DE | FR

Vous avez passé une année 2021 pourrie? C'est rien à côté de celle de Facebook

Facebook pourrait bien avoir vécu la pire année de son histoire. Petit retour sur cette annus horribilis qui restera probablement dans les annales.
31.12.2021, 11:4031.12.2021, 16:02
Suivez-moi

Si vous estimez que vous avez passé une année catastrophique, mettez-vous deux minutes dans la peau du PDG de Facebook, Mark Zuckerberg: vous verrez, vous vous sentirez tout de suite mieux.

Entre pressions politiques, lanceurs d'alerte, pannes, accusations en tous genres et autres déplaisirs, voici une rétrospective du meilleur des pires moments vécus par le réseau social en 2021.

L'assaut sur le Capitole

La prise du Capitole, le 6 janvier 2021.
La prise du Capitole, le 6 janvier 2021.Image: sda

Les premiers jours de janvier ont donné le ton pour l'année du géant bleu: après l'assaut sur le Capitole du 6 janvier, il fait face à plusieurs allégations selon lesquelles l'insurrection meurtrière aurait été planifiée sur sa plateforme.

Le tollé est tel que Mark Zuckerberg est convoqué devant le Congrès américain pour répondre du rôle joué par Facebook dans l'attaque.

D'abord bien décidé à ne pas prendre de mesures contre Donald Trump, Zuckerberg est finalement obligé de rétro-pédaler et bannit l'ancien président américain de son réseau social. En fin de compte, la suspension de Trump est même prolongée de deux ans.

Des chamailleries avec Apple

En avril, le fabricant de l'Iphone a lancé un nouveau système de notification permettant d'alerter les utilisateurs lorsque Facebook suit leurs habitudes de navigation. Une mise à jour qui leur permettrait prétendument de garder un certain contrôle sur leur vie privée.

Facebook a évidemment vivement réagi, ce qui n'a pas empêché Apple de poursuivre ses efforts: la marque promet d'ailleurs des changements supplémentaires en 2022.

Frances Haugen lance l'alerte

Frances Haugen lors de son audition par le Sénat américain.
Frances Haugen lors de son audition par le Sénat américain.Image: sda

Cette femme est à l'origine du plus grand scandale auquel a dû faire face Facebook depuis son invention: Frances Haugen. Pour rappel, cette ex-employée mutée en lanceuse d'alerte a divulgué des documents internes révélant que l'entreprise a toujours été au courant des effets néfastes de sa plateforme sur les utilisateurs et la société.

Ces révélations ne sont pas restées sans conséquences politiques: le Congrès américain a promis de légiférer sur la question et a déjà rédigé une poignée de nouveaux projets de loi, afin de limiter quelque peu le pouvoir du réseau social.

Sans compter les autres lanceurs d'alerte

Frances Haugen n'est pas la seule lanceuse d'alerte à rentrer dans le lard de la plateforme. En avril, Sophie Zhang, ancien data scientist dans l'entreprise, a révélé comment la société a permis à des dirigeants mondiaux et à des politiciens d'utiliser sa plateforme pour tromper le public ou harceler des opposants.

En octobre, c'est à un ex-membre de l’équipe d’intégrité civique de la boîte de dénoncer la manière dont Facebook fait passer les profits avant les enjeux humains.

Une série de pannes

Ah, celle-là, on ne risque pas de l'oublier: lundi 4 octobre 2021, des milliards d’utilisateurs ont été impactés par une panne historique sur Facebook, WhatsApp, Instagram et autres services affiliés au groupe.

Historique au point qu'il existe même une page Wikipédia consacrée à l'évènement. Ce pépin de six heures coûtera quand même à Zuckerberg quelque six milliards de dollars: en effet, ce jour-là, le cours de l'action Facebook a chuté de 4,9%.

Comme un malheur n'arrive jamais seul, cette panne est suivie d'une seconde le 8 octobre. Certes, de moindre ampleur, mais les problèmes techniques ont quand même duré quelques heures et impacté plusieurs milliers d'utilisateurs.

Et étant donné que l'adage veut que «jamais deux sans trois», un blackout a touché Snapchat le 13 octobre. La panne a duré plusieurs heures.

Serrage de vis par le gouvernement américain et autres déboires judiciaires

Mark Zuckerberg témoignant devant le Congrès américain en avril.
Mark Zuckerberg témoignant devant le Congrès américain en avril.

Et d'autres menaces pèsent sur le réseau social après cette année infernale. En février, Mark Zuckerberg est convoqué devant le Congrès américain pour rendre compte de la désinformation sur son site, notamment au sujet des vaccins. Cet été, l'administration Biden a adopté une ligne plus dure à l'égard de l'entreprise.

Et il ne s'agit là que quelques-uns des innombrables soucis judiciaires que s'est coltiné le géant bleu cette année. Le dernier en date: une plainte déposée en décembre par des réfugiés rohingyas. Ils réclament 150 milliards de dollars d'indemnités pour avoir laissé se propager des messages de haine.

Un changement de nom qui ne convainc pas grand monde

Après cette année quelque peu compliquée, l'entreprise a quand même voulu aller de l'avant et s'est choisi un nouveau nom: Meta. Une référence au métavers, cette dimension plus ou moins parallèle qu'elle présente comme le successeur de l’internet mobile.

Malheureusement, passé la surprise, le changement a surtout été accueilli avec une bonne dose de scepticisme et de dérision.

Et pour clore le tout dans la joie et la bonne humeur, Facebook vient tout juste de rafler le prix de la pire entreprise de l'année, selon un sondage réalisé par Yahoo Finance.

Bref, après ces douze mois, on ne saurait trop quoi souhaiter à Mark Zuckerberg: une bonne année 2022 ou un déménagement rapide et sans retour dans le métavers.

On peut aussi tenter de consoler Zuckerberg avec quelques-uns des pires cadeaux reçus à Noël...

Facebook vous fascine? Voici tout à son sujet...

Facebook ne scannera plus vos visages... pour l'instant

Link zum Artikel

Pourquoi la fin de Facebook pourrait arriver plus vite que prévu

Link zum Artikel

La lanceuse d'alerte de Facebook veut que Zuckerberg démissionne

Link zum Artikel

Zuckerberg répond à ses détracteurs sur Facebook

Link zum Artikel

Sophie Zhang, lanceuse d'alerte Facebook: «J'ai du sang sur les mains»

Link zum Artikel

Un lanceur d'alerte accuse Facebook de saper la lutte contre la désinformation

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
Les jobs qui ne servent à rien n'ont pas disparu. A qui profitent-ils?
Si l'efficacité des employés était le maître-mot du marché, les jobs inutiles devraient disparaître, non? Eh bien... non. Voici en quoi – et à qui – ils sont utiles.

Le concept de «bullshit job» a été rendu célèbre au début des années 2010 par David Graeber, un anthropologue étasunien. Il a connu un succès immédiat parce qu'il permet d'appréhender une réalité que des millions de personnes affrontent tous les jours. Le reporting inutile et dévoreur de temps, les indicateurs de performance absurdes sur lesquels tout le monde triche, les visions prétendument stratégiques, mais vides de sens; ces symptômes sont endémiques de nombreux quartiers d'affaires, mais pas uniquement:

L’article