Sport
Athlétisme

Saut en longueur: une révolution «débile» bouleverse ce sport

6 AUG 1992: MIKE POWELL OF THE UNITED STATES SAILS THROUGH THE AIR AS HE ATTEMPTS A JUMP DURING THE MENS LONG JUMP COMPETITION AT THE 1992 BARCELONA OLYMPICS. POWELL WON THE SILVER MEDAL WITH A JUMP O ...
Mike Powell, ici aux Jeux de Barcelone, détient le record du monde de saut en longueur (8m95) depuis 1991. Getty Images Europe

Une révolution «débile» bouleverse le saut en longueur

World Athletics réfléchit à un changement majeur pour 2026. De nombreux athlètes sont outrés et craignent de voir leur discipline transformée pour le pire.
26.02.2024, 07:39
Suivez-moi
Plus de «Sport»

À la recherche d'une audience plus large et rajeunie, de nombreux sports tentent d'évoluer en réfléchissant à des changements de format et/ou de règles. En tennis, un chronomètre est apparu pour presser les joueurs au service, et tandis qu'en cyclisme, on songe à des Grands Tours de deux semaines (au lieu de trois), on apprenait l'an dernier que les jeunes n'ont plus la patience de rester 90 minutes devant un match.

Pour garder ses spectateurs, et idéalement en séduire de nouveaux, chaque discipline a ses idées mais toutes ont une marge de manoeuvre limitée: les puristes veillent en effet à ce que l'esprit de leur sport ne soit pas sacrifié sur l'autel de l'intérêt général. Et en saut en longueur cette semaine, il semble qu'une limite a été franchie.

C'est du moins le sentiment de nombreuses stars du circuit mondial. Celles-ci dénoncent la dernière trouvaille de World Athletics pour dynamiser leur sport préféré.

Pour comprendre comment ce qui ressemble à un conflit d'intérêts entre organisateurs et participants a éclaté, il faut remonter aux Mondiaux de Budapest l'an dernier. Lors de cette édition, 32,1% des 240 sauts exécutés ont été invalidés car l'athlète avait mordu (cela signifie qu'il a dépassé l'extrémité de la planche d'appel lors de son impulsion).

Simon Ehammer of Switzerland competes for the men's long jump final during the IAAF World Athletics Championships, at the Hayward Field stadium, in Eugene, United States, Saturday, July 16, 2022. ...
On distingue clairement, au bout de la piste d'élan, la planche d'appel (en blanc) après laquelle les athlètes ne peuvent plus prendre leur impulsion, sous peine de voir leur saut invalidé.Image: KEYSTONE

Or trop de «mordus» nuit au spectacle, estime l'instance faîtière de l'athlétisme. D'abord parce que certaines envolées magnifiques sont purement et simplement annulées, ensuite parce que les temps morts se multiplient. Et ce n'est pas tout: au saut en longueur, le record du monde masculin date de 33 ans (Mike Powell et ses 8m95) et celui des femmes depuis 36 (Galina Cistjakova et ses 7m52). D'où cette question, formulée par La Repubblica dans son édition de jeudi:

«Que faire? Admettre officiellement la médiocrité des athlètes d'aujourd'hui et la supériorité de ceux d'hier, ou changer de format?»

Le directeur général de World Athletics, Jon Ridgeon, opte pour la seconde option. Il songe ainsi à remplacer la «planche d'appel» par une «zone d'appel» bien plus grande, à l'intérieur de laquelle tous les sauts seraient validés. «Nous mesurerons depuis l'endroit où l'athlète décolle jusqu'à l'endroit où il atterrit dans le bac à sable. Cela donnera plus de suspense à la compétition», a-t-il dit dans le podcast «Anything But Footy».

