DE | FR
Bild

Le Sédunois a porté les maillots de la Suisse et de Sion, Bâle, Servette, Lucerne et Xamax. Image: DR/Shutterstock

Alexandre Rey: «Quand on critique Seferovic, ça me touche»

L'ancien buteur de la Nati (18 sélections) revient sur le match Suisse-Turquie et les critiques envers Seferovic et Shaqiri qui ont précédé la rencontre. Il en a gros sur la patate.

Julien Caloz
Julien Caloz



Alexandre Rey, après cette victoire 3-1 contre la Turquie, tout est oublié, ou rien n'est pardonné?
Je vais être très franc avec vous. Ça fait quatre jours que je ne supporte plus les docteurs qui vont chercher des poux à cette équipe de Suisse.

Le télégramme

Suisse - Turquie 3-1 (2-0)
Bakou. 17 138 spectateurs.
Arbitre: Vincic (SLO).
Buts: 6e Seferovic 1-0. 26e Shaqiri 2-0. 62e Kahveci 2-1. 68e Shaqiri 3-1.
Suisse: Sommer; Elvedi, Akanji, Rodriguez; Widmer (92e Mbabu), Freuler, Xhaka, Zuber (85. Benito); Shaqiri (75e Vargas); Embolo (85e Mehmedi), Seferovic (75e Gavranovic).
Turquie: Cakir; Celik, Demiral, Söyüncü, Müldür; Ayhan (64e Yokuslu); Ünder (80e Karaman), Tufan (64e Yazici), Kahveci (64e Kökcü), Calhanoglu (86e Toköz); Yilmaz.

A quels poux pensez-vous?
On a reproché aux joueurs de ne pas chanter l'hymne national. Mais moi-même je ne le chantais pas non plus. Et au premier match de l'Euro 96 à Wembley, il n'y en a pas un qui a donné de la voix. C'est une tempête dans un verre d'eau. On a ensuite critiqué le fait qu'ils roulaient en voiture de luxe. Mais s'ils en ont les moyens, pourquoi se gêneraient-ils?

En parlant de poux: L'épisode du coiffeur, dépêché à Rome pour satisfaire aux exigences capillaires des internationaux, n'a pas été bien perçu non plus.
Certes, ce n'était peut-être pas judicieux, mais d'autres critiques visaient aussi la production des joueurs sur le terrain. Or il ne faut pas oublier que si la Suisse reste une bonne équipe, elle n'est pas excellente. Certains de ses joueurs, en manque de temps de jeu, peuvent très bien faire des non-matchs.

Le classement final

Bild

Image: watson

Vous trouvez que les médias ont été trop durs avec cette équipe.
Oui. Clairement. Dire qu'il s'agit d'une fin d'un cycle... Xhaka a 28 ans. Et je vous rappelle qu'il y a une époque, la mienne, où la Suisse perdait contre l'Azerbaïdjan, Chypre ou la Finlande!

On a quand même le droit de penser que les joueurs n'ont pas été bons sur les deux premiers matchs, non?
Tout le monde est passé à côté de la rencontre face à l'Italie mais si vous prenez la première mi-temps contre le Pays de Galles, c'est une très bonne équipe de Suisse. Mais encore une fois: on a tapé sur Haris Seferovic parce qu'il n'a pas converti toutes ses occasions.

Switzerland's Alexandre Rey celebrates after scoring a goal during the World Cup qualifier between Switzerland and the Faroe Islands in Basel, Switzerland, Saturday, September 4, 2004. (KEYSTONE/Steffen Schmidt)

Le Valaisan a marqué cinq buts en sélection. Image: KEYSTONE

On sent que ça touche l'ancien attaquant qui vit encore en vous.
Oui ça me touche. J'ai toujours défendu Serefovic car je sais à quel point le poste d'attaquant est ingrat. On n'est pas tous Alex Frei. Etre attaquant, c'est hyper compliqué. On attend monts et merveilles des buteurs mais c'est tellement difficile. Ces critiques, c'est ensuite le point de départ pour tous les autres reproches, comme l'hymne national. Oui, on a un hymne national qui nous donne envie de dormir, et les Italiens en ont un autre qui les emmène sur le chemin de la guerre. Voilà la différence! On fait avec ce qu'on a. Peut-être qu'il faudrait changer l'hymne pour les compétitions sportives?

Si on en revient au match de dimanche soir contre la Turquie, votre chouchou Seferovic marque sur sa première occasion. Ça vous est déjà arrivé?
Oui. Je me souviens d'un des matchs les plus catastrophiques que j'ai fait dans le jeu, eh bien j'ai peut-être touché cinq ballons de toute la partie et j'en ai mis trois au fond. C'était avec Servette, contre Young Boys, l'année du titre (1999). Il faisait un cagnard de fou. À l'inverse, il m'est arrivé dans d'autres matches de me sentir dangereux, de me créer des occasions et de ne pas marquer. Encore une fois, le rôle d'un attaquant peut être magnifique et cruel, surtout lors des matchs internationaux. Parce que c'est un combat ultime. Je vous donne un exemple: Si je jouais un match avec la Suisse contre le Pays de Galles le mercredi, j'étais presque en vacances le week-end suivant, en championnat, contre Thoune.

