International
Analyse

La gauche française prête à tout pour sauver sa peau

La gauche française est prête à tout pour sauver sa peau: Glücksmann et Mélenchon.
Ils ne s'aiment pas: Jean-Luc Mélenchon à gauche et Raphaël Glucksmann.Image: imago/watson
Analyse

Rongée par des haines, la gauche française doit sauver sa peau

C'est avec l'obligation de surmonter ses divisions et haines internes que la gauche française se lance à l'assaut de l'Assemblée nationale et de l'extrême droite RN. Raphaël Glucksmann veut dicter ses conditions à La France insoumise.
11.06.2024, 18:5012.06.2024, 09:43
Plus de «International»

C’est sous les cris de «ne nous trahissez pas!» d’une jeunesse rassemblée contre l’extrême droite lundi tard dans la soirée à Paris, que les quatre partis de gauche qui siégeaient il y a peu encore à l’Assemblée nationale ont annoncé un accord électoral. Selon lequel chacune des formations contractantes – Insoumis, socialistes, écologistes et communistes – s’engage à ne présenter qu’un candidat commun par circonscription aux législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet.

Seul moyen, pour une gauche qui a beaucoup perdu de ses forces en quinze ans, de s’assurer d’une députation qui ne soit pas riquiqui à la Chambre basse. Partir en ordre dispersé serait risquer de ne pas atteindre le quorum de 12,5% des inscrits nécessaires au premier tour pour pouvoir concourir au second.

Combattre le «fascisme»... avec des «antisémites»?

Mais il y a un problème. Pour la gauche sociale-démocrate incarnée par Raphaël Glucksmann, dont la liste Place publique est arrivée première des formations progressistes dimanche aux européennes, combattre le «fascisme» du Rassemblement national avec des éléments «antisémites», n’est tout simplement pas envisageable.

Jean-Luc Mélenchon et une partie de ses lieutenants sont ici visés. Depuis plusieurs années, le chef de file des Insoumis multiplie les allusions antisémites. Celles-ci par exemple: «Corbyn (réd: l’ancien leader travailliste britannique) a perdu les élections à cause du grand-rabbin d’Angleterre», «Jésus tué par ses compatriotes». Il y en a bien d'autres.

Qu’on ait considéré, à LFI, au lendemain du massacre du 7 octobre, le Hamas comme un «mouvement de résistance», a contribué à faire voler en éclats la NUPES, la Nouvelle Union populaire écologique et sociale, l'alliance de gauche créée pour les législatives de 2022. Dimanche 9 juin, un jour avant que les quatre partis de gauche ne scellent leur accord électoral, une foule rassemblée place de la République à Paris scandait:

«Israël assassin, Glucksmann complice!»

Pour la gauche sociale-démocrate, que tout ou presque oppose aux Insoumis, notamment des haines, le Parti socialiste, en se joignant à LFI pour la signature de cet accord, a «trahi». «Front populaire», le nom pris par cette alliance électorale censée relancer la NUPES, ajoute au dégoût que ressentent certains. Tel l’avocat Patrick Klugman, un ancien président de l’Union des étudiants juifs de France, qui refuse qu’on associe le souvenir de Léon Blum, juif, président du gouvernement de Front populaire de 1936, au parti de Jean-Luc Mélenchon.

Quant à Raphaël Glucksmann, soutenu par le PS aux européennes, à moins que ce ne soit le PS qui lui doive beaucoup dans l'affaire, il a déclaré mardi qu’il refusait un front populaire «aux conditions de LFI». Il écrit sur ses réseaux:

«L'union ne peut pas se faire au prix du renoncement aux principes et nous avons posé des points clairs»
Raphaël Glucksmann

Les voici: «Le soutien à la construction européenne, l'aide militaire à la résistance ukrainienne, la suppression de la réforme des retraites et de l'assurance chômage, l'accélération de la transition écologique, le refus de la brutalisation du débat public». Glucksmann aurait pu ajouter la défense de la laïcité et le refus du communautarisme.

