en partie ensoleillé
DE | FR
Suisse
Témoignage watson

Des vers dans le riz à Vallorbe: la polémique relancée

Juraparc a partagé les résultats de laboratoires: «Ce n'était pas des vers». Les requérants, photos à l'appui, se défendent.
Juraparc a partagé les résultats de laboratoires: «Ce n'était pas des vers». Les requérants, photos à l'appui, se défendent.juraparc / photo prise par un requérant
Témoignage watson

Des vers dans le riz? De nouveaux éléments relancent la polémique

L'incident des «vers» dans les repas des requérants au centre fédéral d'asile de Vallorbe a fait grand bruit il y a une dizaine de jours. Selon les résultats des laboratoires, il ne s'agissait pas de vers. Les requérants, eux, maintiennent leur version. Pour les associations, ces tensions prouvent avant tout que les problèmes sont plus profonds.
04.03.2023, 07:5807.03.2023, 15:33
Margaux Habert
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

Le bras de fer continue entre, d’un côté, les requérants et les associations qui défendent leurs intérêts, et de l’autre, Juraparc, fournisseur des repas au centre fédéral d'asile de Vallorbe (VD), et le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM).

Rembobinons. Lundi 20 février dernier, une photo prise par un requérant au centre fédéral d'asile de Vallorbe est partagée sur Facebook par l'association Droit de rester Neuchâtel. Un post qui avait suscité l'indignation.

On y voyait une fourchette avec des grains de riz à droite de l’image, et à gauche, ce que les requérants décrivaient comme des vers.

Le requérant qui a signalé les vers a pris cette photo, qui a été partagée sur Facebook.
Le requérant qui a signalé les vers a pris cette photo, qui a été partagée sur Facebook.droit de rester neuchâtel

Une polémique qui a poussé Juraparc à faire analyser la nourriture. Persuadé que les résultats des deux laboratoires seraient négatifs, le restaurant a aussi reproduit la recette des plats qui ont été servis aux requérants, avec le même riz. Juraparc n'a relevé aucune anomalie, et voulait ainsi démontrer que les stries sur les grains de riz étaient parfaitement normales et pouvaient faire penser à des vers.

A gauche, le riz refait par Juraparc, à droite, les grains de riz incriminés.
A gauche, le riz refait par Juraparc, à droite, les grains de riz incriminés.Juraparc / photo prise par un requérant

Les résultats des laboratoires semblent donner raison à Juraparc, qui assure par ailleurs que la nourriture est cuisinée chaque jour en fin de matinée, avec des produits frais, reçus le jour même. Les plats sont livrés dans la foulée au centre fédéral d'asile de Vallorbe.

«Nous appliquons des protocoles d'hygiène standards, qu'on retrouve dans n'importe quelle cantine. La température est mesurée avant et après la livraison au centre, qui n'a plus qu'à réchauffer la nourriture et la servir.»
Fabien Honsberger, responsable de la communication de Juraparc

Juraparc précise que ses employés mangent les mêmes menus que les personnes hébergées à Vallorbe, idem pour le personnel du SEM et de l'ORS, prestataire mandaté par le SEM. Selon le communiqué de Juraparc, après la découverte de ce qui a été présenté comme des vers, «les menus de tests, la fourchette incriminée et photographiée, ainsi que les plaques de riz basmati ont immédiatement été protégés, et conservés pour analyse comme le veut la procédure des services de l’hygiène».

Le requérant qui a pris la photo nous indique que lorsque son assiette et sa fourchette ont été emportés, il ne sait pas ce que le personnel en a fait. Un autre requérant, qui a eu accès à la cuisine, assure que les plaques de riz n'ont pas toutes été protégées et emportées pour analyse, car une partie du riz a été jetée à la poubelle. Celui qui a pris la photo persiste et signe. Il maintient qu'il s'agissait de vers.

«Les prétendus grains de riz avaient l'air tellement vivant, on voyait les yeux»
Le requérant qui a pris la photo de sa fourchette

L'ORS a par ailleurs présenté des excuses aux requérants via des affichettes, avant même de connaître les résultats des analyses. «Normal» pour Fabien Honsberger. «Quand bien même les résultats prouvent que ce n'était pas des vers, s'il y a eu des déceptions, il faut présenter des excuses.»

Les excuses pour la «mauvaise nourriture» présentées aux requérants par l'ORS.
Les excuses pour la «mauvaise nourriture» présentées aux requérants par l'ORS.Droit De Rester Neuchâtel

Le SEM, de son côté, nous a transmis un des rapports des analyses effectuées en laboratoire. Les résultats montrent que sur les 250 menus, ce sont seulement 40 grammes de riz qui ont été analysés.

Le même riz?

D'autres requérants nous ont interpellés sur les images fournies par Juraparc, qui dit utiliser toujours le même riz, du même fournisseur. Les images sont censées prouver que le riz, qui a été cuisiné une seconde fois de la même manière que lors de l'incident, est bel et bien strié. De leur côté, les requérants assurent que le riz recuisiné par Juraparc n'est pas le même que celui qui leur est habituellement servi, et qu'ils ont mangé le 20 février dernier.

