International
Volodymyr Zelensky

Pourquoi Zelensky est en tournée européenne

Le premier ministre britannique Rishi Sunak a accueilli Volodymyr Zelensky à l'aéroport de Londres.
Le premier ministre britannique Rishi Sunak a accueilli Volodymyr Zelensky à l'aéroport de Londres.

Zelensky a une bonne raison de se lancer dans une tournée européenne

C'est son deuxième voyage à l'étranger depuis le début de la guerre: le président ukrainien est attendu au sommet européen de jeudi. Mais ce mercredi, il fait une visite surprise au Royaume-Uni. Après bientôt un an de guerre, il a une bonne raison de le faire.
08.02.2023, 11:4608.02.2023, 12:54
Remo Hess, Bruxelles / ch media
Plus de «International»

Après sa visite surprise à la Maison Blanche, le président ukrainien Volodymyr Zelensky est arrivé, mercredi, au Royaume-Uni. Une visite surprise. C'est la première fois qu'il quitte le territoire ukrainien depuis son voyage de quelques heures à Washington, le 21 décembre.

Sa visite intervient alors que le président ukrainien, attendu selon des sources européennes jeudi à Bruxelles, demande un renforcement et une accélération de l'aide militaire occidentale.

👉 Suivez les derniers développements de la guerre en Ukraine dans notre direct 👈

Zelensky participera jeudi au sommet des 27 chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE ainsi qu'à une session spéciale du Parlement européen. Ce serait un grand coup et cela donnerait une toute nouvelle dynamique au sommet de l'UE.

Que veut Zelensky?

L'homme de 45 ans s'est rendu aux Etats-Unis en décembre pour tenter de convaincre le Congrès de financer les livraisons d'armes. A Bruxelles, outre de nouvelles aides financières et militaires, le renforcement de l'unité politique serait au premier plan.

Ukraine's President Volodymyr Zelensky meets with US President Joe Biden in the Oval Office of the White House, in Washington, DC on December 21, 2022. Zelensky is in Washington to meet with US P ...
Zelensky et Biden, en décembre dernier.Image: AFP

Il poursuit une mission semblable au Royaume-Uni. «Les dirigeants discuteront d'une approche à deux volets du soutien britannique à l'Ukraine, en commençant par une augmentation immédiate des livraisons d'équipements militaires pour aider à contrer l'offensive de printemps de la Russie, et en le renforçant par un soutien à long terme», a expliqué Downing Street.

Rishi Sunak avait rendu visite à Volodymyr Zelensky en novembre dernier.
Rishi Sunak avait rendu visite à Volodymyr Zelensky en novembre dernier.Image: sda

Rishi Sunak compte également, est-il précisé, «proposer de renforcer l'offre de formation du Royaume-Uni pour les troupes ukrainiennes, notamment en l'étendant aux pilotes d'avions de chasse afin de garantir que l'Ukraine puisse défendre son espace aérien à l'avenir». Il a ajouté:

«Cette formation permettra aux pilotes d'être en mesure de piloter des avions de combat sophistiqués répondant aux normes de l'Otan.»

Eviter la lassitude

Peu avant la grande offensive attendue des forces armées russes, une certaine lassitude à l'égard de la guerre menace, en effet, de s'installer dans certaines capitales européennes. L'envie de nouvelles sanctions est limitée, comme Zelensky l'a lui-même constaté la semaine dernière.

Et même si une avancée rapide serait très symbolique pour les Ukrainiens, on ne veut pas se précipiter dans le processus d'adhésion à l'UE. Une rencontre personnelle avec Zelensky, président de guerre depuis un an, pourrait peut-être déclencher une impulsion supplémentaire chez l'un ou l'autre membre des autorités européennes.

Des craintes à Bruxelles

La question de savoir si le président ukrainien se rendra réellement à Bruxelles, jeudi, doit, toutefois, rester ouverte jusqu'à la fin. Un porte-parole du président du Conseil de l'UE, Charles Michel, confirme qu'une invitation a été lancée. Il n'a, toutefois, pas voulu donner plus de détails «pour des raisons de sécurité».

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky (C), la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, le 2 février dernier.
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky (C), la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, le 2 février dernier.Image: sda

Au Parlement européen, d'où les rumeurs ont été lancées en premier, on est également resté muet. Il semble que l'on craigne que Zelensky annule son voyage à la dernière minute s'il perd la confiance nécessaire pour garantir sa sécurité.

En effet, depuis le début de la guerre, le président ukrainien est constamment dans le collimateur des forces spéciales russes et a de bonnes raisons de craindre pour sa vie. Il aurait déjà échappé à plusieurs tentatives d'assassinat. Bien que les services de sécurité belges gèrent de manière routinière les sommets et même les visites des présidents américains, un risque résiduel ne peut jamais être exclu.

Une première alerte

Lundi soir, peu après que la nouvelle de la visite de Zelensky se soit répandue, on a pu constater que quelque chose pouvait aussi se passer dans le quartier de l'UE. Pendant plusieurs heures, un hélicoptère de la police a tourné au-dessus du quartier européen, des policiers cagoulés et armés de mitraillettes ont bloqué plusieurs rues.

La raison: des hommes armés étaient soupçonnés de s'être retranchés dans un bâtiment. Il s'est avéré par la suite qu'il s'agissait d'un incident dans un milieu présumé criminel. Lors d'une vente de montres de luxe qui a mal tourné dans un parking souterrain, une arme à feu a été utilisée. Tard dans la soirée de lundi, la police a pu arrêter deux personnes soupçonnées d'avoir commis l'infraction. (jah avec ats)

Les ravages de la guerre à Marioupol vus du ciel
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Corruption en Russie: tous les regards se tournent vers cet homme
Le vice-ministre russe de la Défense Timour Ivanov a été placé en détention préventive pour avoir accepté des pots-de-vin. Un phénomène répandu, qui vaut rarement d'être arrêté. Pourquoi est-il une exception? Explications.

En pleine guerre contre l'Ukraine, le ministère russe de la Défense doit faire face à une affaire de corruption dans sa propre équipe. Le vice-ministre de la Défense, Timour Ivanov, est soupçonné d'avoir accepté des pots-de-vin, a annoncé, mardi soir, le comité d'enquête russe sur Telegram.

L’article