisse. Des troubles tels que des démangeaisons, des larmoiements et des rougeurs dans les yeux, des démangeaisons dans le nez, le palais ou les oreilles indiquent une allergie au pollen. Et contrairement à un rhume, les sécrétions nasales sont plutôt aqueuses en cas d'allergie au pollen.

Bilan de l'hiver

Le chaud mois de février s'intègre dans un hiver doux. En moyenne nationale, on peut s'attendre à une température hivernale record, selon le météorologue Stefan Bader. Première ou deuxième place, cela dépendra des températures jusqu'à fin février. Celles-ci devraient légèrement baisser de manière générale. Mais l'hiver 2019-2020, jusqu'ici le plus doux depuis le début des mesures avec un écart de 2,7 degrés à la moyenne, pourrait être détrôné par l'hiver en cours.

Adapté de l'allemand par Tanja Maeder

Un météore a illuminé le ciel turc

Vidéo: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Dégât sur la voie: ligne CFF Lausanne-Yverdon interrompue
Vendredi soir, aucun train n'assure la liaison entre Lausanne et Yverdon-les-Bains. La circulation ferroviaire devrait reprendre vers 1h00 du matin.

Le trafic ferroviaire entre Lausanne et Yverdon-les-Bains est actuellement restreint en gare de Vufflens-la-Ville en raison d'un dégât à la voie. La perturbation va durer jusqu'à 1h00, samedi matin, selon les CFF:

L’article