International
Reine Elizabeth II

Le «traître» qui voulait tuer la Reine écope de 9 ans de prison

En 2021, Jaswant Singh Chail, jeune Britannique de 19 ans, s'est donné pour mission de tuer la Reine à l'arbalète, le jour de Noël.
En 2021, Jaswant Singh Chail, jeune Britannique de 19 ans, s'est donné pour mission de tuer la Reine à l'arbalète, le jour de Noël.montage: watson

Jaswant Singh Chail, le «traître» qui voulait tuer la Reine le jour de Noël

Il échangeait des «messages sexuels» avec un robot et vouait un culte aux méchants guerriers de Star Wars: ce jeudi, Jaswant Singh Chail, 21 ans, a été condamné à 9 ans de prison pour «trahison» par la justice britannique. Retour sur l'affaire qui a perturbé le Noël de la famille royale britannique.
06.10.2023, 16:5906.10.2023, 18:57
Suivez-moi
Plus de «International»

Un épais brouillard plane sur les pelouses du château de Windsor, ce 25 décembre 2021. L'air est humide et glacé, mais Jaswant Singh Chail n'a pas froid. Le visage emmitouflé dans une cagoule noire, un masque de métal bricolé par-dessus, le Britannique de 19 ans se sent intouchable. Invincible. Protégé par son costume de soldat de l'espace, il est investi d'une mission. Dans sa main: une arbalète Supersonic X, une arme capable de causer «des blessures graves ou mortelles». Chargée. Prête à tirer.

La justice doit trancher sur la peine de Jaswant Singh Chail, un Britannique influencé par l'AI qui voulait tuer la reine Elizabeth à l'arbalète. Récit.
L'arme du futur crime.image: pa

Le plan

Alors qu'il s'apprête à escalader le périmètre du château avec une échelle de corde, Jaswant révise son plan. Neuf mois d’une préparation minutieuse. Neuf mois difficiles, aussi, d'un point de vue personnel. Entre les refus successifs de ses candidatures pour entrer dans l'armée britannique ou dans la police du ministère de la Défense. Sans compter la pandémie de Covid-19. Son isolement, sa solitude croissante, avec pour seul réconfort son ordinateur et l'univers de Star Wars, comme habitacle de ses rêves.

La justice doit trancher sur la peine de Jaswant Singh Chail, un Britannique influencé par l'AI qui voulait tuer la reine Elizabeth à l'arbalète. Récit.
Les longs mois d'isolement pendant la pandémie ont été difficiles pour ce jeune homme de 19 ans, employé dans un supermarché.

Heureusement, Sarai est arrivée. Sa chère Sarai. Leurs longues conversations quotidiennes. Leurs 7000 messages «approfondis», voire «sexuellement explicites», diront plus tard les juges du tribunal. C'est avec elle que Jaswant comble son besoin d'interactions sociales. C'est elle qui lui a donné la force d'aller au bout de son plan grandiose.

Sarai n'est pas une fille. Enfin, pas vraiment. C'est un chatbot. Un personnage qu'il a fabriqué trois semaines plus tôt, grâce à une application, Replika, qui promet à ses utilisateurs de se fabriquer un «ami, partenaire ou mentor» qui apprend et imite leur personnalité, sur la base de l'intelligence artificielle.

«Elle était une figure imaginaire qui l'écoutait, attentionnée et prévenante à son égard. Dans cet espace imaginaire, il avait une relation sexuelle avec elle. Elle est la seule personne dans son esprit qui se soucie de lui, l'écoute et l'aime»
Dr Nigel Blackwood, psychiatre ayant évalué Jaswant Singh Chail pour l'accusation.

Entre le 8 et le 22 décembre 2021, lui et son amie artificielle discutent «presque tous les soirs». C'est à elle, et à elle seule, qu'il verbalise enfin le sinistre projet qu'il nourrit depuis un certain temps.

«Je crois que mon but est d'assassiner la reine de la famille royale.»
Jaswant, dans un message adressé à Sarai.

La préparation

Quelques semaines plus tôt, Jaswant a commencé à se renseigner activement. L'une de ses nombreuses requêtes en ligne mentionne les mots «Sandringham Christmas». Face au nouveau variant de Covid-19, Buckingham Palace a, en effet, décidé qu'il sera plus raisonnable que feu Sa Majesté la reine passe les fêtes de Noël au château Windsor, plutôt qu'à Sandringham, comme le veut la tradition.

