DE | FR
Avec son sacre en descente, Beat Feuz est le premier médaillé olympique suisse à Pékin.
Avec son sacre en descente, Beat Feuz est le premier médaillé olympique suisse à Pékin. Image: KEYSTONE
Pékin 2022

Emu aux larmes, Beat Feuz a reçu sa médaille d'or à Pékin

Premier médaillé suisse de ces JO de Pékin, le tout frais champion olympique de descente a été honoré quelques heures après son triomphe. Juste après la course, il a été submergé par l'émotion et a pleuré.
07.02.2022, 11:5307.02.2022, 12:01
Team watson
Team watson
Suivez-moi

L'hymne national a été joué une première fois aux JO de Pékin, ce lundi. Et c'est grâce à Beat Feuz. Le skieur bernois, impérial, a décroché la médaille d'or de la descente tôt dans la matinée.

Quelques heures plus tard, il est, comme le veut la tradition, monté sur le podium pour recevoir sa breloque, au son du Cantique suisse.

Si l'Emmentalois est resté très solennel pendant l'hymne national, il en a été tout autre juste après la course. Réalisant qu'il allait devenir champion olympique, Beat Feuz, téléphone en main, a été submergé par l'émotion et n'a pas pu retenir ses larmes.

Des images fortes qu'on aime voir et qui tourneront en boucle ces prochaines heures dans notre pays. (yog)

Des châteaux «à la Française» clés en main au Vietnam

1 / 12
Des châteaux «à la Française» clés en main au Vietnam
source: source : akisa.vn / akisa.vnquelle: akisa.vn / akisa.vn
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Copin Comme Cochon: la fondue

1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
À la sortie du tremplin, les sauteurs à ski plongent dans un «trou noir»
C'est un phénomène méconnu du public, mais que tous les champions ont déjà expérimenté: entre le moment où ils quittent la table d'élan et celui où ils volent, ils perdent tout contrôle pendant une fraction de seconde. «La lumière s'éteint», raconte un ancien pro.

L'ancien sauteur jurassien Nicolas Jean-Prost a participé deux fois aux Jeux olympiques, trois aux Mondiaux et quatre aux Championnats du monde de vol à ski. Il a effectué des milliers de sauts durant sa carrière, et connu autant de «trous noirs», un jargon utilisé dans sa discipline pour décrire le moment particulier de la sortie du tremplin.

L’article