Le riz, cuisiné une seconde fois par Juraparc.
Le riz, cuisiné une seconde fois par Juraparc.juraparc
Selon la personne qui a pris cette photo, le riz qui leur a été servi jeudi est le même que le 20 février, mais ne ressemble pas à celui recuisiné par Juraparc.
Selon la personne qui a pris cette photo, le riz qui leur a été servi jeudi est le même que le 20 février, mais ne ressemble pas à celui recuisiné par Juraparc.photo prise par une requérante

Ils nous ont aussi envoyé une autre photo prise ce fameux midi du 20 février, à la lumière, qui n'avait pas été publiée sur Facebook ou dans la presse.

Une autre photo datant du 20 février.
Une autre photo datant du 20 février.photo prise par un requérant

Vers ou grains de riz? Puisque la nourriture a été analysée en laboratoire, nous, nous avons décidé de soumettre la photo à deux experts des vers et du riz. Pour Sam, un pêcheur du lac Léman qui utilise de tels vers dans son activité, ces «spécimens» sont trop petits [pour en être]. «Certes, à première vue, on dirait des vers de farine, mais en général, ils sont plus longs.» Pour Tania, une cuisinière lausannoise qui travaille le riz basmati au quotidien, le verdict est différent. «Bien cuit, [le riz] n'a pas cet aspect-là, et un grain ne peut pas se tordre comme ça.»

Un dialogue de sourds entre les parties

Le SEM nous assure que la direction actuelle du centre n'a pas reçu de plaintes au sujet d'une nourriture «qui aurait régulièrement le goût d'aliments laissés hors du frigo», comme nous le racontaient des requérants ainsi que Denise Graf, retraitée d'Amnesty international, dans notre premier article.

«Les requérants ont toutefois déjà mentionné que la nourriture ne correspondait pas à leurs habitudes alimentaires.» Un constat partagé par Juraparc, qui nous indique n'avoir jamais eu de plaintes au sujet de l'hygiène.

«Les seuls retours négatifs que nous recevons des requérants, qui notent les plats au moyen de smileys (contents, neutres ou fâchés), c'est lorsqu'il n'y a pas de viande dans les assiettes. Nous sommes conscients que dans certaines cultures, un repas sans viande est un repas médiocre, mais nous proposons des repas équilibrés et tentons aussi de proposer des menus qui vont dans le sens de l'écoresponsabilité. Nous nous plions aux exigences du Secrétariat d'Etat aux migrations.»
Fabien Honsberger, responsable de la communication de Juraparc

Juraparc nous précise être régulièrement contrôlé par les services d'hygiène du canton, qui sont passés faire un contrôle après cet épisode. «Tout est vérifié, de A à Z, et nous n'avons jamais eu de souci, jamais eu de fermeture», ajoute Fabien Honsberger. «Nous n'avons rien à nous reprocher.»

Pour Louise Wehrli, militante de Droit de rester Neuchâtel, cette affaire est symptomatique de l'accueil réservé à la parole des requérants d'asile. Sur les réseaux sociaux, les articles concernant cette affaire ont d'ailleurs suscité des commentaires haineux et injurieux à l'égard des requérants.

«On remet fréquemment leurs propos en doute. Dans la procédure d'asile, la majorité des demandes sont refusées pour "invraisemblance", on est dans une culture du soupçon. On laisse par exemple entendre qu'une personne ne serait pas capable de faire la différence entre du riz qui leur est servi chaque semaine et des vers...»
Louise Wehrli, membre de l'association Droit de rester Neuchâtel.

La militante de Droit de rester Neuchâtel souligne qu'indépendamment des résultats des laboratoires, «le simple fait que les requérants croient qu'on leur donne des repas infestés de vers montre qu'il y a de gros problèmes à Vallorbe, et pas uniquement depuis cette histoire. Nous tirons la sonnette d'alarme depuis des années, il y a une ambiance vraiment difficile là-bas».

La militante tend à prouver ses dires en nous expliquant que les requérants n'ont pas le droit d'emporter de la nourriture de l'extérieur, ce que le SEM a pourtant démenti, nous assurant que certains aliments, comme le pain, sont autorisés dans les parties communes.

Sur cette photo prise à Vallorbe, fournie par la militante, on constate que le pain figure dans la liste des interdictions.
Sur cette photo prise à Vallorbe, fournie par la militante, on constate que le pain figure dans la liste des interdictions.droit de rester neuchâtel

Elle soupire. «Les requérants ne sont pas pris au sérieux, leurs plaintes ne sont pas prises en compte, c'est ce qui fait qu'on en arrive là aujourd'hui. C'était la goutte d'eau.»

Notre reportage auprès de réfugiés ukrainiens dans un ancien foyer vaudois en juin 2022:

Vidéo: watson
4 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
4
Attention à cette arnaque sur Twint
Des fraudeurs ont mis en place une nouvelle méthode pour dépouiller leurs victimes via l'application Twint. Explications.

La RTS a révélé une étrange manigance qui pourrait vous tomber dessus. C'est la bien mauvaise expérience vécue par un homme qui a perdu plus de 2750 francs.

L’article