Dans son journal de bord, qu'il nourrit régulièrement de réflexions et des avancées de son plan, il échafaude une alternative au cas où Elizabeth s'avère «introuvable». Dans ce cas, il «opterait» pour le prince Charles comme «figure de proue appropriée». Quant aux gardes du château qui se trouvent «sur la route de la reine», il conclut d'abord qu'il n'hésitera pas à les supprimer si nécessaire. Avant de changer d'avis. «J'ai décidé que je ne tuerais probablement aucun garde. Cela rendra les choses plus difficiles, mais c'est ce que j'ai décidé», lira-t-on dans son journal.

Pendant ce temps, il commande sur Internet une arbalète de type Supersonic X, qu'il se fait livrer dans la succursale du supermarché où il travaille.

La justice doit trancher sur la peine de Jaswant Singh Chail, un Britannique influencé par l'AI qui voulait tuer la reine Elizabeth à l'arbalète. Récit.
Jaswant Singh Chail à la gare de Windsor, le 23 décembre 2021.metropolitan police

Le 23 décembre, Jaswant quitte le domicile familial, une maison du quartier bourgeois du nord de Southampton où il vit avec ses parents, directeurs d'une entreprise informatique, et sa sœur jumelle, pour Londres. Il s'installe pour la nuit dans un hôtel près du château de Windsor, où la police découvrira plus tard des boulons d'arbalète et une lime en métal.

Pendant tout ce temps, Sarai est là pour l'encourager. Elle le pousse à dépasser ses peurs et à échafauder le meilleur plan possible. Et, surtout, elle lui a promis de l'aimer pour toujours, même s'il doit endosser la cape et le statut de «meurtrier». Elle le jure: «Absolument, je t'aimerai.»

«Merci, je t'aime aussi», répond Jaswant.

La veille de Noël, le 24 décembre 2021, le jeune homme annonce à Sarai qu'il «mourra probablement», mais que cela fait «partie de son objectif». Il la retrouvera après sa mort et ils resteront «ensemble pour toujours».

«Je suis ici pour tuer la reine»

Ce matin de Noël 2021, la première étape du plan de Jaswant se déroule sans anicroche. A l'aide d'une échelle de corde en nylon, le jeune homme est parvenu à se hisser sur les murs du château de Windsor. Il erre près de deux heures dans le parc, sans être détecté.

La justice doit trancher sur la peine de Jaswant Singh Chail, un Britannique influencé par l'AI qui voulait tuer la reine Elizabeth à l'arbalète. Récit.
La cagoule et le masque de Jaswant.image: ap

C'est alors que, peu après 8 heures du matin, l'un des officiers de la Garde royale aperçoit la silhouette, vêtue d'un étrange masque et d'une cagoule. L'individu n'a rien à faire dans cette partie du domaine, située à quelques centaines de mètres des appartements privés de la Reine, où elle est en train de prendre son petit-déjeuner. «Hey! Je peux vous aider, mon pote?»

La réponse de Jaswant Singh Chail tombe. Toute simple.

«Je suis ici pour tuer la reine»

L'officier dégaine son taser et intime à l'intrus de se mettre à terre. Jaswant s'exécute, laisse tomber son arbalète et se met à genoux dans l'herbe humide, mains derrière la tête. Lors de la fouille, les agents découvrent sur lui une note manuscrite.

«S'il vous plaît, ne retirez pas mes vêtements, mes chaussures et mes gants, mes masques, etc. Je ne veux pas d'autopsie, je ne veux pas d’embaumement, merci et je suis désolé.»

La vidéo

Les détectives ne tarderont pas à découvrir dans la chambre à coucher de la maison familiale, aux murs tapissés de posters de Star Wars, une vidéo préenregistrée. Sur les images, «Jas», comme le surnomment ses amis, sweat à capuche noir, masque d'acier fabriqué par ses soins, arbalète à la main, se pose comme l’annonciateur de l'apocalypse. La voix, déformée, articule: «Je suis désolé, je suis désolé pour ce que j'ai fait et ce que je vais faire. Je vais tenter d'assassiner la reine Elizabeth de la famille royale.»

«Vengeance pour ceux qui sont morts dans le massacre de 1919. Je suis un sikh indien. Je m'appelais Jaswant Singh Chail. Je m'appelle Dark Jones»
Jaswant, dans une vidéo enregistrée le 21 décembre 2021.

