DE | FR
Archive 2018, quand Neymar mettait encore la misère aux défenseurs (ici contre Piqué).
Archive 2018, quand Neymar mettait encore la misère aux défenseurs (ici contre Piqué). Image: Keystone
Commentaire

Neymar prolonge son contrat d'enfant gâté

Le Brésilien va poursuivre son aventure au PSG malgré la défiance de nombreux supporters. Capricieux et immature, plus assidu sur console et au poker que sur les terrains de Ligue 1, Neymar joue selon ses règles et en fonction de ses objectifs.
08.05.2021, 14:0909.05.2021, 10:21
Julien Caloz
Julien Caloz
Suivez-moi

Neymar a prolongé son contrat au PSG jusqu'en 2025 et il y en a beaucoup pour se demander s'il est bien raisonnable de continuer à chouchouter la star auriverde.

L'artiste a rarement répondu aux attentes dans les grands matches, comme contre Lille cette saison, début avril.

Très attendu pour son retour au jeu, le Brésilien avait complètement raté son match, il avait été expulsé pour un mauvais geste envers un adversaire et son équipe avait perdu (1-0). Il aurait eu toutes les raisons de s'en vouloir, d'annuler tous ses rendez-vous et de ruminer sa colère au fond de son sweat à capuche, au lieu de quoi il s'était inscrit à un tournoi de poker en ligne.

Jouer aux cartes n'est évidemment interdit par aucun règlement, et l'attaquant a le droit d'occuper ses soirées comme il l'entend. Ce qui interpelle, c'est le contraste entre les deux visages que la star avait donné à voir le même jour: celui d'un footballeur incapable de maîtriser ses nerfs et de développer son jeu l'après-midi, et celui d'un as du poker, gardien de ses émotions et diablement efficace, le soir (il a terminé 6e sur 132 participants).

Cette métamorphose donnait le sentiment que Neymar choisit ses matches et ses combats. Une impression renforcée par un article de L'Equipe dans lequel on y apprenait que des joueurs du PSG soupçonnaient leur coéquipier d'avoir volontairement reçu un carton rouge contre Lille pour éviter de se coltiner les rugueux Strasbourgeois le week-end suivant.

Toute la question était de savoir si ce garçon aux pieds magiques avait encore la tête au football. Les dirigeants du PSG pensent que oui. Le nouveau contrat qu'ils lui offrent souligne le statut d'intouchable dont bénéficie le footballeur le mieux payé de France (trois millions bruts par mois), malgré un rendement en deçà des attentes. Car quand il n'est pas suspendu, l'attaquant auriverde est souvent blessé, moins à cause des charges d'entraînement qu'il s'inflige qu'en raison de ses mauvaises habitudes (parties de console en pleine nuit, fêtes et alcool) dépeintes dans plusieurs médias français.

Image: Le Parisien

Ses excès auraient fragilisé son organisme, selon un médecin qui s'est penché sur son cas dans Le Parisien, et qui prévient que le temps ne joue pas en faveur du footballeur. Or, ce que Neymar perd en vigueur au fil de ses anniversaires fêtés en grandes pompes, il ne le gagne pas en sagesse. A 29 ans, ses crises de nerfs sont récurrentes. Il en résulte une image d'enfant gâté. Or, les images ont de la valeur dans les affaires. Les dirigeants qataris du PSG le savent: s'ils ont engagé ces dernières années de grands noms comme David Beckham, Gianluigi Buffon, Kylian Mbappé ou Neymar, c'est pour faire du club français une institution tout à la fois chic, glamour et conquérante, ce que la devise du club («Rêvons plus grand») exprime mieux que mille mots.

Le problème, pour le joueur et par conséquent pour son équipe, c'est que Neymar souffre d'un dégât d'image toujours plus marqué. Sa prestation contre Lille a suscité des commentaires à peine teintés d'ironie, Rolland Courbis (entraîneur devenu consultant sur RMC) se demandant par exemple si le numéro 10 «réalisait qu'il n'était plus à la maternelle». La défiance est aussi palpable de longue date au Brésil, où l'éditorialiste Juca Kfouri a décelé chez l'idole clivante le syndrome de Peter Pan: «Il a refusé de grandir et s'est comporté comme un enfant gâté».

Neymar vous fait-il encore rêver?

Certains voient le prodige autrement, soulignent sa personnalité attachante et ses qualités de footballeur, qui le situent parmi les trois ou cinq meilleurs du monde actuellement. C'est sans doute vrai, mais si Neymar est un magicien, c'est aussi malgré lui, parce que ses gestes d'humeur et ses simulations font instantanément disparaître le souvenir de ses actions et de ses buts enchanteurs.

Or, il se trouve peu de personnes, autour de lui, pour le confronter à ses caprices et l'accompagner vers une meilleure gouvernance de lui-même. Au terme du match contre Lille, ni son entraîneur, ni ses coéquipiers ne se sont permis la moindre remarque sur le craquage du Brésilien. In fine, la volonté de proximité et l'adaptation constante dont font preuve les Parisiens (joueurs et encadrement technique) à l'égard de leur joyau participe aussi au sentiment d'impunité dont ce dernier jouit.

Il leur faudrait renier des années de connivences pour expliquer au footballeur recruté 222 millions d'euros, pour lequel Paris a illuminé sa Tour Eiffel et accordé tous les privilèges, que ses performances et son comportement ne répondent plus aux attentes.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

On reste dans les trucs qui énervent avec les phrases insupportables du bureau

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
Grâce aux souris, on sait s'il faut faire du sport le matin ou le soir
Les organes ne réagissent pas de la même façon selon le moment de la journée où l'on s'active.

Que l'activité physique soit bonne pour la santé – comme à peu près tout, avec modération – ne fait aujourd'hui plus aucun doute. On sait même que ses effets ne sont pas les mêmes selon le moment de la journée où l'on s'active. En faisant du sport le matin, on aura plutôt tendance à jouer sur le métabolisme immédiat des sucres et des graisses, grâce à des gènes s'exprimant dans les cellules musculaires. À l'inverse, se bouger le soir se traduira plutôt par une augmentation de la dépense énergétique dans tout le corps et dans la durée.

L’article