«Un match international, c'est un combat de tous les instants. On doit être au top niveau»

Mais qu'est-ce qui est plus dur en sélection qu'en club?
En face de vous, vous n'avez que des joueurs de classe mondiale. Heureusement qu'en Suisse, nos internationaux évoluent dans de grands championnats.

Avez-vous déjà mis votre index sur la bouche, pour faire taire les critiques, après un but. C'est ce qu'on fait Seferovic et Shaqiri contre la Turquie.
Non, jamais. Je peux comprendre leur frustration, mais ce genre de geste... Quand on est professionnel, on ne peut pas accepter les louanges, et refuser les critiques.

La double célébration 🤫

Keystone

Image: Keystone

Il paraît que les buteurs marchent à l'orgueil...
Non, ils marchent au but! Cela dit, le fait de se créer des occasions n'est pas négligeable, même si vous les loupez. Finalement, c'est le fait de ne pas avoir d'opportunités qui fait gamberger le buteur, pas celui de les manquer.

La Nati ne sait pas si elle sera qualifiée pour les 8es de finale en tant que meilleure troisième. On imagine que les prochains jours vont être longs.
Oui, c'est très étonnant comme situation. Mais je pense que les joueurs vont se préparer comme s'ils étaient qualifiés.

Plus d'articles sur le sport

Elle sourit comme Boucle d'or et toise comme Catherine Tramell

Link zum Artikel

A Tokyo, des gamines en or qui interrogent

Link zum Artikel

«Certaines arrêtent leur carrière pour ne pas devoir porter le bikini»

Link zum Artikel

Inarrêtable, ce robot entre dans l'histoire du basket

Link zum Artikel

Foirer un rencard à cause d'une balle en pleine face, c'est possible!

Link zum Artikel

Où les footballeurs de la Nati passent-ils leurs vacances?

Link zum Artikel

Mais pourquoi diable les gagnants de la NBA portent des masques de ski?

Link zum Artikel

«Si le mec m'attaque chez moi, je ne pourrai rien faire»

Link zum Artikel

Prochaine étape au FC Sion: La reconnaissance faciale

Link zum Artikel

Même en fin de piste, les stars du foot sont utiles aux clubs suisses

Link zum Artikel

«Eddy Merckx reste le plus grand»

Link zum Artikel

5 initiatives du monde sportif pour sauver la planète

Link zum Artikel

Implorer le pardon, une mode chez les footballeurs

Link zum Artikel

Le sacre de l'Italie suggère l'idée d'un début de règne

Link zum Artikel

Il n'y a jamais eu aussi peu de fautes. Les joueurs sont-ils devenus sages?

Link zum Artikel

Novak Djokovic: «Je suis le meilleur»

Link zum Artikel

L'Euro a puni les égoïstes, sa finale les rendra ringards

présenté parMarkenlogo
Link zum Artikel

«Face à Jordi Alba, Chiellini a été très intelligent»

Link zum Artikel

Pas retenu pour les JO, un Vaudois crie à l'injustice

Link zum Artikel

Antognoni est formel: «L'Italie ne joue pas comme d'habitude»

Link zum Artikel

Le tiki-taka, onomatopée encore au top

Link zum Artikel

«Les foules de supporters sont essentiellement positives»

Link zum Artikel

Est-ce qu’un attaquant qui ne touche aucun ballon a l’impression de faire de la course à pied?

Link zum Artikel

«Sur un match, tout est possible», vraiment?

Link zum Artikel

Pourquoi taille-t-on autant de costards à Vladimir Petkovic?

Link zum Artikel

Carton rouge sur Freuler: «Je trouve la décision très sévère»

Link zum Artikel

François Moubandje après Suisse-Espagne: «J'ai envie de pleurer»

Link zum Artikel

L'Espagne a retrouvé son jeu et sa joie. Elle rappelle quelqu'un

Link zum Artikel

Pourquoi glisse-t-on aussi souvent sur le gazon maudit de Wimbledon?

Link zum Artikel

Quelle image culte de ce France-Suisse garderez-vous en mémoire?

Link zum Artikel

Mbappé le surdoué pourra-t-il se relever de son cuisant échec?

Link zum Artikel

Les Français sont certains de nous mettre une raclée

Link zum Artikel

Quand la France était nulle et se chamaillait en Suisse

Link zum Artikel

5 bonnes raisons de rester sans voix devant les hymnes nationaux

Link zum Artikel

Johan Djourou: «Je me suis presque demandé pourquoi tu vis»

Link zum Artikel

Mais d’où vient cet amour irrationnel des Portugais pour leur équipe?

Link zum Artikel

Le débat s'envenime: Djokovic est-il le plus grand?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le Pays de Galles doute encore de sa tactique, mais pas de ses hommes

Le premier adversaire de la Suisse à l'Euro (samedi à 15h) est une équipe douée collectivement et menée de main de maître par un sélectionneur «ferme mais juste». Présentation.

Ils vont pénétrer sur la pelouse les veines gonflées d'orgueil et glorifiant leurs ancêtres, ces «braves guerriers, si nobles et si vaillants, qui versèrent leur sang pour la liberté» (hymne gallois). Puis le match va débuter et on saura très vite si ces footballeurs qui ont un dragon sur leur maillot sont aussi redoutables qu'ils en ont l'air.

Ce Suisse-Pays de Galles est, paraît-il, le match le plus facile qui attend les Helvètes dans le tournoi, et c'est vrai; mais uniquement parce que …

Lire l’article
Link zum Artikel