DE | FR
People

Alec Baldwin affirme qu'il «n'a pas pressé sur la détente»

Alec Baldwin, à gauche, avec le présentateur américain George Stephanopoulos. L'interview d'une heure sur la fusillade mortelle qui a eu lieu sur le tournage du film de Baldwin, «Rust», sera diffusée jeudi.
Alec Baldwin, à gauche, avec le présentateur américain George Stephanopoulos. L'interview d'une heure sur la fusillade mortelle qui a eu lieu sur le tournage du film de Baldwin, «Rust», sera diffusée jeudi.Image: sda
Le drame qui s'est passé sur le plateau du film Rust suscite toutes sortes d'hypothèses. L'acteur racontera sa version des faits pour la première fois à la télévision américaine ce jeudi.
02.12.2021, 04:5702.12.2021, 06:31

Alec Baldwin assure ne pas avoir pressé la détente du revolver qu'il avait en main, lorsqu'une cinéaste a été mortellement blessée par balle sur le tournage de «Rust». «Jamais je ne pointerais une arme sur quelqu'un en pressant la détente. Jamais», a ajouté l'acteur.

«La détente n'a pas été pressée... Je n'ai pas pressé la détente»

C'est ce qu'affirme Alec Baldwin dans un extrait rendu public mercredi de sa première interview formelle depuis le drame du 21 octobre. L'intégralité de l'entretien va être diffusée jeudi soir par la chaîne américaine ABC.

L'extrait de l'interview exclusive:

«Aucune idée»

Au cours de cet entretien, Alec Baldwin ajoute n'avoir «aucune idée» de la façon dont une munition réelle a pu se trouver sur le plateau du film. Il ne donne pas plus de détails permettant d'expliquer comment le revolver a pu se déclencher et tirer la balle mortelle.

L'arme en question était censée ne contenir que des balles factices. A la question de savoir comme une munition réelle a pu se trouver dans le barillet du revolver, Alec Baldwin répond:

«Je n'en ai aucune idée. Quelqu'un a mis une balle réelle dans une arme. Une balle qui n'était même pas censée se trouver sur place.»

Pas de poursuites pour l'instant

L'enquête de police se poursuit. Si aucune arrestation n'a eu lieu, des poursuites pénales ne sont pas exclues au cas où des responsabilités seraient établies, ont souligné les services du procureur de Santa Fe, au Nouveau-Mexique, où était tourné le western.

Mardi, les enquêteurs ont fait état de possibles pistes pouvant expliquer la présence de ces munitions réelles, formellement interdites sur les tournages par les règles en vigueur dans l'industrie du cinéma aux Etats-Unis. (ats/jch)

Rien à voir, mais une société invente la cabine holographique

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les armes imprimées en 3D, la nouvelle menace qui pèse sur l'Europe
L'office européen de police (Europol) est inquiet: ces dernières années, le nombre de saisies d'armes imprimées en 3D a drastiquement augmenté en Europe. Une «menace» jugée très «présente».

«La menace posée par les armes imprimées en 3D est très présente sur le radar d'Europol», a déclaré Martin van der Meij, un haut responsable de l'office européen de police. En effet, l'office policier a constaté un «nombre croissant de ces armes à feu saisies dans le cadre d'enquêtes à travers l'Europe».

L’article