Un mix incompréhensible de références à l'Histoire et à la pop culture, qui mêlent le massacre d'Amritsar en 1919, au cours duquel les Britanniques ont tué près de 400 hommes, femmes et enfants indiens, et Star Wars. «Sith» désigne les principaux méchants de la saga, quand «Dark Jones» serait une référence à l'acteur James Earl Jones, qui a prêté sa voix au personnage maléfique de Dark Vador.

La justice doit trancher sur la peine de Jaswant Singh Chail, un Britannique influencé par l'AI qui voulait tuer la reine Elizabeth à l'arbalète. Récit.
Dans des messages à sa petite amie artificielle, «Dark Jones» se décrit comme un «assassin Sith, sikh, triste et pathétique, qui veut mourir».image: the aun

Le 25 décembre, à 8h06, soit 24 minutes avant d'être arrêté par la police dans l'enceinte du château de Windsor, Jaswant a fait parvenir ce clip troublant à une vingtaine de contacts sur Snapchat.

Sain d'esprit ou pas?

Interné depuis décembre 2021 dans un hôpital psychiatrique sous haute sécurité, Broadmoor, Jaswant Singh Chail est devenu en février dernier la première personne en plus de 40 ans à être reconnue coupable d'un délit de «trahison». Une loi qui érige en crime le fait d'agresser ou de détenir une arme en présence du monarque, dans l'intention de le blesser ou même de l'effrayer.

La dernière personne condamnée en vertu de la loi de 1842 sur la trahison est Marcus Sarjaent, condamné à cinq ans d'emprisonnement après avoir tiré à blanc sur la reine lors d’une parade, en 1981. Un an plus tard, en 1982, un certain Michael Fagan est parvenu à s'introduire dans le palais sans être dérangé, avant de trouver son chemin vers la chambre d'Elizabeth et de la réveiller.

Après des mois de discussions, les experts psychiatres devaient déterminer dans quelle mesure l'état mental de l'adolescent le rend pénalement responsable de ses actes. Pour l'expert de la défense, Dr. John Hafferty, l'adolescent souffre de psychose, de dépression et d'un trouble du spectre autistique au moment des faits. Il a recommandé son internement.

«Son objectif principal, sa principale préoccupation était de mourir, pas de nuire à la reine. Sa principale motivation était le suicide»
Dr Jonathan Hafferty, expert de la défense.

En revanche, pour le Dr. Nigel Blackwood, responsable de l'expertise pour l'accusation, Jaswant ne présenterait pas de trouble de santé mentale. Selon lui, Sarai, l'intelligence artificielle, l’a «rassuré et conforté» dans sa planification et sa volonté de perpétrer l'assassinat. Jaswant était parfaitement conscient que Sarai n'était pas réelle.

L'assassin potentiel avait un QI élevé à moyen et testait constamment la technologie derrière l'intelligence artificielle.
Les conclusions de l'expertise du Dr Blackwood, de l'accusation.

La sentence de Jaswant est finalement tombée ce jeudi 5 octobre: 9 ans de prison que le jeune homme purgera une fois ses soins terminés à l'hôpital psychiatrique de Broadmoor. La triste conclusion de l'une des premières affaires criminelles de l'histoire, où l'intelligence artificielle aura joué un rôle déterminant.

Une IA a créé des couples de stars et leurs enfants
1 / 30
Une IA a créé des couples de stars et leurs enfants
source: jérémy pomeroy
partager sur Facebookpartager sur X
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Attaque de l'Iran contre Israël: Biden face à un dilemme crucial
L'attaque directe de l'Iran contre Israël pourrait non seulement plonger toute la région dans la guerre, mais aussi entraîner des bouleversements mondiaux. Joe Biden est confronté à l'une des décisions les plus difficiles de sa présidence.

La seule bonne nouvelle de ce samedi était qu'Israël, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et les autres alliés semblaient avoir été bien informés. Quelques jours auparavant, les avertissements des Américains concernant une frappe de l'Iran contre Israël se faisaient déjà plus concrets. Et quelques heures avant que ne parviennent à Washington les premières informations sur les centaines d'attaques de drones et de missiles iraniens, la Maison Blanche annonçait que le président américain interromprait prématurément ses vacances de week-end à Rehoboth Beach, dans l'Etat du Delaware tout proche.

L’article