Sur le graphique ci-dessus, on voit la mesure telle qu'elle est effectuée jusqu'à présent (image supérieure) et telle qu'elle pourrait l'être dans le futur (la «zone d'appel» est représentée en quadri ...
Sur le graphique ci-dessus, on voit la mesure telle qu'elle est effectuée jusqu'à présent (image supérieure) et telle qu'elle pourrait l'être dans le futur (la «zone d'appel» est représentée en quadrillés). L'athlète peut poser son pied où il veut dans cet espace, le saut étant mesurée de son point d'appui.

Autre avantage: le temps d'attente de l'athlète et du public serait considérablement réduit, ce qui va dans le sens d'une limitation des temps morts voulue par World Athletics. «Nous cherchons notamment des moyens d'obtenir des résultats instantanés des sauts, sans attendre 20 à 30 secondes avant que le résultat n'apparaisse comme actuellement», a souligné Jon Ridgeon.

Le dirigeant sait qu'il aurait fort à faire pour convaincre toutes les parties. «Vous ne pouvez pas apporter de changement dans un sport qui a été inventé il y a 150 ans sans susciter une certaine polémique», a-t-il concédé.

«Cette réforme ne devrait pas être utilisée en compétition avant 2026. On veut la tester pendant les deux ans à venir»
Jon Ridgeon

Les athlètes lui en laisseront-ils le temps? Aussitôt après les déclarations du dirigeant, de nombreux cadors (actuels ou anciens) du saut en longueur ont vivement réagi sur les réseaux sociaux. Parmi eux, le quadruple champion olympique et double champion du monde Carl Lewis. «La longueur est l'épreuve la plus difficile de l'athlétisme, et cette réforme en ferait disparaître l'élément technique le plus délicat», a insisté la légende américaine (citée par Eurosport), avant d'aller au bout de la démarche:

«Est-ce qu'on agrandit le panier de basket parce que beaucoup de joueurs ratent leurs lancers francs?»
Carl Lewis
Los Angeles, CA - 1984: Carl Lewis, Men's long jump competition, Memorial Coliseum, at the 1984 Summer Olympics, August 6, 1984. (Photo by Ken Regan /Disney General Entertainment Content via Gett ...
Lewis aux JO de 1984.Image: Disney General Entertainment Con

D'autres vedettes actuelles, comme le champion du monde et olympique grec Miltiadis Tentoglou, ou la championne du monde serbe Ivana Vuleta, ont aussi exprimé leur mécontentement.

«C'est juste une proposition et j'espère que ça n'ira pas plus loin, a déclaré Jules Pommery (médaillé de bronze aux Européens 2022) dans L'Equipe. C'est une idée complètement débile et les arguments avancés ne sont pas valables. On perd du temps avec les essais mordus? Et à la perche, il n'y a pas des barres qui tombent? Personne ne nous a consultés.»

«Le saut en longueur, ce n'est pas seulement arriver à 300 à l'heure et se jeter dans le sable. On a des contraintes de précision, une gestion de course d'élan, des marques.»
Jules Pommery dans L'Equipe

Le Français en est convaincu: «Si la réforme passe, ce ne serait plus la même discipline».

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
La prise de raquette triangle de Tomas Barrios Vera
Video: twitter
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Cet athlète suisse a conquis Paris (et ce n'est pas fini)
Un temps remarquable, une 7e place, le titre honorifique de premier non Africain et, surtout, les minima olympiques: les débuts sur marathon du champion du monde de course d'orientation Matthias Kyburz ont été une réussite dimanche à Paris. Il reviendra cet été sublimer la ville lumière.

Il ne lui reste plus que quelques mètres à parcourir, lorsque Matthias Kyburz lève les bras puis exulte. C'est une image dont nous avons l'habitude, sauf que cette fois, la joie est différente. L'Argovien ne vient pas de conquérir un 9e titre de champion du monde de course d'orientation, ni même l'or européen. Il n'est pas non plus le premier à franchir la ligne d'arrivée. La satisfaction de Matthias Kyburz est toutefois pleinement justifiée.

L’article