DE | FR

Joe Biden plus proche de Trump que d'Obama sur les mines

Contrairement à ce qu’il avait laissé entendre pendant sa campagne, le président américain n’a pas l’intention de rejoindre la liste des pays bannissant l’utilisation des mines antipersonnel. Pour l’instant.
07.04.2021, 11:0507.04.2021, 11:30
Suivez-moi

«La Convention sur l'interdiction des mines antipersonnel est l'un des traités sur les armes les plus largement acceptés de tous les temps», écrivait la Croix Rouge l’année dernière. Pourtant, la première puissance mondiale ne fait pas partie des signataires et cela a peu de chances de changer sous l’ère Biden, selon les constatations du New York Times.

Où en est-on?
La Convention d’Ottawa, signée en 1997 et effective depuis 1999, a été ratifiée par 164 pays jusqu’ici. Les Etats-Unis, mais également la Chine, l’Inde, la Russie, la Corée du Nord, la Corée du Sud l’Iran et le Pakistan ont refusé.

En 2014, Barack Obama avait signé des directives destinées à limiter l’utilisation persistante de ces mines, qui représentent une catastrophe humanitaire puisqu’elles peuvent nuire à n’importe qui, ami ou ennemi, qui marcherait dessus. Les Etats-Unis s’approchaient alors d’une signature. Espoirs balayés par Donald Trump en 2020.

Contrairement à ce qu’il avait dit pendant sa campagne, le président américain Joe Biden va conserver la politique de son prédécesseur, Donald Trump, concernant les mines antipersonnelles. Le Département de la Défense l’a annoncé mardi, jugeant ces armes comme un «outil vital de la guerre conventionnelle», que les militaires «ne peuvent pas négliger, en particulier lorsqu'ils sont confrontés à des forces ennemies importantes et potentiellement écrasantes dans les premières phases du combat». Peu après ces déclarations, qui n’ont pas franchement ravi les organisations de protection des droits humains, l’attaché de presse du Pentagone a reconnu que ces informations étaient «fiables et factuelles», mais que la politique au sujet des mines étaient actuellement en cours d’évaluation.

Ce n’est pas la première fois que Joe Biden écorne l’image du «gentil papi» que lui prête volontiers l’opinion publique. En effet, en février dernier, l’Atlantic Council écrivait, à propos de la stratégie du futur président en Syrie: «L'administration Biden, qui entre en fonction exactement deux semaines après une insurrection armée, est clairement et correctement fixée sur la pandémie et ses conséquences économiques. Il est physiquement impossible de faire de la Syrie une quelconque priorité opérationnelle.»

Quelques semaines plus tard, les Etats-Unis bombardaient des milices iraniennes en Syrie. Ce qui fut la toute première action militaire du 46e président américain.

Après un sujet tel sujet, voici des chats moches...

1 / 13
Après un sujet compliqué, voici des chats moches...
source: imgur
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'articles «International»

50°C à l'ombre au Canada, la faute à un «dôme de chaleur». Explications

Link zum Artikel

Détournés, abattus, sabotés, les avions sont de vraies armes politiques

Link zum Artikel

Non-vacciné? Préparez vos narines pour visiter la France cet été

Link zum Artikel

L'Italie a-t-elle un (gros) problème avec ses infrastructures?

Link zum Artikel

Israël se sent menacé par le variant Delta

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
L'Otan envoie avions et bateaux en Europe de l'Est pour contrer la Russie
Plusieurs pays de l'Otan ont envoyé des troupes à l'Est de l'Europe face aux activités militaires de la Russie.

Les pays de l'Otan ont placé des forces en attente et envoyé des navires et des avions de combat pour renforcer leur défense en Europe de l'Est. Cela, face aux activités militaires de la Russie aux frontières de l'Ukraine, a annoncé lundi l'Alliance dans un communiqué.

L’article