International
Russie

Evan Gershkovich est accusé d'espionnage: son procès débute

Poutine voudrait échanger ce journaliste contre un tueur à gage

A Ekaterinbourg, loin de Moscou, le journaliste américain Evan Gershkovich est jugé pour espionnage présumé. Un verdict de culpabilité est considéré comme certain, mais pourrait le rapprocher de la liberté.
27.06.2024, 18:47
Inna Hartwich, Moscou / ch media
Plus de «International»

Le crâne rasé, les bras croisés, un bref sourire s'affiche sur son visage. C'est ainsi qu'Evan Gershkovich se tient, mercredi matin, dans un box en verre du tribunal régional de Sverdlovsk à Ekaterinbourg, à environ 1800 kilomètres à l'est de Moscou.

Ekaterinbourg est la quatrième plus grande ville de Russie.
Ekaterinbourg est la quatrième plus grande ville de Russie.

Le correspondant de 32 ans ne peut rien dire, on n'entend que le cliquetis des appareils photo. Les huissiers n'accordent que quelques minutes à quelques photographes et cameramen pour filmer le journaliste qui a été amené ici depuis Moscou. La courte séance se déroule à huis clos.

A Ekaterinbourg, loin de Moscou, le journaliste américain Evan Gershkovich est jugé pour espionnage présumé.
Le voici dans la salle du tribunal d'Ekaterinbourg.Image: www.imago-images.de

Ce sont peut-être les dernières images de l'Américain emprisonné pour le moment. Détenu par un système aussi absurde qu'inhumain, parce que l'homme faisait son travail, un «excellent travail», comme l'a écrit dans une lettre avant le procès la rédactrice en chef du Wall Street Journal, pour lequel Gershkovich travaillait depuis janvier 2022. Parler de procès est injuste pour Evan, a poursuivi Emma Tucker.

Ce qui se joue dans la mégapole de l'Oural est en effet une farce juridique. Les services secrets russes (FSB), qui ont enlevé Gershkovich en mars 2023 dans un restaurant d'Ekaterinbourg, disent l'avoir pris en flagrant délit. L'accusation? Espionnage.

Preuves des accusations: absence de preuves

Selon le procureur général russe, Gershkovich aurait:

«Recueilli des informations secrètes sur la fabrication et la réparation de matériel militaire par l'entreprise d'armement Ouralvagonzavod pour le compte de l'agence américaine de renseignement extérieur CIA, en respectant des méthodes de conspiration minutieuses».

Pourtant, même après près de 15 mois de détention provisoire, les autorités russes n'ont présenté aucune preuve.

L'ambassadrice des États-Unis en Russie, Lynne Tracy, après une audience pour examiner un appel contre la prolongation de la détention du journaliste Evan Gershkovich.
L'ambassadrice des Etats-Unis en Russie, Lynne Tracy, après une audience pour examiner un appel contre la prolongation de la détention du journaliste Evan Gershkovich le 22 juin 2024.Image: www.imago-images.de

De toute façon, toutes les pièces justificatives resteront derrière ces murs. Même les avocats doivent signer une clause de confidentialité. Gershkovich nie toute culpabilité. Il est le premier journaliste étranger et accrédité par le ministère russe des Affaires étrangères à devoir répondre d'espionnage. Son cas est également un signe adressé à tous les correspondants étrangers encore présents en Russie. «Tout est possible», communique ainsi le régime russe.

Le journaliste est arrivé à Moscou en 2018. Il a écrit ses premiers reportages pour le journal anglophone The Moscow Times, qui paraissait dans la capitale jusqu'au début de la guerre. Il est ensuite passé à l'Agence France Press, puis au Wall Street Journal.

«Vanya», c'est ainsi que l'appellent ses amis russes et ses parents. C'est le diminutif d'Ivan. Evan sonne de la même manière, mais pas en russe, racontait Evan Gershkovich toujours un peu amusé en parlant avec des collègues.

Le verdict est toujours «coupable»

Dans les années 1970, ses parents juifs, Mikhaïl Gershkovich et Ella Milman, ont émigré d'Union soviétique vers les Etats-Unis. Les deux enfants, avec lesquels ils parlaient toujours russe, devaient avoir une meilleure situation. Ils devaient vivre en liberté, ne pas subir de répression. Aujourd'hui, leur cadet pourrait être condamné à 20 ans de colonie pénitentiaire. Aucune accusation d'espionnage n'a jamais abouti à un acquittement en Russie.

La condamnation devrait, toutefois, permettre à Gershkovich d'espérer la liberté. Le président russe Vladimir Poutine a déclaré presque ouvertement lors d'une interview avec le présentateur de la télévision américaine Tucker Carlson, en février, que les services secrets des deux parties négociaient les conditions d'un éventuel échange. Après tout, une personne qui a liquidé un «criminel» dans une capitale européenne pour des motifs patriotiques se trouve en prison dans l'un des pays alliés des Etats-Unis, avait alors déclaré le chef du Kremlin.

Il faisait sans doute référence au «tueur du Tiergarten», qui avait assassiné, en août 2019, l'ancien commandant tchétchène Zelimkhan Khangoshvili. En 2021, l'agent du FSB Vadim Krassikov a été condamné à la prison à vie à Berlin et Poutine veut le libérer. Gershkovich est ainsi devenu un pion pour le Kremlin. Le procès doit reprendre le 13 août.

(Traduit et adapté par Chiara Lecca)

Les gosses russes aiment les flingues (à blanc)
1 / 9
Les gosses russes aiment les flingues (à blanc)
Il y a l'enthousiaste...
source: ap / dmitri lovetsky
partager sur Facebookpartager sur X
C'est quoi ce mème «Hawk Tuah» qui fait rire tout l'Internet?
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Panne mondiale: le trafic aérien suisse revient à la normale
Une panne informatique à grande échelle provoque des perturbations dans plusieurs aéroports autour du monde, dont Genève et Zurich.

Retards, files d'attente, enregistrements perturbés, avions cloués au sol: c'est le chaos dans de nombreux aéroports autour du globe. En cause, une panne informatique mondiale qui frappe des systèmes du géant de la tech Microsoft.

L’article