Si les thèmes sociaux font pour l'instant l’unanimité à gauche, il n’en va pas de même de l’Europe et de l’Ukraine. Sur ces sujets, Jean-Luc Mélenchon couche sur des positions proches du Rassemblement national: favorable à un protectionnisme économique renforcé au sein de l'UE et pour des négociations de paix sans attendre avec la Russie, quand bien même l’Ukraine se trouve en position de faiblesse.

Marginaliser LFI

Raphaël Glucksmann cherche, on l'a compris, à marginaliser LFI. C’est pourquoi il a proposé que Laurent Berger, un ancien dirigeant syndical réformiste, et non pas révolutionnaire, soit nommé premier ministre si d'aventure la gauche – hypothèse en soi très improbable – gagnait les législatives anticipées. De même souhaite-t-il à présent élargir l’accord conclu lundi soir à gauche aux députés centristes du groupe LIOT (Groupe Libertés, indépendants, outre-mer et territoires).

Observation de Bruno Cautrès, chercheur au Centre de la vie politique française (CEVIPOF):

«Il y a peu de chances que Raphaël Glucksmann soit suivi sur toutes ses propositions par les signataires de l’accord électoral à gauche»
Bruno Cautrès

Olivier Faure, le flegmatique premier secrétaire du Parti socialiste, pourrait montrer des signes d'agacement, selon Bruno Cautrès:

«Il n’est pas impossible qu'Olivier Faure tape du poing sur la table pour signifier à Raphaël Glucksmann que l’accord trouvé doit être respecté. Il en va de la survie électorale de la gauche. L’honneur de la gauche, pour les militants, c’est d’être représentés à l’Assemblée nationale. Et les premières projections laissent entrevoir un groupe de gauche qui pourrait dépasser en nombre celui de la majorité présidentielle sortante.»
Bruno Cautrès

Candidatures: le grand marchandage

Les socialistes et Raphaël Glucksmann avec eux n'ont cependant pas dit leur dernier mot, selon Bruno Cautrès. Ils rappelleront à LFI que Place publique, avec 13,83%, a fait mieux que les 9,1% de La France insoumise aux européennes.

«Le PS pourra exiger d’avoir plus de candidats que LFI dans les 426 circonscriptions aujourd’hui non occupées par les 151 sortants de la NUPES qui se représentent et dont près de la moitié sont LFI. Les candidatures seront arrêtées dimanche soir.»
Bruno Cautrès

En prononçant la dissolution de l’Assemblée nationale, Emmanuel Macron a cassé, du moins provisoirement, les plans de Raphaël Glucksmann pour une refondation de la gauche sans LFI. Pour le PS, les communistes et les écologistes, il faut à nouveau composer avec la gauche de Jean-Luc Mélenchon – celui-ci s’est mis ou a été placé, pour l’heure, en retrait des tractations en cours et de tout scénario de premier ministrable.

Raphaël Glucksmann sera-t-il tenté de partir dans la bataille avec des candidats Place publique face aux candidats uniques de la gauche? Bruno Cautrès ne le lui conseille pas, comprend-on:

«Il prendrait le grand risque de diviser les forces de gauche et puis ses candidats n’auraient pour ainsi dire aucune chance. En 2022, aucun des socialistes qui s’étaient présentés en même temps que des candidats de la NUPES n’a été élu au contraire de ces derniers.»
Bruno Cautrès
Un youtubeur ouvre un énième fast-food et c'est l'émeute
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
5 Commentaires
Votre commentaire
YouTube Link
0 / 600
5
Jeff Bezos peut déféquer dans sa cuisine grâce à l'ingéniosité suisse
Le deuxième homme le plus riche du monde possède désormais, en plus de ses deux jets d'affaires de luxe, un avion de fabrication suisse. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il est différent des autres.

Selon JetSpy, le service de suivi en ligne des jets privés, le fondateur d'Amazon Jeff Bezos possède depuis peu un engin suisse en plus de ses deux Gulfstream G650ER (un modèle d'avion très apprécié pour les jets d'affaires et privés): un Pilatus PC-24.

L’article